Aller + loin, Danse , Expositions

Rencontre entre Picasso, la danse et le public au Palais Garnier

Plus de détails

Paris. Palais Garnier. Bibliothèque – musée de l’Opéra / Bibliothèque nationale de France. Exposition : Picasso et la danse. Jusqu’au 16 septembre 2018

308Pablo Picasso dansant devant les baigneurs à la Garoupe en compagnie de Jacqueline Roque. Ce moment intime, immortalisé sur la pellicule de David Douglas Duncan en juillet 1957, illustre sans doute une des intentions principales de l’exposition : donner à voir la danse dans l’œuvre de Picasso comme un art vivant aux multiples facettes.

Construite en partenariat avec le musée Picasso, et dans le cadre de l’événement « Picasso-Méditerranée », la et l’Opéra national de Paris proposent ainsi aux visiteurs de découvrir la danse comme un art foisonnant, diffus dans l’espace et dans le temps, dépassant les limites de la scène pour embrasser la vie de sa fougue à travers l’œuvre du peintre espagnol.

Des danseuses de cirque des années 1900 qui inspirent ses toiles à la corrida de laquelle il exultera son potentiel dansant, en passant par sa collaboration avec les Ballets russes, la danse nourrit l’œuvre de Picasso. L’exposition explore les différents rapports de l’artiste à la danse à travers plusieurs thématiques (« La troupe des Ballets russes », « Travailler pour le ballet », « Représenter la danse », « De la danse au geste dansé ») pour offrir aux visiteurs une immersion dans la vie de l’artiste. On comprend que, pour Picasso, la danse n’est pas un sujet d’étude commun et qu’elle occupe une place déterminante dans son geste artistique, jouant des formes et des mouvements.

Introduit par Jean Cocteau, intimement lié à cet art de par son mariage avec la danseuse de Diaghilev, Olga Khokhlova en 1918, Picasso côtoie très tôt l’univers mondain du ballet. De cette relation naît un lien étroit avec les représentants du milieu. Léonide Massine et Serge Diaghilev sont autant de personnalités qui feront partie de son quotidien entre 1917 et 1925. À fréquenter les studios de répétition pour croquer les danseuses, Picasso se rapproche de Serge Lifar qu’il esquisse au travail dans ses calepins, travail que l’on peut découvrir au fil de l’exposition. La rencontre se poursuivra par une collaboration autour du ballet Icare en 1962, unique collaboration de Picasso avec l’Opéra de Paris, et qui occupe une place importante dans les œuvres exposées. On découvre ainsi au détour d’une vitrine d’exposition les annotations de Serge Lifar pour le ballet, des photographies d’Attilo Labis en répétition dans le rôle-titre (photographies réalisées par Roger Pic) ou encore les costumes de scène. Dernière collaboration avec le monde du ballet, Icare constitue le point d’orgue d’un travail de longue date initié avec les Ballets russes avec lesquels il participe à la création de six des dix ballets pour lesquels il s’est engagé. L’exposition nous fait ainsi voyager dans les années 1920, celles de la création de Parade et du Tricorne. Comme pour illustrer le caractère immortel de l’art, les documents historiques croisent les pas de José Martinez figés en 1992 dans le Tricorne, année d’entrée du ballet au répertoire de l’Opéra de Paris. Un document d’archive représentant la reconstitution du rideau de scène du Tricorne vient alimenter le parcours de la visite.

La Bibliothèque-musée du Palais Garnier présente l’héritage vivace que Picasso a laissé au ballet : Parade (1917), Pulcinella (1920), Mercure (1924) ou encore Icare (1962) occupent une place de choix, à travers la présentation de costumes de scènes, d’esquisses ou encore de photos d’archives, mais l’exposition s’attache également à nous faire découvrir la place de la danse dans ses toiles. Le trait singulier de Picasso se consacre à la danse et s’illustre notamment dans La Danse des banderilles de février 1954, centrée autour d’une danseuse nue, cette toile faisant à la fois allusion à la corrida et à la mythologie.

Cette exposition est plaisante par la spontanéité et la sincérité qui se dégagent des cent-trente pièces choisies, qu’il s’agisse des photographies prises dans l’intimité de l’artiste ou encore des documents de travail nous plongeant au cœur de la création chorégraphique.

Crédits photographiques : © David Douglas Duncan

Plus de détails

Paris. Palais Garnier. Bibliothèque – musée de l’Opéra / Bibliothèque nationale de France. Exposition : Picasso et la danse. Jusqu’au 16 septembre 2018

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.