Danse , La Scène, Spectacles Danse

La Théorie des prodiges de Système Castafiore

Plus de détails

Paris. Théâtre national de la danse de Chaillot. 29-III-2017. Système Castafiore : Théorie des prodiges. Mise en scène, musique, conception vidéo : Karl Biscuit. Chorégraphie : Marcia Barcellos. Costumes : Christian Burle, assisté de Magalie Leportier. Graphisme : Vincent de Chavanes. Avec Caroline Chaumont, Daphné Mauger, Mayra Morelli, Sara Pasquier, Agalie Vandamme (danseuses), Camille Joutard, Maéva Depollier (chanteuses), Florence Ricaud (comédienne).

Créatures étranges et musique céleste peuplent les douze chapitres de la Théorie des prodiges, le nouvel opus de et , alias .

est l’un des héritiers des collectifs de danseurs qui firent les beaux jours des années 1980. et ont commencé au sein du groupe Lolita, auteurs de l’inénarrable Zoopsie Comédie. Redevenus un duo de créateurs, ils se lancent dans des spectacles loufoques et sophistiqués, inventant et théorisant au passage un nouveau langage, le Volapük. Karl Biscuit, compositeur, est aux manettes de la musique et, souvent, de la scénographie. Marcia Barcelos, danseuse d’origine brésilienne, se charge de la chorégraphie, stylisée.

Dans le nouvel opus de ce duo hypercréatif, intitulé Théorie des prodiges, on retrouve cet univers singulier et baroque, peuplé de créatures étranges tout droit sorties d’un tableau de Jérôme Bosch ou de Marlène Mocquet. Tête prolongée d’un long bec, œil unique et géant en guise de visage, jambes interminables ou animal fantastique, ces créatures évoquent les 1001 prodiges que la nature a pu produire depuis la création du monde.

Le spectacle prend la forme d’une pseudo conférence scientifique en 12 chapitres, de la naissance de la vie au cosmos. À chaque chapitre, une conférencière virtuelle apparaît pour nous narrer les diverses origines de l’univers. Chaque tableau donne lieu à une mise en scène différente, soutenue par des effets spéciaux.

Remarquablement réalisé, le spectacle tire en effet son étrangeté de l’alliance entre le réel et le virtuel, grâce aux vidéos et aux lumières. Pour renforcer la présence des danseuses sur scène, des danseuses virtuelles sont projetées sur des écrans de tulle. L’univers, les galaxies ou les étoiles sont représentés par des effets lumineux très réussis.

Mais l’atout majeur du spectacle réside dans sa musique, interprétée par deux chanteuses assises à l’avant-scène : voix célestes et limpides, en anglais comme dans un langage étrange, elles sont remarquables et font de Théorie des prodiges un spectacle taillé pour les plus grandes scènes internationales.

Photos : © Karl Biscuit

(Visited 696 times, 1 visits today)

Plus de détails

Paris. Théâtre national de la danse de Chaillot. 29-III-2017. Système Castafiore : Théorie des prodiges. Mise en scène, musique, conception vidéo : Karl Biscuit. Chorégraphie : Marcia Barcellos. Costumes : Christian Burle, assisté de Magalie Leportier. Graphisme : Vincent de Chavanes. Avec Caroline Chaumont, Daphné Mauger, Mayra Morelli, Sara Pasquier, Agalie Vandamme (danseuses), Camille Joutard, Maéva Depollier (chanteuses), Florence Ricaud (comédienne).

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.