bandeau RES MUSICA

Schumann par Gautier Capuçon, la vision sombre de Bernard Haitink

À emporter, CD, Musique symphonique

Robert Schumann (1810-1856) : Concerto pour violoncelle et orchestre opus 129 ; Adagio et allegro opus 70 ; Fantasiestücke opus 73 ; Cinq pièces dans le ton populaire opus 102 ; Fantasiestücke opus 88. Gautier Capuçon, violoncelle. Martha Argerich, piano. Renaud Capuçon, violon. Chamber Orchestra of Europe, direction : Bernard Haitink. 1 CD Warner Classics. Enregistré les 12 et 13 novembre 2015 au Concertgebouw d’Amsterdam (concerto), à l’auditorium Stelio Molo Lugano en juin 2010 (opus 70), en juin 2011 (opus 73), en juin 2012 (opus 102) et en juin 2009 (opus 88 ). Notice en anglais, allemand et français. Durée : 78:19

 

Schumann

Pour célébrer Schumann, a choisi de réunir des enregistrements de pièces pour violoncelle et piano captées de 2009 à 2012 à Lugano avec le concerto enregistré au Concertgebouw en 2015. Mais cette interprétation dirigée de façon très sombre par accentue l’aspect dépressif du compositeur.

De ce disque au programme homogène entièrement consacré à Schumann, seul le concerto pour violoncelle et orchestre est une vraie nouveauté. En effet, les Pièces pour violoncelle et piano dans le ton populaire op. 102, ainsi que les Fantasiestücke op. 88 pour trio captées lors de festivals de Lugano avec l’immense et , étaient déjà disponibles dans les coffrets publiés par le même éditeur chaque année après le festival. Il en va d’ailleurs de même de l’Adagio et Allegro op. 70, écrit à l’origine pour le cor ainsi que des Fantasiestücke op. 73 empruntés cette fois aux clarinettistes. On retrouve certes avec un bonheur sans mélange ces belles interprétations et la poésie intense que leur confère la grande .

Capté dix ans plus tard, le concerto vaut presque avant tout pour la parure orchestrale que tisse , curieusement mélancolique et comme désabusé ; non que les tempos soient en eux-mêmes particulièrement lents, mais l’élan vital et le romantisme ardent sont gommés au profit d’une vision méditative et sombre dans laquelle se coule le violoncelle de . C’est dans le mouvement lent et le dialogue avec le violoncelliste solo du  que réside la meilleure part de cette version assez inhabituelle, moins convaincante que l’ancienne gravure du même Haitink avec (Philips).

Curieux disque, illustré d’étonnantes photographies du soliste en héros romantique, cape noire sur l’épaule, montant dans une calèche ou jouant de son instrument dans le parc de Versailles.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.