À emporter, Audio, Musique symphonique

Le Concerto pour serpent de Benjamin Attahir par l’ONL et Alexandre Bloch

Plus de détails

Maurice Ravel (1875-1937) : La Valse ; Rapsodie espagnole. Benjamin Attahir (né en 1987) : Adh-Dhohr, concerto pour serpent et orchestre. Patrick Wibart (serpent) ; Orchestre National de Lille ; direction : Alexandre Bloch. 1 CD Alpha Classics. Enregistré en octobre 2018 à Lille, Nouveau Siècle. Notice trilingue : français, anglais, allemand. Durée : 51:59

 

Successeur de à l’, remet judicieusement à l’honneur le répertoire français. Ce nouveau disque en témoigne dans Ravel par la clarté des timbres ; mais c’est surtout pour la découverte du Concerto pour serpent de qu’il s’impose.

Ravel_Attahir_Alexandre Bloch_AlphaDepuis sa prise de fonction comme directeur musical de l’Orchestre National de Lille en septembre 2016, a déjà réalisé quelques enregistrements marquants de musique française, en particulier d’ (Symphonie et poème de l ‘amour et de la mer avec Véronique Gens, Alpha) et de Georges Bizet (Les Pêcheurs de perles, Clef d’or ResMusica, Pentatone).

Ce nouvel enregistrement associe deux pages parmi les plus célèbres de Ravel et un inédit de . Les Ravel sont de belle tenue et témoignent de la reprise en main de l’orchestre après le trop long règne de . On s’en réjouit évidemment mais on ne cherchera pas dans cette brillante démonstration d’homogénéité, les clairs obscurs dans la Rapsodie espagnole, ni les arrière-plans vénéneux de La Valse que les plus grands ravéliens comme Ansermet, Boulez, Monteux, Munch, Ozawa ou Rattle (pour ne citer qu’eux) ont su y faire naître. Mais on doit reconnaître à Alexandre Bloch que la clarté des timbres qu’il revendique dans le texte d’accompagnement de ce disque est bien au rendez-vous. Commande de l’orchestre lillois qui le créa en 2017, le Concerto pour serpent de Benjamin Attahir est une vraie découverte. Une orchestration brillante, une forme rhapsodique mais à la progression clairement construite en une bonne vingtaine de minutes, des effets d’écho entre les cors de l’orchestre et le serpent, le charme envoûtant du timbre de Patrick Wibart qui n’est pas sans évoquer la voix humaine sont les éléments constitutifs de la réelle émotion que fait naître cette pièce à la fois d’accès immédiat et d’un réel raffinement orchestral.

C’est pour cette découverte qu’on choisira ce disque, dont on ne regrettera que le minutage bien chiche, d’autant plus regrettable que ce concerto s’inscrit dans un cycle de cinq pièces et donne envie de découvrir les quatre autres.

Plus de détails

Maurice Ravel (1875-1937) : La Valse ; Rapsodie espagnole. Benjamin Attahir (né en 1987) : Adh-Dhohr, concerto pour serpent et orchestre. Patrick Wibart (serpent) ; Orchestre National de Lille ; direction : Alexandre Bloch. 1 CD Alpha Classics. Enregistré en octobre 2018 à Lille, Nouveau Siècle. Notice trilingue : français, anglais, allemand. Durée : 51:59

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.