La Scène, Opéra, Opéras

Charmante Bohème à l’Opéra de Cologne

Plus de détails

Cologne. Staatenhaus. 12-I-2020. Giacomo Puccini (1858-1924) : La Bohème, opéra en quatre tableaux sur un livret de Giuseppe Giacosa et Luigi Illica d’après Scènes de la vie de bohème d’Henry Murger. Mise en scène : Michael Hampe. Décors et costumes : German Droghetti. Lumières : Andreas Grüter. Avec : Eleonora Buratto, Mimi ; Emily Hindrichs, Musetta ; Francesco Demuro, Rodolfo ; Insik Choi, Marcello ; Matthias Hoffmann, Schaunard ; Tijl Faveyts, Colline ; Reinhard Dorn, Benoît ; Donato di Stefano, Alcindoro ; Artjom Korotkov Parpignol ; Boris Djuric, Un sergente di Doganieri ; Sung Jun Cho, Un Doganiere. Chœur de l’Opéra de Cologne (chef de chœur : Rustam Samedov); maîtrise de la Cathédrale de Cologne (chef de chœur : Eberhard Metternich). Gürzenich-Orchester Köln, direction : Constantin Trinks

Jolie, poétique, touchante – la Bohème imaginée par en 2015 continue de charmer le public. Pour cette reprise, la partie musicale n’est pas en reste.

LA_BOHEME_GP_2019_0572
Non, cette production ne ravira pas les amis de relectures et autres relocations. Transposée, certes, au début du XXᵉ siècle, cette Bohème suit par ailleurs à la lettre les didascalies du livret. Décors d’un charmant réalisme, costumes d’époque aussi jolis que seyants et une direction d’acteurs à la fois sobre et professionnelle – voilà les ingrédients de cette mise en scène que le vétéran signa en 2015. C’est beau, c’est classique – et le public s’en montre bien enthousiaste.

Musicalement aussi, cette soirée est une belle réussite. Baguette précise, tempi souvent lents, mais jamais traînants, nous offre une lecture très poétique de la partition. L’esprit y est, la modernité aussi – et l’émotion ne manque pas. A ses débuts à l’Opéra de Cologne, réussit un sans-faute en Mimi. Passé un petit moment d’échauffement, son beau soprano lyrique se déploie avec facilité. Médium ample, aigu rayonnant, ravissantes demi-teintes, son chant touche droit au cœur – avec une mort particulièrement émouvante.   Timbre assez droit et un peu clair pour le rôle, manque un rien de charme en Rodolfo. La technique est pourtant sans faille et l’aigu sans limite. Et l’acteur convainc aussi.

Musetta correcte, Schaunard solide, nous réservons une mention spéciale au Colline nuancé de . Sans oublier le Marcello du jeune Coréen Insik Choi : belle voix corsée, homogène sur toute la tessiture, on l’imagine déjà dans un répertoire plus lourd. Espérons qu’il reste en troupe à Cologne pour développer lentement son talent.

Crédit photographique : © Hans-Jörg Michel

Plus de détails

Cologne. Staatenhaus. 12-I-2020. Giacomo Puccini (1858-1924) : La Bohème, opéra en quatre tableaux sur un livret de Giuseppe Giacosa et Luigi Illica d’après Scènes de la vie de bohème d’Henry Murger. Mise en scène : Michael Hampe. Décors et costumes : German Droghetti. Lumières : Andreas Grüter. Avec : Eleonora Buratto, Mimi ; Emily Hindrichs, Musetta ; Francesco Demuro, Rodolfo ; Insik Choi, Marcello ; Matthias Hoffmann, Schaunard ; Tijl Faveyts, Colline ; Reinhard Dorn, Benoît ; Donato di Stefano, Alcindoro ; Artjom Korotkov Parpignol ; Boris Djuric, Un sergente di Doganieri ; Sung Jun Cho, Un Doganiere. Chœur de l’Opéra de Cologne (chef de chœur : Rustam Samedov); maîtrise de la Cathédrale de Cologne (chef de chœur : Eberhard Metternich). Gürzenich-Orchester Köln, direction : Constantin Trinks

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.