Les Métaboles proposent une nuit américaine

À emporter, CD, Musique d'ensemble

Steven Stucky (1949-2016) : Whispers ; Eric Whitacre (Né en 1970) : Sleep ; Lux Aurumque ; Aaron Copland (1900-1990) : Quatre motets ; Morten Lauridsen (Né en 1943) : O Magnum Mysterium ; Morton Feldman (1926-1987) : Christian Wolff in Cambridge ; Samuel Barber (1910-1981) : Agnus Dei ; Reincarnations op. 16 ; Let Down the Bars, O Death op. 8 n°2 ; To be Sung on Water op. 42 n°2. Les Métaboles, direction : Léo Warynski. 1 CD NoMadMusic NMM 036. Absence de code barre. Enregistré en avril 2016. Livret bilingue (français, anglais). Durée : 60’43.

 

une-nuit-americaine_metabolesPour son deuxième enregistrement, le chœur Les Métaboles, qui s’est spécialisé dans la musique vocale des XXe et XXIe siècles, présente un panorama du répertoire choral américain, un parcours invitant au voyage nocturne.

La formation de propose des œuvres fréquemment abordées par des chœurs anglo-saxons, y compris au disque, et à de rares exceptions près, inconnues de ce côté-ci de l’Atlantique. Les pièces retenues, pour chœur mixte a cappella, parfois profanes, souvent sacrées, couvrent une large période, de 1921 à 2002, relèvent d’esthétiques assez variées, plus ou moins tonales, et d’esprit différent (lumineux, planant, énigmatique, sombre, inquiétant, allant).

est le plus représenté, avec notamment l’inévitable adaptation pour chœur de l’adagio de son Quatuor à cordes op. 11. L’interprétation qu’en donne Les Métaboles déçoit un peu par manque de mystère et un tempo trop animé mais l’intérêt du disque repose plus sur la découverte des autres œuvres, elles moins connues. Le jeune chœur fait preuve de belles qualités expressives, de sens des couleurs, de subtiles nuances dans ce répertoire exigeant, difficile pour les chanteurs, et emporte l’adhésion même si l’on reste quelque peu réservé sur l’intérêt de certains morceaux. a néanmoins eu la bonne idée de retenir deux figures marquantes du chant choral contemporain, d’une part dans une pièce célèbre grâce à Youtube, mais surtout et son sensationnel O Magnum Mysterium (1994), devenu un grand classique. Un programme hors des sentiers battus, assez pointu, par un des meilleurs chœurs français à l’heure actuelle.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.