À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Mélodies postromantiques avec Iryna Kyshliaruk et Yun-Ho Chen

Plus de détails

Modeste Moussorgski (1839-1881) : Les Enfantines (« Avec la nounou », « Au coin », « Le Hanneton », « Avec la poupée », « La Prière du soir », « Le chat Matross », « À la maison de campagne ») ; Franz Liszt (1811-1886) : « Was Liebe sei », « Jugendglück », « Fischerknabe », « Die Lorelei », « Comment, disaient-ils », « Über allen Gipfeln ist Ruh » ; Sergueï Rachmaninov (1873-1943) : Six Poèmes op.38 (« La nuit dans mon jardin », « À elle », « Marguerites », « Le Chasseur de rats », « Le Rêve », « Vers les cimes »), « Comment, disaient-ils » op.21. Iryna Kyshliaruk, soprano ; Yun-Ho Chen, piano. 1 CD. Mirare MIR486. Enregistré du 24 au 27 septembre 2018. Notice de présentation en français. Durée : 48:57

 

Programme ambitieux pour une soprano parfois à la limite de ses moyens, mais soutenue par un jeu pianistique de la plus grande qualité.

SonIntitulé « Son », cet album joue sur la polysémie d’un terme qui, dans sa translittération du russe vers le français, évoque la magie du son tout en gardant le sens de « rêve » qu’il a dans la langue originale. Le titre est d’ailleurs emprunté à celui de mélodie de Rachmaninov figurant au programme.

Un peu court, le programme regroupe des pièces appartenant à des esthétiques bien différentes, quoique relevant toutes des courants postromantiques qui ont traversé l’Europe, de la France à la Russie. Il propose notamment deux mises en musique du poème de « Comment disaient-ils ? », proposée dans la version que l’on doit à Liszt mais aussi, sur un texte traduit et nettement moins connue, dans celle de Rachmaninov. La jeune soprano ukrainienne se sort relativement bien des Enfantines de Moussorgski, la très légère stridence de son timbre permettant d’évoquer le caractère tour à tour tendre, mutin et capricieux du jeune garçonnet. Elle n’a pas, cependant, l’envergure vocale qui convient pour rendre justice à certaines des mélodies de Liszt et de Rachmaninov retenues pour cet album. Le large ambitus, les grands écarts, la puissance nécessaires pour fournir à l’auditeur le frisson qu’appellent ces mélodies, font encore défaut à la jeune cantatrice. L’instrument n’en est pas moins prometteur, doté d’une quinte aiguë appréciable et d’un pouvoir de coloration que viennent malheureusement gâcher certaines aigreurs du timbre. On notera la qualité du jeu de , très à l’aise notamment dans les pièces furieusement pianistiques de Rachmaninov, et la réelle complicité qui unit les deux interprètes. À écouter comme la carte d’un tandem à qui l’on souhaite une jolie carrière.

Plus de détails

Modeste Moussorgski (1839-1881) : Les Enfantines (« Avec la nounou », « Au coin », « Le Hanneton », « Avec la poupée », « La Prière du soir », « Le chat Matross », « À la maison de campagne ») ; Franz Liszt (1811-1886) : « Was Liebe sei », « Jugendglück », « Fischerknabe », « Die Lorelei », « Comment, disaient-ils », « Über allen Gipfeln ist Ruh » ; Sergueï Rachmaninov (1873-1943) : Six Poèmes op.38 (« La nuit dans mon jardin », « À elle », « Marguerites », « Le Chasseur de rats », « Le Rêve », « Vers les cimes »), « Comment, disaient-ils » op.21. Iryna Kyshliaruk, soprano ; Yun-Ho Chen, piano. 1 CD. Mirare MIR486. Enregistré du 24 au 27 septembre 2018. Notice de présentation en français. Durée : 48:57

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.