À emporter, Actus Prod, Audio, Musique de chambre et récital, Musique symphonique

L’œuvre pour piano seul de Sergueï Rachmaninov par Sergio Fiorentino

Plus de détails

Sergueï Rachmaninov (1873-1943) : 5 morceaux de fantaisie op. 3 ; 7 morceaux de salon op. 10 ; 6 moments musicaux op. 16 ; 10 préludes op. 23 ; 13 préludes op. 32 ; 8 études-tableaux op. 33 ; 9 études-tableaux op. 39 ; Sonate pour piano op. 28 ; Sonate pour piano op. 36 (2e version, de 1931) ; Variations sur un thème de Chopin op. 22 ; Variations sur un thème de Corelli op. 42 ; différentes miniatures sans numéro d’opus ; transcriptions et paraphrases ; 3 bonus en complément : Concerto pour piano en fa dièse mineur n° 1 op. 1 (version finale, de 1919) ; Rhapsodie sur un thème de Paganini op. 43 ; Vocalise op. 34 n° 14 dans la transcription de Sergio Fiorentino (de 1962/1989). Sergio Fiorentino, piano ; Orchestra Sinfonica di Roma della RAI dirigé par Carlo Franci (op. 1) ; Orchestra dell’Accademia Nazionale di Santa Cecilia dirigé par Vladimir Fedoseyev (op. 43). 6 CD Rhine Classics. Enregistrés à l’Auditorium Domenico Scarlatti RAI à Naples du 11 au 29 septembre 1987 ; pour les bonus : le 27 septembre 1958 à Rome (op. 1), le 21 décembre 1991 à Rome (op. 43) et le 20 février 1989 à Naples (op. 34 n° 14). Textes de présentation en anglais. Durée totale : 7:09:36

 

À l’automne de sa vie, enregistre l’intégrale de l’œuvre pour piano seul de , caressant l’oreille par la netteté du toucher comme par la simplicité.

Sergio Fiorentino_Sergueï Rachmaninov_Rhine ClassicsUn souffle divin se diffusait dans l’Auditorium RAI à Naples et animait lorsqu’il donnait au public, en septembre 1987, ces récitals entièrement dévolus à la musique de l’un de ses compositeurs préférés, transférés au disque à partir de bandes originales par Emilio Pessina.

Fiorentino en connaît par cœur chaque note, paraît-il, ainsi que chaque pause, et il nous désarme par la sincérité et la suavité de ses interprétations, baignées de délicatesse et de couleurs lumineuses. Déjà dans la lecture du Prélude en ut dièse mineur op. 3 n° 2, on perçoit cette ampleur du geste quasi épique, de même que cette approche picturale qui rendent sa virtuosité complètement innocente face au ton grave du discours, mais qui nous font penser aussi à la majesté de la Russie tsariste. Les sons mis en valeur dans la main gauche, renvoient à la sonnerie des cloches des églises orthodoxes semblant pressentir l’épouvante qui se répandra sur leur pays et fera fuir à l’Ouest.

Cette intégrale nous permet de tracer l’évolution de l’écriture du compositeur, influencée, dans sa jeunesse, par l’œuvre de (Morceaux de fantaisie op. 3, élaborés en 1892), puis par l’impressionnisme français (Études-tableaux op. 33, façonnées en 1916) et enfin par le néo-classicisme (Variations sur un thème de Corelli op. 42, écrites en 1931). Le caractère descriptif des pages juvéniles s’accompagne avec le temps de plus de clarté et de liberté des textures. C’est ainsi que cette musique devient plus profonde et plus ample, et qu’elle peut sortir de l’élégant salon aristocratique. Dans ses partitions, Rachmaninov repousse par son imagination – d’ailleurs comme , Claude Debussy et –, les limites du classique et, en quelque sorte, transgresse les possibilités offertes par le clavier.

Le jeu de Sergio Fiorentino révèle un extraordinaire sens du panache, de la poésie et du raffinement des couleurs. Comme par magie, ses phrasés chantent avec pureté et douceur, en évoquant toute une palette d’émotions et une multitude d’ambiances. On est saisi aussi bien par les nuances piano, surprenantes de velouté, que par les forte profonds et pourtant jamais criards.

Les compléments du programme de cet album sont des ajouts bienvenus car ils nous font réaliser à quel point Sergio Fiorentino est proche de cette musique. Mentionnons encore que le livret joint à ce coffret, renferme les photos de la transcription de la Vocalise op. 34 n° 14, que Fiorentino acheva en 1989. Un beau et généreux témoignage qui ne laisse pas de marbre et qui rappelle l’importance de l’œuvre pour piano de Sergueï Rachmaninov.

(Visited 643 times, 1 visits today)

Plus de détails

Sergueï Rachmaninov (1873-1943) : 5 morceaux de fantaisie op. 3 ; 7 morceaux de salon op. 10 ; 6 moments musicaux op. 16 ; 10 préludes op. 23 ; 13 préludes op. 32 ; 8 études-tableaux op. 33 ; 9 études-tableaux op. 39 ; Sonate pour piano op. 28 ; Sonate pour piano op. 36 (2e version, de 1931) ; Variations sur un thème de Chopin op. 22 ; Variations sur un thème de Corelli op. 42 ; différentes miniatures sans numéro d’opus ; transcriptions et paraphrases ; 3 bonus en complément : Concerto pour piano en fa dièse mineur n° 1 op. 1 (version finale, de 1919) ; Rhapsodie sur un thème de Paganini op. 43 ; Vocalise op. 34 n° 14 dans la transcription de Sergio Fiorentino (de 1962/1989). Sergio Fiorentino, piano ; Orchestra Sinfonica di Roma della RAI dirigé par Carlo Franci (op. 1) ; Orchestra dell’Accademia Nazionale di Santa Cecilia dirigé par Vladimir Fedoseyev (op. 43). 6 CD Rhine Classics. Enregistrés à l’Auditorium Domenico Scarlatti RAI à Naples du 11 au 29 septembre 1987 ; pour les bonus : le 27 septembre 1958 à Rome (op. 1), le 21 décembre 1991 à Rome (op. 43) et le 20 février 1989 à Naples (op. 34 n° 14). Textes de présentation en anglais. Durée totale : 7:09:36

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.