Comédies musicales, La Scène

Christina Bianco digne héritière de Barbara Streisand dans Funny Girl

Plus de détails

Théâtre Marigny, Paris. 1-XII-19. Funny Girl, comédie musicale. Livret : Isobel Lennart. Lyrics : Bob Merrill. Musique : Julie Styne. Première représentation le 26 mars 1964.
Nouvelle production 2019. Mise en scène et chorégraphie : Stephen Mear. Lumières : Tim Mitchell. Metteur en scène associé : Stuart Winter. Chorégraphe associée : Joanna Goodwin. Direction musicale : James McKeon. Casting : Stephen Crockett CDG pour David Grindrod Associates. Avec Christina Bianco (Fanny Brice), Ashley Day (Nick Arnstein), Rachel Stanley (Mrs Brice), Matthew Jeans (Eddie Ryan), Mark Inscoe (Florenz Ziegfield), Ashley Knight (Mr Keeney), Shirley Jameson (Mrs Strakosh), Jessica Buckby (Mimsie), Isabel Canning (Emma), Joanna Goodwin Jinny Gould Jennifer Louise Jones Jessica Keable Billie Kay Gabby Antrobus Emily Ormiston Matthew John Gregory Ben Oliver Oliver Tester Emma Johnson Josh Andrews (Ensemble)

Comédie musicale méconnue, Funny Girl raconte l’ascension professionnelle et les chagrins d’amour d’une chanteuse vedette des Ziegfield Follies à New York au début du XXᵉ siècle. Le Théâtre Marigny le remonte avec brio, dans un spectacle enlevé.

DSC_7313-NB
Reprendre Funny Girl relevait d’une gageure : trouver la chanteuse capable de suppléer à , créatrice du rôle de Fanny Brice en 1964 à Broadway. C’est chose faite avec , dont le punch, l’abattage et la large couverture vocale laissent pantois.  ne s’est pas trompé non plus en confiant la mise en scène de cette nouvelle production à , qui sait parfaitement doser show et intimité des solos, avec l’aide de Joanna Goodwin pour des chorégraphies enlevées et glamour.

Pour incarner le rôle de Fanny Brice, dont l’histoire vraie est inspirée de la vie de cette actrice et chanteuse américaine née en 1891 à Brooklyn, il fallait à la fois un petit bout de femme et une sacrée voix. se glisse avec culot dans le personnage, jeune fille juive de Brooklyn, qui devient chanteuse vedette des Ziegfield Folies, à force de ténacité et de travail. Talent multiforme, elle est aussi crédible en comique qu’en amoureuse ou en femme d’affaires. Dynamique, bondissante, elle ne quitte presque jamais la scène et enchaîne sans faillir les scènes d’ensemble, les duos d’amour ou les solos introspectifs, comme le célébrissime People ou Who are you now ?

Très soutenue par la fosse, sous la baguette de James McKeon, elle est aussi très bien entourée par des rôles hauts en couleurs, tenus par l’épatante , qui joue la mère de Fanny ou , la voisine toujours prête à arranger un mariage. Côté messieurs, de l’élégance et une voix bien posée pour , qui incarne Nick Arnstein, l’époux joueur, de beaux moments de claquette et de danse avec le maître de ballet Eddie Ryan, incarné par et enfin la classe de Florenz Ziegfield, fondateur des Ziegfield Folies, porté par .

DSC_7487-NB
Sans temps morts, les scènes s’enchaînent, alternant fête de quartier, jeux de cartes dans le « saloon » familial, répétitions au théâtre et reconstitutions des Folies, parfaitement réussies. En misant sur des danseuses de grand gabarit, pour mieux contraster avec la petite taille de Christina Bianco, sert la dramaturgie et le livret, rendant plus crédible le décalage entre cette « petite chanteuse au physique ingrat » (ce que l’on disait de Fanny Brice à l’époque) et les grands succès qu’elle a obtenus. L’époque des premières revues de Broadway, qu’incarnaient les Ziegfield Folies, juste avant et après la Première Guerre mondiale, est parfaitement rendue. Paillettes et glamour avant la guerre, patriotisme et chansons militaires pendant la guerre et au moment de la victoire.

Le Théâtre Marigny a eu raison de ressusciter une comédie musicale qui avait quelque peu été oubliée, et qui attire un large public, en majorité anglo-saxon. Les spectacles de cette qualité, avec orchestre et plateau de chanteurs en pleine forme, ne sont peut-être pas si nombreux outre-Manche.

Crédits photographiques : © Julien Benhamou

Plus de détails

Théâtre Marigny, Paris. 1-XII-19. Funny Girl, comédie musicale. Livret : Isobel Lennart. Lyrics : Bob Merrill. Musique : Julie Styne. Première représentation le 26 mars 1964.
Nouvelle production 2019. Mise en scène et chorégraphie : Stephen Mear. Lumières : Tim Mitchell. Metteur en scène associé : Stuart Winter. Chorégraphe associée : Joanna Goodwin. Direction musicale : James McKeon. Casting : Stephen Crockett CDG pour David Grindrod Associates. Avec Christina Bianco (Fanny Brice), Ashley Day (Nick Arnstein), Rachel Stanley (Mrs Brice), Matthew Jeans (Eddie Ryan), Mark Inscoe (Florenz Ziegfield), Ashley Knight (Mr Keeney), Shirley Jameson (Mrs Strakosh), Jessica Buckby (Mimsie), Isabel Canning (Emma), Joanna Goodwin Jinny Gould Jennifer Louise Jones Jessica Keable Billie Kay Gabby Antrobus Emily Ormiston Matthew John Gregory Ben Oliver Oliver Tester Emma Johnson Josh Andrews (Ensemble)

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.