À emporter, Audio

Le geste poétique de la dédicace selon Jacques Lenot

Plus de détails

Jacques Lenot (né en 1945) : Le Livre des dédicaces pour orgue ; Jean-Christophe Revel, orgue de la Cathédrale Saint-Christophe de Belfort. CD L’Oiseau Prophète ; code barre 3 770006647017 ; enregistré à la Cathédrale Saint-Christophe de Belfort du 20 au 22 octobre 2015 ; texte français ; 1h13′.

 

Livret CD JL« Avec le piano et le quatuor à cordes, l’orgue est ma forge » déclare le compositeur qui, depuis les années 90, n’a cessé d’écrire pour cet instrument. L’organiste , avec qui le compositeur entretient une complicité artistique forte, dit avoir Le Livre des Dédicaces (1987) sur son pupitre depuis plus de 20 ans. C’est sur le grand orgue de la Cathédrale Saint-Christophe de Belfort qu’il vient de l’enregistrer après en avoir fixé lui-même la registration.

Solitaire et secret, s’exprime peu sur sa musique, voire pas du tout, laissant ici à l’interprète le soin d’écrire la notice du CD. « Revivre 20 ans en quelques instants » titre qui semble se remémorer dans l’urgence chaque étape de son travail avant le début des séances d’enregistrement nocturnes de cette oeuvre somme. Aussi passionnant qu’essentiel, ce journal de bord donne des clés d’écoute et avance des titres pour les vingt-cinq pièces de la partition. Il renseigne également l’organisation de la grande forme qui se déploie symétriquement autour de la pièce 13, centrale. De fait, les numéros XIV à XXV sont la réplique en miroir des douze premiers. « Je m’ingénie, » dit encore l’organiste, « à trouver les jeux de codage présents dans le Livre », telle l’importance donnée aux deux notes MI et Sib, ouvrant et refermant la série matrice de la composition.

S’agissant du titre, Jacques Lenot parle d’un livre de reconnaissance à des amis et à des maîtres tels que Bach, Schumann, Webern… et d’autres encore dont la musique révèle la trace en filigrane : ainsi le contrepoint et sa combinatoire virtuose invoquent-t-ils Bach autant que Webern lorsque Lenot superpose trois conduites temporelles (pièce IV/XXII) ; on reste dans l’époque baroque avec l’effusion ornementale de la ligne supérieure évoluant sur une partie de pédalier très étale (pièce V/XXI). L’allusion aux personnages schumanniens d’Eusebius et Florestan (pièce VII/XIX) oriente vers une dimension théâtrale chaque numéro que l’interprète considère comme autant de tableaux. Les pièces VIII et XVIII épousent le profil de la voix chantée, celle du haute-contre , présent dans cette galerie d’hommages à travers un extrait du Soliloque de la grâce, opéra que le compositeur écrit pour le chanteur un an avant Le Livre des Dédicaces. Si l’effet de miroir entre ces deux numéros est patent, on se rend compte que l’organisation des voix du contrepoint a changé et que le coloris n’est plus le même. Lenot laisse toujours le travail de registration au soin de l’interprète qui doit la repenser pour chaque nouvel instrument ; elle est ici facteur de diversité et fonction d’une dramaturgie latente. Ainsi les pièces XI et XV, plus développées que les autres, impressionnent-elles par l’audace des couleurs, l’ambitus vertigineux et la radicalité du geste souligné par le choix des jeux. S’agissant de l’alchimie sonore de la pièce XVII où il exploite les ressources singulières de l’orgue de Belfort, l’organiste parle de « mélange soyeux et tranchant de 8′ avec bourdon, gambe et salicional ». Au sommet de l’édifice, surgissement sonore du plein jeu, la pièce XIII est l’axe de cette grande forme en arche : « Toccata en creux qui se délite peu à peu » note Revel. La pièce évolue selon un processus de filtrage de la masse sonore laissant à terme flotter le Mi aigu, « personnage » secret autant que note structurelle. Interprète et concepteur visionnaire, Jean-Christophe Revel infiltre dans cette trajectoire impeccablement conduite toute la richesse des affects contenus dans ce « Livre des souvenirs ».

 

(Visited 316 times, 1 visits today)

Plus de détails

Jacques Lenot (né en 1945) : Le Livre des dédicaces pour orgue ; Jean-Christophe Revel, orgue de la Cathédrale Saint-Christophe de Belfort. CD L’Oiseau Prophète ; code barre 3 770006647017 ; enregistré à la Cathédrale Saint-Christophe de Belfort du 20 au 22 octobre 2015 ; texte français ; 1h13′.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.