Bannière-Web-ResMusica-728x90

Denise Fedeli : l’orchestre de la Suisse italienne est prêt pour de nouveaux challenges

D FedeliDans la catégorie DVD Performance, le prix des International Classical Musi Awards () a été décerné cette année à Rileggendo Brahms (« relire Brahms ») avec l’Orchestra della Svizzera Italiana dirigé par . Cette production OSI intégrant les Symphonies de Brahms a été soutenue par Helsinn, le partenaire international de l’orchestre, et a été publiée en deux DVD par Sony Classical en décembre 2016. Les enregistrements en direct ont été réalisés durant la première saison du Théâtre LAC de Lugano. Entretien avec Denise Fedeli, directrice artistique et administrative de l’OSI.

« Je pouvais lui garantir un orchestre dynamique, prêt pour de nouveaux défis. »

: Comment et quand est né ce projet consacré aux symphonies de Brahms ?

Denise Fedeli : En mai 2013, à Munich, je préparais notre future collaboration avec , notre nouveau directeur musical. Nous voulions tous deux commencer par un grand projet articulé autour de plusieurs concerts à réaliser durant la saison d’ouverture du LAC, la nouvelle salle de concert de Lugano. Après une longue discussion, nous avons décidé de consacrer la saison 2015-2016 à Brahms. Poschner a été en mesure d’offrir une approche interprétative nouvelle et personnelle, mûri par des années d’études spécifiques sur ce compositeur. Je pouvais lui garantir un orchestre dynamique, prêt pour de nouveaux défis. J’étais certaine que je réussirais aussi à impliquer le Swiss-Italian Television RSI pour l’enregistrement vidéo et trouverais un label important pour la publication. Du côté financier, nous avions une certaine flexibilité grâce au nouveau contrat avec notre sponsor Helsinn, signé peu avant.

ICMA : Quelle relation l’orchestre entretenait-il précédemment avec ce répertoire ? Avec qui l’avait-il travaillé ? Et de quelle manière ?

Denise Fedeli : Le chef d’orchestre de référence de ce répertoire était Alain Lombard. Sous son mandat, l’orchestre a souvent joué des œuvres de Brahms. Alain Lombard en avait une vision très traditionnelle: gros son, tempi majestueux, phrasé legato. Le résultat était de grande qualité mais il ne se distinguait pas des versions connues de tous. Par la suite, avec Mikhail Pletnev, l’OSI a eu l’opportunité de passer à un Brahms plus moderne, avec des tempi moins conventionnels et un phrasé plus varié. L’approche de Poschner était totalement différente, centrée sur la transparence et l’exploration des voix intérieures, prenant soin de chaque ligne, de chaque phrase, de chaque note, pour atteindre un maximum de flexibilité, toujours soucieuse d’une interprétation nouvelle, audacieuse même, et inspirée par une forte créativité et sensibilité.

ICMA : Comment s’est déroulée la collaboration avec l’Institut Brahms de Lübeck ?

DF : Poschner connaissait le Professeur Sandberger, directeur de l’Institut Brahms, depuis de nombreuses années et il avait déjà approfondi chaque détail avec lui. Aussi, lorsque nous sommes entrés en contact avec l’Institut pour lui demander une consultation scientifique, le Professeur Sandberger a immédiatement soutenu le projet et a écrit les textes d’introduction des différents programmes. Il était disponible pour plusieurs interviews et nous a donné du matériel photographique exclusif.

La sonorité imaginée par Poschner se référait à l’orchestre que Brahms avait l’habitude de diriger à Meiningen, ce qui nous amena à chercher et acheter des timbales à peaux naturelles, modèle Dresde, ainsi que des trombones plus petits, à mi-chemin entre le trombone baroque et moderne. Naturellement, nous avons travaillé avec l’Urtext de la nouvelle édition complète de Brahms (le dernier volume a été publié en 2011 par Henle Verlag) et nous avons informé les musiciens du sens et de l’importance de l’ensemble du processus. Je profite de l’occasion pour remercier le RSI, en particulier le producteur Giovanni Conti, le réalisateur Roberta Pedrini et Tonmeister Wolfgang Müller, d’avoir cru en ce projet et d’avoir réalisé l’enregistrement en direct utilisé pour les DVD.

600x337_osi_-orchestra-1ICMA : Il semble que l’approche de Poschner a été appliquée à d’autres compositeurs, même Mahler et Tchaïkovski ?

DF : En effet nous avons décidé de traiter une grande partie du répertoire romantique selon l’esprit de Rileggendo Brahms. Outre les compositeurs proches de Brahms, tels que Schumann et Mendelssohn, nous pensons que la vision de chambre et la transparence conviennent aussi à la musique de Tchaïkovski et de Dvorak. Markus Poschner est convaincu qu’il est capable de jouer une partie des symphonies de Mahler et Bruckner avec les forces normales de l’OSI. La 4e de Bruckner est prévue pour avril de cette année et avec la 1ère, nous ouvrirons la saison 2018/19 au BAC. Je suis en accord avec cette philosophie et je l’encourage.

ICMA : Comment l’orchestre a-t-il évolué au cours des dernières années avec l’apport de Poschner ?

DF : Poschner a su motiver les musiciens à donner le meilleur d’eux-mêmes. L’orchestre s’est habitué à être incroyablement réactif. Ses musiciens sont très attentifs à l’écoute mutuelle et au soin des détails. Toujours dans le répertoire classique, en particulier Haydn et Mozart, l’OSI cherche toujours une originalité et un éclat particuliers. L’orchestre a connu un tel développement qualitatif que, en très peu de temps, cela a apporté des résultats concrets au niveau international. Nous espérons maintenant que, étape par étape, d’autres artistes soutiendront notre philosophie et traverseront les nouvelles routes avec nous.

Propos recueillis par Nicola Catto, rédacteur en chef de Musica (Italie). Traduction : Bernadette Beyne de « Crescendo Magazine ».

Crédits photographiques : Portrait de Denise Fedeli © Crinari ; © Isabella Balena

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.