À emporter, Audio, Musique symphonique

Bien peu convaincante Symphonie n° 6 de Mahler sous la baguette de Tomáš Netopil

Plus de détails

Gustav Mahler (1860-1911) : Symphonie n° 6 « Tragique ». Orchestre philharmonique d’Essen ; direction : Tomáš Netopil. 2 CD Œhms Classics. Enregistrés à la Philharmonie d’Essen en mai 2019. Notice en anglais et allemand. Durée totale : 85:10

 

Après une Symphonie n° 9 de Mahler assez terne, le nouveau jalon de la probable intégrale de  ne séduit pas davantage.

Mahler 6 Netopil OehmsIl s’agit du premier enregistrement de la Symphonie n° 6 par les musiciens du Philharmonique d’Essen, dont les aînés assurèrent la création de la partition, le 27 mai 1906. Alma Mahler avoua, que pour la première fois, Mahler avait mal dirigé car il avait « certainement honte de sa propre émotion et craint qu’elle ne le submerge pendant l’exécution ». Ce n’est certainement pas l’émotion qui submerge la présente lecture, bien insipide de . Technicien efficace, le chef tchèque n’a pas vraiment brillé dans sa discographie, depuis ses premiers enregistrements pour Supraphon. Avec le temps, sa personnalité aurait pu s’affirmer davantage, d’autant plus qu’il choisit toujours de graver des monuments du postromantisme.

Dès les premières mesures de l’Allegro energico, on est dérouté par le peu d’engagement de l’orchestre. Pas assez creusée, sans véritable projection, la masse sonore dévoile une absence de conception. Tout étant scrupuleusement écrit dans la musique de Mahler, respecter les indications ne suffit guère. En l’occurrence, les rythmes de marches ne sont pas habités et lorsque la puissance se déploie, elle en devient maladroite. Les baisses de tension succèdent à une démonstration d’énergie vide de sens. Pour donner le change, Nepotil multiplie les digressions sur tels ou tels pupitres, au point que l’œuvre s’apparente à une Symphonie Alpestre « bis ».

Le Scherzo est tout aussi prudemment tenu, sans une once de noirceur et d’une virtuosité impersonnelle. On attend ici que le vulgaire et le sublime, le choral religieux et les stridences d’une fête populaire se superposent. Ce mouvement qui caractérise l’épuisement physique est disséqué en une suite d’épisodes. L’Andante au lyrisme plat, aux bois contemplatifs désagrège la tension amoureuse portée par le thème d’Alma. C’est un décor terne dont on craint qu’il ait peu de chance d’être modifié dans l’immense finale. Celui-ci s’ouvre, a priori, comme un voile déchiré. Ici, nul effort, nulle sensation de libération sonore. Tout pressentiment expressionniste s’est envolé parce que rien n’a été mis en jeu.

On s’interroge sur la nécessité d’un tel disque face à une discographie prodigieuse et dont les jalons parmi les plus marquants demeurent Tennstedt (Warner, 1991), Bernstein (DG, 1988), Haitink (Decca, 1989), Sinopoli (DG, 1986) et Solti (Decca, 1970).

 

(Visited 567 times, 1 visits today)

Plus de détails

Gustav Mahler (1860-1911) : Symphonie n° 6 « Tragique ». Orchestre philharmonique d’Essen ; direction : Tomáš Netopil. 2 CD Œhms Classics. Enregistrés à la Philharmonie d’Essen en mai 2019. Notice en anglais et allemand. Durée totale : 85:10

 
Mots-clefs de cet article
  • Michel LONCIN

    En tout cas, quelle que soit la valeur ou la non valeur de sa conception et de son interprétation, il CONVIENT de SALUER le fait que Tomáš Netopil RESPECTE la VOLONTE FINALE de Mahler en l’ultime fois où il a dirigé l’œuvre, le 04 janvier 1907, à la création viennoise, dans l’ordre des mouvements centraux : d’abord le Scherzo puis l’Andante !!! Le fait que, depuis vingt ans, la plupart des directeurs musicaux (et de tout premier plan !) adoptent l’ordre inverse IMPOSE par les élucubrations pseudo « historiques » de Gilbert Kaplan (richissime « homme d’affaires », qui s’est « payé » la partition originale et un enregistrement de la 2ème Symphonie !) et Jerry Bruck ne saurait remettre en cause ni cette VOLONTE ni les interprétations de chefs aussi inspirés que le furent en leur temps Léonard Bernstein, Klaus Tennstedt, Giuseppe Sinopoli ou Herbert von Karajan …

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.