Archives de l’auteur : Stéphane Friédérich

Kubelik Munich Orfeo

Magistrales rééditions de Kubelik et la Radio bavaroise chez Orfeo

Ce coffret est un hommage rendu à Rafael Kubelík (1914-1996), qui légua à la postérité une discographie considérable, mais aussi à l'Orchestre Symphonique de la Radio Bavaroise, l'un des plus beaux orchestres allemands, fondé en 1949, et dont le musicien tchèque fut le chef principal de 1961 à 1979. Le répertoire classique s’ouvre avec la Symphonie n° 99 de Haydn. Bien que datée sur le plan du style, la direction élégante privilégie le ...
747313907083

Les musiques légères de Ferenc Fricsay à Stuttgart

Ferenc Fricsay possédait le génie de tirer le maximum de tous les orchestres qu’il dirigeait. Qui plus est, lorsqu’il proposait des programmes d’une originalité que l’on n’oserait peut-être plus aujourd’hui…  Le présent concert capté en 1955 est réédité dans son intégralité. Stupéfiant, déjà, par le choix du répertoire ! Sur le papier, on doute, mais à l’écoute, cela fonctionne à merveille. Au point d’ailleurs, que le titre du livret ose un « ...
Bruckner 6 Nelsons DG

Les Bruckner désenchantés de Nelsons à Leipzig

Le quatrième volume de l’intégrale Bruckner d’Andris Nelsons à la tête de l'Orchestre du Gewandhaus de Leipzig est une nouvelle déconvenue après de décevantes Symphonies n° 3, n°4 et n°7. Ce chef qui a réussi, au disque, de si belles prestations, notamment dans Strauss, Tchaïkovski et Dvořák (Symphonie n°9, BR Klassik, Clef ResMusica) passe une fois encore à côté de ses Bruckner. Pourtant, tout semblait réuni pour réaliser une impeccable Symphonie ...
Bruckner symph 1-9 RSO BR Klassik

Les Bruckner rayonnants du Symphonique de la Radio Bavaroise

Blomstedt, Haitink, Jansons, Maazel, quatre chefs sont réunis, moins pour célébrer, en concert, une somme brucknérienne (il manque au minimum la Symphonie “Nullte” pour une intégrale) que pour dresser un portrait sonore de l’orchestre. Mission accomplie ! Qu’un orchestre soit d’un niveau technique extraordinaire n’est pas tout : encore faut-il, qu’à l’instar des grands crus, on en reconnaisse la couleur et les parfums au-delà même des conceptions différentes des “terroirs” brucknériens. Affirmons-le : ...
Chostakovitch 6 7 Nelsons DG

La guerre sans victimes du Chostakovitch d’Andris Nelsons

Arrivé à la moitié de son intégrale des symphonies de Chostakovitch, gravées avec le Symphonique de Boston, Andris Nelsons nous offre un album de belle facture, mais sans réel défi à relever. Créée à la veille de la Seconde Guerre mondiale, la Symphonie n° 6 n’avait rien de “l’Ode à Lénine”, partition grandiose avec choeurs que le compositeur avait  imprudemment promise aux officiels soviétiques. Nelsons traduit avec justesse les immenses espaces de désolation ...
Tchaïkovski Berlin Petrenko

Inutile Pathétique par Kirill Petrenko à Berlin

On attendait beaucoup de ce disque, le premier de l’ère Petrenko. Trop, assurément, mais pas au point d’éprouver une telle déception. La première déconvenue vient du son. Malgré le label SACD, l’orchestre est capté sans profondeur réaliste, mettant à nu des cordes criardes. La seconde mauvaise surprise vient de la conception même du chef. La tenue rythmique de l’Adagio est pour le moins flottante et les petits effets compassés agacent. Les solistes ...
28948180752

Le minimalisme réjouissant de Dessner et des sœurs Labèque

Le tempérament de Katia et Marielle Labèque fait merveille dans trois œuvres de Bryce Dessner. Un véritable feu d’artifice de couleurs et de rythmes. Produit par les deux pianistes et guitaristes – dont le compositeur – ce disque est pour le moins minimaliste dans sa présentation : pas de texte sur le compositeur ou les œuvres, une biographie lapidaire avec la liste des membres de l’Orchestre de Paris… Rendez-vous donc sur ...
Rachmaninov Giltburg Naxos

