À emporter, CD, Musique symphonique

La guerre sans victimes du Chostakovitch d’Andris Nelsons

Plus de détails

Dimitri Chostakovitch (1906-1975) : Symphonies n° 6 op. 54 et n° 7 op. 60 dite “Leningrad”. Suite de la musique de scène du Roi Lear op. 58a. Ouverture de Fête op. 96. Orchestre symphonique de Boston, Andris Nelsons, direction. 2 CD Deutsche Grammophon. Enregistré au Symphony Hall de Boston, entre février et mai 2017. Notice en allemand et en anglais. Durée totale : 132 minutes

 

Chostakovitch 6 7 Nelsons DGArrivé à la moitié de son intégrale des symphonies de Chostakovitch, gravées avec le Symphonique de Boston, nous offre un album de belle facture, mais sans réel défi à relever.

Créée à la veille de la Seconde Guerre mondiale, la Symphonie n° 6 n’avait rien de “l’Ode à Lénine”, partition grandiose avec choeurs que le compositeur avait  imprudemment promise aux officiels soviétiques. Nelsons traduit avec justesse les immenses espaces de désolation qui annoncent la Symphonie n° 11. La saveur ondoyante des pupitres américains gomme quelque peu les arêtes d’une partition dont même les dissonances deviennent esthétiques ! L’agressivité caustique de l’Allegro est pour le moins édulcorée. Pourtant, les parties de la clarinette-basse et de la flûte solo n’amusèrent guère les censeurs de l’époque… Point d’urgence, de véritable prise de risques, en effet, comme c’est le cas dans le finale, Presto, sous les baguettes russes de Mravinski, Kondrachine, Rojdestvenski, Temirkanov et Gergiev.

Amer hymne dédié à la victoire, la Symphonie “Leningrad” rend hommages aux habitants de la cité : plus de 900 jours de siège, 1.800.000 morts du côté russe dont plus de la moitié de civils… L’œuvre si décriée et caricaturée notamment par l’avant-garde occidentale n’est assurément pas la partition simpliste d’un compositeur “officiel” du régime soviétique ! L’écoute du premier mouvement laisse dubitatif, le style de la direction correspondant davantage à celui d’un jour de kermesse populaire qu’à la célébration des rescapés d’un massacre. Les huit cors, six trompettes, six trombones et un tuba mènent “l’offensive” confortablement installés. La fausse insouciance lyrique du second mouvement très mahlérien n’est guère plus concluante. L’Adagio l’est davantage. L’écho de la Symphonie de Psaumes de Stravinsky, la clarté et la flamboyance des pupitres de Boston sont impeccables. Le finale est une véritable bande-son en Technicolor. On admire la performance orchestrale, dont la beauté des cuivres en oubliant l’objet de la symphonie. Il existe bel et bien chez Haitink, Kondrachine, Gergiev, Jansons, Svetlanov, Mravinski et Rojdestvenski.

La suite de la musique de scène du Roi Lear pour la tragédie de Shakespeare date de 1940 (la musique du film éponyme, op. 137, fut composée en 1970). La pièce donnée au Bolchoï n’a pas l’esprit persifleur d’un Lieutenant Kije, mais les saynètes assemblées “claquent”, ici, avec efficacité. Belle lecture, également, de l’Ouverture de fête. Difficile de réaliser une fanfare plus rutilante et qui dissimule sous un héroïsme de façade, un gigantesque éclat de rire.

Plus de détails

Dimitri Chostakovitch (1906-1975) : Symphonies n° 6 op. 54 et n° 7 op. 60 dite “Leningrad”. Suite de la musique de scène du Roi Lear op. 58a. Ouverture de Fête op. 96. Orchestre symphonique de Boston, Andris Nelsons, direction. 2 CD Deutsche Grammophon. Enregistré au Symphony Hall de Boston, entre février et mai 2017. Notice en allemand et en anglais. Durée totale : 132 minutes

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

  • Michel LONCIN

    Comment s’étonner que des « pupitres américains gomme(nt) quelque peu les arêtes d’une partition dont même les dissonances deviennent esthétiques » !!! Les étatsuniens (qui n’ont JAMAIS connu la guerre chez eux et sont si « prodigues » pour démolir les cités des autres !) ne sauraient comprendre ce qu’a signifié par la Russie la Terreur stalinienne et la guerre (non plus que l’Occident européen, d’ailleurs, assez goujat pour se refuser à rendre hommage à l’IMMENSE et DECISIF SACRIFICE russe lors des cérémonies du 75ème anniversaire du D Day !) …

    Incompréhensible que Andris Nelson confie son intégrale à un orchestre étatsunien … J’ai en mémoire une EXCEPTIONNELLE 8ème Symphonie à Lucerne avec le Concertgebouw d’Amsterdam … !!!

    • Martin Antoine

      Commentaire assez discutable et ceci voudrait dire que la musique russo-soviétique ne peut etre jouée que par des interprètes est et nord-européens ?
      Le grand Haitink qui vient d’arréter sa longue carrière était un excellent traducteur de Chostakovitch et bcp d’exemples vont en ce sens !

  • Denis Forest

    Ce qui serait plus intéressant que des considérations sur l’esprit des nations dignes du café du commerce, ce serait d’exprimer un avis après avoir effectivement écouté le disque ou le concert sur lequel portait l’article auquel on réagit.

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.