Bannière-Web-ResMusica-728x90

Inédit de Messiaen et Debussy inédit par Roger Muraro

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Claude Debussy (1862-1918) : Douze études. Olivier Messiaen (1908-1992) : Fauvettes de l’Hérault. Concert des garrigues. Roger Muraro, piano. 1 CD Harmonia Mundi. Enregistré en février 2018 au studio 104 de Radio France (Messiaen) et en décembre 2017 au studio Jugy (Debussy). Durée : 73:12

 

muraro fait coup double avec cet enregistrement de l’œuvre inédite d’, Fauvettes de l’Hérault-Concert des garrigues, et une version de référence des Études de Debussy.

Nous sommes en 1961 : , à un tournant de sa vie, se marie avec la pianiste Yvonne Loriod. À la suite d’une commande d’André Malraux pour une œuvre en hommage à Debussy, il commence un concerto pour piano « sur les oiseaux de l’Hérault », inachevé, dont il reprendra des éléments dans les Sept Haïkaï. Le pianiste a rassemblé les manuscrits restants, conservés à la Bibliothèque nationale de France depuis 2016, pour en reconstituer la partie de piano. Le disque retransmet le concert donné à Radio France cette année. Il en ressort une œuvre de plus de vingt minutes, inspirée des chants d’oiseaux de l’Hérault, principalement les fauvettes, la dernière d’inspiration purement ornithologique dans le catalogue du compositeur. La musique est à la fois foisonnante, imprégnée de l’infinie variété et de la virtuosité rythmique et mélodique des chants d’oiseaux, et structurée avec des séquences bien identifiées et une fin faisant écho à l’introduction. Il fallait à la fois une bonne connaissance de l’œuvre de Messiaen et de la virtuosité pour relever ce défi : c’est chose faite.

Si la filiation entre les œuvres de Debussy et Messiaen est connue, le rapprochement naturel de ce Concert des garrigues avec les Études de Debussy interpelle l’auditeur : Pour les notes répétées et Pour les degrés chromatiques n’évoquent-t-ils pas les chants d’oiseaux ? Pour les accords ne s’enchaîne-t-il pas naturellement avec la série d’accords commençant le Concert des garrigues ? Roger Muraro donne à ces Études une suavité et une poésie que les pianistes n’ont accordées jusque là qu’aux Préludes ou aux Images. De grands noms ont servi le dernier recueil pour piano seul de Debussy : Maurizio Pollini, Pierre-Laurent Aimard, Alain Planès, Momo Kodama (expérimentant un rapprochement intéressant avec Toshio Hosokawa), et surtout Mitsuko Ushida qui leur donne une beauté farouche et nerveuse. Mais aucun n’insuffle avec autant d’aisance ce mouvement, cette respiration dans les phrases (Pour les tierces, sans aucune raideur ni verticalité), ni ne met en relief la richesse de cette œuvre comme cet enregistrement. Voici donc une suite positive au Debussy précédent d’Harmonia Mundi.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.