À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Le minimalisme de Melaine Dalibert

Plus de détails

Melaine Dalibert (né en 1979) : Music in an octave – for David Sylvian ; Percolations (for right hand) – for Yuko Zama ; From zero to infinity – for Peter Garland ; Cheminant – for Reinier van Houdt ; Étude II. Melaine Dalibert, piano ; CD elsewhere 007 ; enregistré au HD Studio à Saint Maugan en février 2019 ; sans code barre ; sans texte ; 56′.

 

R-13819727-1561836099-1424.jpegPianiste et compositeur, compositeur et pianiste : les deux activités que pratique en parallèle s’interpénètrent et se complètent. Ce troisième CD monographique sous les doigts de l’interprète-compositeur creuse le sillon du minimalisme dans lequel s’inscrit son travail.

Peu de matériau donc à la source des cinq œuvres récentes réunies dans cet album : chez , l’idée musicale première est soumise au déterminisme d’algorithmes, des programmes construits par le compositeur lui-même, et sans le recours de l’ordinateur, qui régissent le processus d’avancée du matériau. Dans Music in an octave – for David Sylvian, l’accord-timbre qui délimite l’espace de résonance est donné à entendre dans de multiples configurations, selon le système fractal envisagé et une marche lente qui invite à une écoute profonde et intériorisée. L’espace résonnant est toujours circonscrit dans Percolations (for right hand) – for Yuko Zama, une pièce plus joueuse soumise à une autre énergie. C’est l’intervalle de quinte dans ses oscillations permanentes qui est ici déformé à l’envi, avec des effets de bourdon, voire de carillon très séduisants. La combinatoire se renouvelle dans From zero to infinity – for Peter Garnand, où la ligne mélodique différemment épaissie est arbitrairement stoppée dans sa progression. Le temps est long et l’écoute immersive dans Cheminant – for Reinier van Houdt, pièce qui donne son titre à l’album. « Je m’intéresse beaucoup à la capacité qu’à l’auditeur de percevoir les systèmes qui organise l’écriture », nous confiait le compositeur lors d’un entretien. Il joue avec nos attentes dans cette « cavatine » où il procède aux permutations mélodiques et rythmiques d’une incise de quatre notes ascendantes, dont il est peut-être plus facile ici de détecter le processus. A l’américaine, avec cette pulsation énergétique et galvanisante qui traverse toute l’écriture, Étude II se focalise sur les effets de lumière et de dynamiques selon les espaces-timbres envisagés. Dalibert mise là aussi sur les effets de la résonance et les illusions acoustiques  qui en résultent : autant de manières sensibles et personnelles de nous mettre à l’écoute.

Plus de détails

Melaine Dalibert (né en 1979) : Music in an octave – for David Sylvian ; Percolations (for right hand) – for Yuko Zama ; From zero to infinity – for Peter Garland ; Cheminant – for Reinier van Houdt ; Étude II. Melaine Dalibert, piano ; CD elsewhere 007 ; enregistré au HD Studio à Saint Maugan en février 2019 ; sans code barre ; sans texte ; 56′.

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.