À emporter, CD, Musique d'ensemble

Pahud et Pinnock dans CPE Bach : les noces de l’eau et du feu

Plus de détails

Carl Philipp Emmanuel Bach (1714-1788) : trois concerti pour flûte et cordes : en la mineur Wq.166 H.430 ; en sol majeur Wq.169 H.445 ; en ré mineur, Wq.22 H.425. Emmanuel Pahud, flûte ; Kammerakademie Postdam, direction et clavecin : Trevor Pinnock. 1 CD Warner Classics. Enregistré en la Villa Hügel de Essen en mars 2014. Durée : 66’42.

 

bach pahudAprès un double disque centré sur la personnalité du roi-flutiste prussien Frédéric II, intitulé The Flute King paru également chez Warner classics il y a trois ans, et déjà réalisé avec le concours de la Kammerakademie Postdam sous la direction de , le flûtiste franco-suisse remet le couvert, pour cette fois un album plus homogène entièrement consacré à trois concerti pour flûte parmi les plus célèbres de .

, claveciniste et chef d’orchestre, fondateur et ancien directeur artistique de The English Concert, fut l’un des artisans de la redécouverte selon la doxa baroque de il y a près de quarante ans. On se souvient toujours de sa version de référence des symphonies pour cordes Wq. 182 du Bach de Berlin et de Hambourg, pétries de feu et de passion, et de quelques concerti pour flûte déjà, gravés avec le concours du traverso malheureusement plus timide et un peu rigide de Stephen Preston (Archiv Produktion, réédition en coffret). À la tête cette fois de la Kammerakademie Postdam, il transmet à cet ensemble jouant sur instruments modernes toutes les inflexions, tout le vocabulaire de l’ornementation, toute la praxis nécessaire à une approche historiquement informée de cette musique passionnée et passionnante.

Cette rencontre Pahud-Pinnock se présente donc sous les meilleurs auspices : le courant passe entre ces interprètes intelligents et ouverts, capables de s’adapter au contexte global de la rencontre et de s’apprivoiser l’un l’autre. L’ensemble du disque fut d’ailleurs gravé en un seul jour !

La virtuosité d’, par ailleurs rappelons-le premier flûtiste soliste des Berliner Philharmoniker, est un régal par le piqué de son articulation et sa facilité d’émission dans les traits les plus ébouriffants. Mais face à l’approche plus incisive encore de l’orchestre de Pinnock, il y a ce petit excès d’onctuosité, de richesse de sonorité qui finit par lisser à force de globalisation ces œuvres révolutionnaires, d’une poésie parfois rugueuse en porte-à-faux avec l’esprit galant de la cour du souverain prussien. Il y a là l’expression d’un mal-vivre, voire d’une colère rentrée qu’ réfrène quelque peu. Par exemple, les aspects parfois bien dramatiques ou théâtraux du Concerto Wq 166 en la mineur, ou la poésie mélancolique du largo du Concerto en sol majeur Wq 169 sont comme rabotés, loin de tout côté expérimental, sans les ruptures de ton qu’ils supposent.
Nous avouons avoir mieux goûté les fastes réels et presque trop gourmands, côté soliste, de ce disque très réussi et (trop) plaisant par une écoute séparée de chaque œuvre, là où par exemple, avec un autre instrumentarium, un Konrad Hunteler et son traverso dû à Rudolf Tutz, copie d’une flûte Rottenburg de 1740, magnifié par l’écrin plus acide de l’Amsterdam baroque Orchestra de Ton Koopman, suscitaient de manière plus permanente l’intérêt et trouvaient d’avantage le ton juste et individualisé pour chacune de ces superbes pages (rééditées dans le coffret épais et économique the collection CPE Bach, chez Warner).

Bref, ce disque tout à fait recommandable, juste un peu trop aseptisé côté soliste peut-être, s’adressera d’avantage aux amateurs du confort moderne de la flûte d’aujourd’hui ou aux heureux inconditionnels d’Emmanuel Pahud, plutôt qu’aux partisans du traverso baroque ou qu’aux amateurs d’émotions fortes par le truchement d’un plus strict retour aux sources.

Plus de détails

Carl Philipp Emmanuel Bach (1714-1788) : trois concerti pour flûte et cordes : en la mineur Wq.166 H.430 ; en sol majeur Wq.169 H.445 ; en ré mineur, Wq.22 H.425. Emmanuel Pahud, flûte ; Kammerakademie Postdam, direction et clavecin : Trevor Pinnock. 1 CD Warner Classics. Enregistré en la Villa Hügel de Essen en mars 2014. Durée : 66’42.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.