Carmen-banniere-728x90

Éliane Reyes en récital au Goethe Institut de Paris

Concerts, La Scène, Musique de chambre et récital

Paris. Goethe Institut. 14-V-2019. Robert Schumann (1810-1856) : Chant de l’aube n° 1 en ré majeur op. 133 ; Maurice Ravel (1875-1937) : Jeux d’eau ; Franz Liszt (1811-1886) : Les Jeux d’eau à la Villa d’Este, extrait du troisième recueil des Années de Pèlerinage ; Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Fantaisie en ré mineur KV 397 ; Frédéric Chopin (1810-1849) : Ballade n° 4 en fa mineur op. 52 ; Benjamin Godard (1849-1895) : Rêve vécu ; Nicolas Bacri (né en 1961) : Saisons ; Claude Debussy (1862-1918) : l’Isle Joyeuse. Éliane Reyes, piano

MGZ_0845Eli14-599x398Dans le cadre du cycle « Piano mon amour » de la saison Blüthner, l’Institut Goethe de Paris reçoit la pianiste pour un récital très inspiré, passionnant par son éclectisme qui convoque nombre de compositeurs figurant déjà dans son imposante discographie.

Pianiste prodige, assez discrète sur les scènes parisiennes, épouse du compositeur , , adoubée par les plus grands comme Vladimir Ashkenazy et Martha Argerich, est reconnue pour la délicatesse et l’à propos de ses interprétations, ainsi que pour son insatiable curiosité musicale au disque (Tansman, Godard), appétence d’ailleurs plusieurs fois récompensée par la critique (tels les 24 Intermezzi d’Alexandre Tansman, Clef d’Or ResMusica).

Ce concert en forme de florilège donne l’occasion au public parisien d’apprécier, dans ce cadre intimiste, toutes les facettes de son jeu fait d’une technique irréprochable, d’une virtuosité bien contenue sans effets de manche, auxquelles s’ajoute un sens de la narration envoûtant, haut en couleurs.

Le récital s’ouvre sur un hommage à Jörg Demus récemment disparu auquel Eliane Reyes dédie la Fantaisie KV 397 de Mozart que le pianiste autrichien enregistra en son temps (Saphir 2006). Moment de sombre recueillement et de fausse allégresse avant que la virtuosité pianistique ne reprenne ses droits dans la mise en miroir et les déferlements des très païens Jeux d’eau de Ravel face aux non moins virtuoses, mais plus religieux et méditatifs Jeux d’eau à la Villa d’Este de , extraits de la Troisième année de Pèlerinage. ensuite, incontournable, avec sa Ballade n°4 qui apporte un moment de romantisme et de poésie intenses en déployant toute la richesse de sa polyphonie sous les doigts de la pianiste. Romantiques également, quoique moins émouvants, le Rêve vécu de et le Chant de l’aube n° 1 de précèdent les Saisons de . Quatre intermezzi qui résultent de différentes commandes où se succèdent l’Automne en hommage à Henri Dutilleux, Hiver inspiré de « Für Elise » de Beethoven, Printemps dédié à Éliane Reyes, puis Eté, plus virtuose et spectaculaire, composé à la mémoire de Debussy et constituant ainsi une liaison idéale avec l’Isle Joyeuse qui révèle, ici, tout l’amour de Claude pour Emma Bardac dans une profusion de couleurs et une dynamique jubilatoire apportant une heureuse conclusion à cet admirable récital.

Crédit photographique : Éliane Reyes © Manuel Gouthiere  

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.