À emporter, CD, Musique d'ensemble

Couleurs et poésie gervasoniennes dans une nouvelle monographie

Plus de détails

Stefano Gervasoni (né en 1962) : Lilolela pour 23 instruments ; Pas perdu pour cymbalum ; Dodici sonetti di Camões pour baryton basse et grand ensemble. Franck Wörner, baryton basse. Ukho Ensemble Kiev, direction : Luigi Gaggero. 1 CD Winter & Winter. Enregistré en Ukraine à Plivka, au Centre Dovzhenko du 5 au 9 avril 2017. Notice en anglais. Durée : 68:00

 

gervasoni winter&winterL’idée du voyage, intérieur s’entend, est au cœur de cette nouvelle monographie de , la quatrième gravée sous le label Winter & Winter, qui scelle la collaboration féconde du compositeur avec l’Ukho Ensemble de Kiev.

La pièce maîtresse de cet album, Dodici sonetti di Camões (2007-09/2017) cristallise la rencontre du compositeur avec le poète portugais du XVIᵉ siècle Luis Vaz de Camões. Les douze sonnets pour baryton basse constituent à l’origine l’un des deux cycles de Com que voz, une partition plus ancienne (2007-08) où les poèmes de Camões alternent avec les chants du Fado, tirés du répertoire d’Amália Rodrigues. Les deux cycles ont acquis aujourd’hui leur autonomie, à la faveur d’une révision en 2015 (Fado errático) et 2017 (Dodici sonetti di Camões). Si l’électronique est abandonné dans ce dernier, l’effectif instrumental spécifique, avec guitare portugaise, guitare espagnole et contrebasse (les instruments du Fado) est préservé ainsi que l’accordéon et le cimbalom. Pour l’ensemble Ukho (« Oreille » en ukrainien), le compositeur ajoute la domra à quatre cordes, une sorte de mandoline qui remplace la guitare portugaise dans le sonnet 10.

La poésie et le rapport au mot met l’imaginaire sonore de Gervasoni en verve, chaque poème induisant une manière singulière d’énoncer le texte et d’en ciseler l’instrumentation : phrases hachurées quasi monocordes où l’écriture instrumentale assure le relief et les couleurs (1) ; mots en ricochet provoquant autant d’ondes sonores vibrantes (Troubles coulent les eaux de la rivière du 3) ; tressage très fin de la voix et des cordes pincées (la mandoline sus-dite) dans le 10. Le baryton basse allemand Franck Wörner, créateur du cycle, module à l’envi son timbre et ses registres (le falsetto est souvent convoqué), sa voix ductile alliant virtuosité et stylisation fantasque au côté de musiciens complices et réactifs.

L’écriture de Pas perdu surprend, sur un cimbalom qui ne fait valoir ni sa virtuosité ni sa brillance. Gervasoni sonde davantage la qualité de la résonance et la poésie du timbre, les cordes étant parfois effleurées voire frottées dans un temps lisse et suspendu qui ajoute au mystère. La pièce est un hommage à Luigi Gaggero, percussionniste et cymbaliste italien réputé, qui a co-fondé l’ensemble Ukho et en assure la direction. Il est à la tête de ses musiciens dans Lilolela, un titre bien sonnant qui laisse augurer quelque fantaisie. n’a que vingt-quatre ans lorsqu’il écrit cette « vagabonderia severa per ventitré musicisti », assurément l’une des partitions les plus aventurières et audacieuses de son catalogue en matière de facture instrumentale. Les sept pièces du cycle sont autant de feuillets d’album aux caractères et aux couleurs contrastés (Schumann demeure) relevant de la logique du rêve : gestes brutaux de la percussion (1 et 6), contrastes vertigineux (5), glissandi étranges, espace sonore éclaté animent ce théâtre de sons où la hardiesse du geste le dispute à la jouissance des timbres et leurs libres associations. Les musiciens sont épatants, dont l’autorité du jeu et l’énergie du son galvanisent l’écoute.

Plus de détails

Stefano Gervasoni (né en 1962) : Lilolela pour 23 instruments ; Pas perdu pour cymbalum ; Dodici sonetti di Camões pour baryton basse et grand ensemble. Franck Wörner, baryton basse. Ukho Ensemble Kiev, direction : Luigi Gaggero. 1 CD Winter & Winter. Enregistré en Ukraine à Plivka, au Centre Dovzhenko du 5 au 9 avril 2017. Notice en anglais. Durée : 68:00

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.