tous les dossiers(1)

Cinq jeunes danseurs en scène avec Talents Adami Danse 2018

Danse , La Scène, Spectacles Danse

Paris, Théâtre National de la danse – Chaillot. 8-XI-2018. Soirée Talents Adami 2018/ La Fugue en question. Chorégraphie : Béatrice Massin, Pierre Rigal. Conseil artistique : Pedro Pauwels. Lumières : Evelyne Rubert. Avec Karine Dahouindji, Alizée Duvernois, Marion Jousseaume, Damien Sengulen, Anaïs Vignon. Production : Adami.

ADAMI 3Sur le thème de la fugue, deux chorégraphes et cinq danseurs pour la soirée Talents Danse 2018 à Chaillot.

Le 8 juin dernier, le Théâtre National de Chaillot accueillait la conclusion d’une initiative aussi originale que nécessaire sans doute pour la jeune génération d’interprètes, « Talents Danse 2018 ». Ce projet innovant offre l’opportunité à cinq danseurs et danseuses, à l’aube de leur carrière, de travailler à la construction d’une pièce contemporaine originale avec des chorégraphes de renom. Cette année et avaient répondu présent et disposaient de deux semaines chacun pour construire une pièce sur le thème de la fugue.

C’est l’œuvre de Fugue qui ouvre le bal. Le chorégraphe contemporain déclare avoir voulu dans sa création « retourner le sens premier du terme (fugue) pour créer un décalage ». Il en résulte 30 minutes d’une pièce oscillant entre tragique et humour, où la place de l’individu au sein du groupe est questionnée. La danse est réduite à quelques mouvements qui laissent peu de place à l’expression de chacun, mais pourtant une danseuse réussit à se démarquer. Formée à l’école du Ballet du Nord de Roubaix, puis au Centre National de Danse Contemporaine d’Angers dirigé par , propose une danse précise et assurée qui capte l’œil du spectateur.

La deuxième pièce Fuguez maintenant de permet plus largement de rendre compte de la palette des artistes sur scène. Chacun a ici l’opportunité de s’exprimer individuellement, ne serait-ce que pour quelques instants. On découvre alors les différents interprètes : , diplômé du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris en 2014, danseur freelance au sein de différentes compagnies et membre du projet pédagogique Démos de la Philharmonie de Paris depuis 2015 ; Anaïs Vignon formée au Centre National de Danse Contemporaine d’Angers puis à la Haute École Supérieur de Suisse Romande « La Manufacture » ; Alizée Duvernois formée au Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris, puis au Conservatoire Supérieur National de la Danse de Lyon, et finalement formée au Centre National de Danse Contemporaine d’Angers, sous la direction de , puis au sein de la Haute École Supérieur de Suisse Romande « La Manufacture ».

Référence de la danse baroque en France, Béatrice Massin construit sa pièce sur la musique : « travailler sur la fugue pour moi ne peut être qu’un hommage aux plus grands compositeurs de la musique baroque mais aussi plus tardifs », dira cette dernière. Bach se joint à Haendel et à Marais pour former la bande-son originale d’une création à l’esthétique raffinée. Le rythme lent au départ s’accélère et devient de plus en plus exigeant. Les danseurs saluent la salle essoufflés, un sourire aux lèvres.

Crédit photographique : © Thomas Bartel

Mots-clefs de cet article
  • Noémie Balcho

    J’ai vu ce spectacle 2 fois, dont l’un au théâtre de Chaillot. Cette soirée en 2 pièces, de 2 chorégraphes très différents sur un même thème, est captivante si l’on se laisse emporter, d’autant que chaque interprète se distingue… nous voyons 4 personnalités assumées et le professionnalisme de chacun à se fondre dans le sujet et en parfaite connexion les uns avec les autres. Je sais que la tournée de ce ‘club des cinq’ est appréciée, le spectacle surprend. ‘Chaque danseur est imprimé et inspire dans cette représentation’, voilà tout ce que l’on entend et ressent du public à la sortie. Une sorte de charme… Je connais bien la danse et le labeur des Artistes. L’Adami et les 2 chorégraphes Béatrice Massin et Pierre Rigal ont choisi ces 5 interprètes sur plus de 200 danseurs, leur objectif est bien de travailler avec eux et de promouvoir le talent de chacun. Nous pouvons leur souhaiter une bonne route professionnelle, apprécier et respecter chacun à sa juste valeur ! ALORS pourquoi un article plutôt maladroit, Mme Bianconi , avec un jugement personnel et nominatif , abusif, absolument pas objectif ! !. Les critiques du public profane et professionnel, ne vont pas forcément dans le sens de ce que vous affirmez !!. Donc pourquoi vous positionnez vous favorablement et nominativement ! pour un danseur plus qu’un autre sur scène ? ! . C’est ‘moche’ !. Cette press est connue sur le terrain de la politique, de la sensation, du trompe l’œil !.
    Mais NON ! pas dans l’ART !, et surtout pas un article comme celui là, pour de jeunes artistes tous diplômés, tous compétents, méritants. Une réaction de l’ADAMI, qui respecte tant les jeunes talents et préserve si bien leur droit serait légitime, contre votre Article Mme Bianconi. PS: il y a quand même parmi les 5 danseurs , 3 d’entre eux ayant été formé entre autre au CNDC d’Angers et avec Robert Swinston , et ce n’est pas clair !…

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.