bandeau RES MUSICA

Léo Delibes, biographie d’un musicien de théâtre

À emporter, Biographies, Livre

Léo Delibes, itinéraire d’un musicien des Bouffes-Parisiens à l’Institut. Pauline Girard. Vrin. 393 pages. 38 €. Juin 2018.

 

leo-delibes-itineraire-dun-musicien-des-bouffes-parisiens-a-linstitutEncore un oublié mis en lumière diront certains. Mais alors que chacun d’entre nous, mélomane ou non, connaît les notes de son célèbre Lakmé, ne suscite que peu d’intérêt. Erreur réparée avec l’excellent ouvrage musicologique de Pauline Girard, , itinéraire d’un musicien des Bouffes-Parisiens à l’Institut.

A l’instar de Berlioz jusqu’à peu ou Méhul aujourd’hui, la musique française reste bien mal desservie autant par le public national que par les professionnels de l’hexagone. Délaissé par les scènes lyriques et par la recherche en musicologie, au mieux par indifférence, au pire par mépris, Léo Delibes mérite pourtant bien une reconnaissance posthume à la hauteur de son talent. Musicien de théâtre à la recherche avant tout autre chose d’un réel plaisir esthétique, Léo Delibes se consacre particulièrement à l’art de l’instrumentation typique de l’école française par la transparence de ses orchestrations. Grand mélodiste, il est aussi le premier à aborder le ballet en musicien symphonique, Léo Delibes adaptant les résonances musicales classiques passées à la nouvelle esthétique de la deuxième moitié du XIXe siècle. Simplicité et concision n’en font pas moins de la belle musique, preuve en est avec son célèbre opéra Lakmé, et ses ballets Coppélia et Sylvia.

Pauline Girard, conservatrice en chef à la bibliothèque historique de la ville de Paris, propose un travail aussi riche que captivant. Le lecteur appréciera ses recherches particulièrement fouillées et rigoureuses pour aboutir à une biographie très détaillée sur la vie et la carrière de ce compositeur : les sources sont abondantes, la documentation d’un grand intérêt, la lecture agréable grâce à un texte bien structuré. Face aux travaux universitaires principalement américains et aux quelques biographies trop anciennes (la dernière date de 1957), cette nouvelle publication est une denrée rare dont on doit se délecter. Pauline Girard n’oublie pas une prise de hauteur intéressante dans son épilogue, s’intéressant à la postérité de l’œuvre du compositeur.

S’il fallait encore en attester, les annexes prouvent la solidité de ce travail, Pauline Girard proposant, outre de nombreuses iconographies, plusieurs arbres généalogiques de Léo Delibes, une chronologie particulièrement détaillée de la vie du compositeur et des moments « phares » qui en ponctuent, la liste de ses élèves en tant que Professeur au Conservatoire ou en enseignement privé, et un catalogue précis de ses œuvres. Léo Delibes n’en méritait pas moins !

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.