Le piano orchestral de Boris Giltburg dans les Préludes de Rachmaninov

Boris Giltburg conçoit les deux cycles de Préludes de Rachmaninov comme un univers clos, étouffant presque et d’une grandeur inaltérable. Une vision personnelle séduisante et dérangeante à la fois. Nous avons été parfois déçu par les disques de Boris Giltburg (ses Schumann, Beethoven et précédents Rachmaninov) en raison d’un jeu froid et raide, qui altérait le souvenir que nous gardions des récitals du pianiste, vainqueur du Concours Reine Elisabeth, en ...
3760213651136

La réciprocité amoureuse de Marie Vermeulin

L’influence entre Clara et Robert Schumann a été bien étudiée. Mais, sous les doigts de Marie Vermeulin, elle est vécue “à domicile”, presque, dans la lumière d’un magnifique Bösendorfer. La Toccatina de Clara Wieck, qui ouvre les Soirées musicales, nous fait croire en la présence de Robert. Par la suite, telle Scène d’enfants évoque le regard de Clara. Puis la voix d’un Notturno de Clara se détourne de l’imprévu schumannien pour aller vers ...
7318599923000

Audace, virtuosité, exotisme : le Saint-Saëns rêvé des Kantorow

Aussi racé qu’intelligent, le piano d’Alexandre Kantorow offre, aux côtés d’un orchestre finlandais rutilant et sous la direction de son père, l’un des plus beaux disques consacrés aux concertos de Camille Saint-Saëns.  Pour ceux qui penseraient, à tort, que Saint-Saëns fut un compositeur de pièces académiques d’une veine salonnarde et judicieusement agrémentées d’effets, je conseille d’écouter cet enregistrement. Alors que nous entendons en concert et jusqu’à plus soif le Concerto ...
Schiff

Sous les doigts de Schiff, Schubert dans l’écrin du pianoforte

Suite de l’aventure schubertienne sur pianoforte d’András Schiff. L’instrument est magnifique, la réalisation remarquable. Nulle raison de bouder son plaisir. András Schiff avait déjà enregistré Schubert sur ce même instrument (Sonates D. 894, D. 960, Impromptus D. 935, etc.). Il s’agit d’un pianoforte Franz Brodmann fabriqué à Vienne, vers 1820. Il avait appartenu au dernier empereur de Hongrie, Karl Ier, et fut restauré en 1965. Jörg Ewald Dähler en fit l’acquisition ...
Connesson Lost Horizon

Les mondes symphoniques et littéraires de Guillaume Connesson

À la fois peintre et écrivain de l’orchestre, Guillaume Connesson saisit l’auditeur par la virtuosité de son écriture et la beauté plastique de ses univers sonores. Il y a des compositeurs avec lesquels on se sent “bien” immédiatement. Du moins si l’on aime la fantasmagorie en matière de musique et l’abandon devant le luxe sonore, tant la virtuosité devient esclave de l’imaginaire. Symphonie ou poème symphonique en trois parties, Les ...
Chopin Gasparian cover

Jean-Paul Gasparian orchestre magistralement Chopin

Ce récital qui s’ouvre par les quatre Ballades de Chopin est porté par un souffle qui impressionne. Il révèle la personnalité de Jean-Paul Gasparian, l’un des jeunes pianistes les plus intéressants d’aujourd’hui. Une Sonate n° 2 de Schumann pleine de risques assumés dans un album consacré aux archives du Festival de Nohant puis un superbe enregistrement consacré à Scriabine et Prokofiev également pour le label Evidence Classics et dans lequel Jean-Paul Gasparian “orchestrait” ...
4037408015264

Drame, burlesque, fanfare et autres amusements de Chostakovitch

Si les orchestres russes se délectent de ce répertoire profondément ancré dans leur culture de la parodie et de l’humour au second degré, la formation allemande dirigée par Howard Griffiths n’est pas en reste. Ce programme particulièrement bien équilibré associe des musiques à la fois “légères” et profondément novatrices. Howard Griffiths et l’orchestre d'Etat de Francfort ont parfaitement saisi que les trois pièces interprétées relèvent d’esthétiques complémentaires. En effet, chez ...
Musiques Italie fasciste

Premier ouvrage en français sur les musiques dans l’Italie de Mussolini

Foisonnant d’informations, multipliant les grilles de lecture, cet essai suscite pourtant quelques interrogations. Souhaitons, par dessus tout, qu’il fasse connaître nombre de compositeurs demeurés aujourd’hui encore dans l’ombre. Les périodes de totalitarisme sont propices à l’étude des arts. En témoigne le nombre d’ouvrages consacrés à l’Allemagne nazie et à la Russie communiste. L’Italie est un cas à part qui ne semble avoir intéressé que… les Italiens eux-mêmes ! La raison principale ...
hyperioncda68226

