L’Akademie für alte Musik revient au Telemann concertant

À emporter, CD, Musique d'ensemble

Concerti per molti instrumenti. Georg Philipp Telemann (1681-1767) : Concerto pour trois trompettes, deux hautbois et timbales TWV 54:D3 ; concerto pour deux flûtes traversières et calchedon TWV 53:h1 ; concerto pour trois hautbois TWV 44:43 ; sonate pour deux violons, deux altos, violoncelle et basse continue TWV 44:32 ; concerto pour mandoline, dulcimer et harpe TWV 53:F1 ; concerto pour deux hautbois TWV 53:d1 ; concerto pour trois cors TWV 54:D2 ; Adagio du Concerto pour deux violons TWV 43:G5. Akademie für Alte Musik Berlin. 1 CD Harmonia Mundi. Enregistré en septembre 2016 au Teldex Studio de Berlin. Durée : 72’20.

 

3149020926802_600Encore une parution de qualité à l’occasion de l’année Telemann, avec un programme de concertos pour toutes sortes d’instruments.

La fameuse fait partie, à l’instar de Musica Antiqua Köln, de ces ensembles qui ont contribué dans les années 1980 à 2000 à défricher la musique concertante de . Elle nous montre aujourd’hui que, parmi les dizaines de concertos qu’il nous a laissés, il reste encore de belles choses à découvrir, et notamment dans sa production (majoritaire) pour plusieurs instruments. Le programme est copieux, si bien que le mouvement isolé en dernière piste donne la mauvaise impression d’être là pour faire du remplissage.

Fraîcheur et inventivité sont au rendez-vous de ces pages plaisantes mais jamais répétitives ni pesantes, même lorsque l’écriture se fait savante (Allegro fugué de la Sonate pour 2 violons, deux altos, violoncelle et basse continue). Le Concerto pour 2 flûtes et calchedon (une sorte de luth que Telemann affectionnait) se révèle très intéressant, une sorte de concerto grosso où le calchedon, discret, assure la basse pour les deux traversos solistes. Les cuivres naturels sont représentés dans deux concertos (pour trois trompettes et timbales et pour trois cors), où, à défaut de l’inatteignable perfection technique, on savoure la réjouissante tonalité de ré majeur et le soin de l’écriture. Les concertos pour hautbois sont rafraîchissants et offrent des mouvements lents délicieusement chantants. Et comme si ce n’était pas assez, les musiciens nous gratifient d’un arrangement pour mandoline, dulcimer et harpe, d’un concerto pour trois violons issu de la Tafelmusik ! Une expérience dont on qualifiera le résultat de curiosité qui fonctionne, et qui permet d’appréhender une caractéristique intéressante de l’écriture de Telemann : non seulement celle-ci s’adaptait à tous les instruments, mais on peut aujourd’hui encore s’en emparer pour créer des combinaisons inédites à partir de ses partitions.

Le son riche et un peu massif ainsi que le jeu sans failles de l’ sont bien présents, reconnaissables. Un enregistrement digne d’un ensemble de référence.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.