Le Brahms rugueux et fier de Garrick Ohlsson

« Mes berceuses de la douleur »… Brahms décrivait ainsi ses pièces ultimes pour le clavier. Confessions pudiques, regrets et réminiscences se rejoignent dans ces pages dont Garrick Ohlsson propose une lecture sans concessions. La discographie particulièrement imposante de Garrick Ohlsson réserve toutefois une large place au répertoire romantique, de ses origines (Chopin) à son extinction (Scriabine, Rachmaninov). Au cœur de cette vaste période, l’univers de Brahms est bien représenté grâce à ...
Verdi requiem Thielemann cover

Grandeur et objectivité de Thielemann dans le Requiem de Verdi

Voici le Requiem le moins italianisant de la discographie ! Le chef allemand Christian Thielemann nous en offre une lecture dérangeante et passionnante à la fois. On aimera ou bien on rejettera cette version à part dans la discographie. Chaque année, le 13 février, la Staatskapelle de Dresde donne un concert afin de commémorer la destruction totale de la ville lors des bombardements alliés (13 février 1945). Est-ce la gravité du moment qui conduit Christian Thielemann à ...
Mahler 7 Fischer

Le Chant de la nuit sans mauvais rêve d’Ivan Fischer

Clarté, luxe et volupté… Telle semble être la devise d’Ivan Fischer. Il domine sans conteste la virtuosité de l’écriture mahlérienne et offre une palette de couleurs splendides à la Symphonie n° 7. Est-ce pour autant suffisant ? Il ne manque que l’immense Symphonie n° 8 pour qu’Ivan Fischer et sa formation concluent leur cycle Mahler. Disons-le d’emblée : la Symphonie n° 7 dite du Chant de la nuit ne sera pas le jalon le plus ...
Bruckner 6 Ticciati

Robin Ticciati impose un Bruckner très personnel

Une énergie débordante, un sens des contrastes et des couleurs, voilà quelques qualités réunies sous la baguette de Ticciati dans cette étonnante Symphonie en la majeur de Bruckner. Directeur musical du Deutsches Symphonie-Orchester depuis deux ans, Robin Ticciati enregistre pour la première fois une symphonie de Bruckner (il grava fort bien, pour le label Tudor, la Messe n° 3 avec le Symphonique de Bamberg). Est-ce le prélude à une intégrale ? ...
Mendelssohn Lisiecki DG

Lisiecki et Bezuidenhout en quête d’un Mendelssohn authentique

Comment le pianiste Jan Lisiecki et le pianofortiste Kristian Bezuidenhout abordent-ils, dans ces deux parutions, le Concerto pour piano n°2, une œuvre dans laquelle classicisme et romantisme se rejoignent ? Jan Lisiecki a choisi le piano moderne et, à la suite de ses précédents enregistrements avec orchestre (Mozart, Chopin et Schumann), nous offre une lecture puissamment charpentée, à défaut d’être audacieuse sur le plan de la recherche des nuances. L’instrument soliste ...
Faure Le Sage Alpha

Nicolas Stavy et Éric Le Sage dans les tourments de Fauré

Nicolas Stavy a choisi de peindre, tel un pointilliste, le paysage fauréen. Il ajoute à sa toile deux inédits instructifs. Pour sa part, Éric Le Sage se tourne vers le roman des treize nocturnes dont il offre une version marquante. Les disques de Nicolas Stavy possèdent l’attrait non-négligeable de susciter la curiosité de l’auditeur. Ce volume consacré à Fauré réunit des œuvres composées sur six décennies. Autant dire qu’il n’y a guère ...
Blechacz Kim DGG

Rafał Blechacz et Bomsori Kim trouvent le chemin de l’élégance

Rafał Blechacz et Bomsori Kim interprètent trois sonates pour violon et piano emblématiques car à la croisée des esthétiques des XIXe et XXe siècles. Amoureusement conçu, leur voyage musical brille d’une clarté chaleureuse qui réjouit. Une remarque tout d’abord : si la notice est en anglais et en allemand et le texte sous-titré “From Paris to Warsaw”, doit-on s’étonner que la traduction française ait été jugée inutile ? Cela dit, voici un ...