À emporter, Biographies, Livre

Bruno Walter, une biographie par Erik Ryding et Rebecca Pechefsky

Plus de détails

Erik Ryding, Rebecca Pechefsky : Bruno Walter, un monde ailleurs. (Bruno Walter, A World Elsewhere, 2001). Notes de Nuit éditions. Traduction française de Blandine Longre. 551 pages. 25 €. Novembre 2019

 

Plus qu’une longue recension, la photo de couverture de indiquant une hypothétique direction, et le titre, « un monde ailleurs », résument à eux seuls cette superbe et passionnante biographie d’un chef d’orchestre hors du commun…

Couverture du livre Bruno Walter, Un monde ailleursC’est sans doute vers un monde différent que se tend cette main, que se tourne ce regard suppliant, vers un monde rêvé, un monde idéal que n’aura cessé d’évoquer et d’espérer tout au long de sa vie jalonnée pourtant de tant de tourments. Un parcours difficile semé d’embuches et de drames vécus par une personnalité pétrie d’un humanisme un peu désuet, mais tellement attachante… Une personnalité complexe, guidée par l’inlassable quête, très schoppenhaurienne, de la consonance, évoluant dans un monde terrifiant et dissonant dont les auteurs de cette biographie n’omettent aucun détail, pour en faire une somme, un document essentiel à la connaissance d’un homme, d’un immense chef d’orchestre, mais aussi d’une époque, celle de la fin de la république de Weimar, des espoirs déçus, de la montée du nazisme, de l’antisémitisme, de l’exil, de la mort et de l’amour, mais également une période de rencontres riches dont la plus marquante fut certainement celle de , de transitions esthétiques majeures (atonalité, jazz) que bien souvent feindra d’ignorer, d’admettre ou de promouvoir, s’enfermant dans une tradition un peu statique qu’il saura cependant toujours éclairer de ses éclatantes lectures, opératiques ou symphoniques, empreintes d’hédonisme et de lyrisme qui ouvriront l’histoire des premiers microsillons.

Au fil des pages de ce copieux volume, on découvre un homme né à Berlin en 1876, pianiste, compositeur et chef d’orchestre, passionné de culture allemande, ami de Thomas Mann, curieux, bien que circonspect vis-à-vis d’une modernité lui paraissant parfois trop agressive. Son parcours, chaotique et néanmoins exceptionnel, lui permettra de diriger toutes les plus prestigieuses phalanges européennes et américaines, (Vienne, Berlin, Munich, Leipzig, Londres, Amsterdam, New-York, Los Angeles…) accompagnant les plus grands solistes de l’époque. Walter est également un homme meurtri. Profondément marqué par le deuil de sa fille Gretel en 1939 et celui de sa femme Elsa en 1945, il poursuivra une inlassable quête spirituelle qui s’épanouira dans la mouvance anthroposophique de Rudolph Steiner. Ses dernières années seront marquées par une restriction progressive de ses apparitions publiques, s’attachant en priorité à graver un héritage discographique pour la Columbia Records, avec l’orchestre éponyme, avant de s’éteindre à Beverly Hills le 17 février 1962.

Cette biographie très attendue, faisant suite à la publication américaine originale datant de 2001, complète sans redondance Thème et variations, l’autobiographie publiée par Walter en 1946. Un livre passionnant de bout en bout, parfaitement documenté, bénéficiant d’une excellente traduction en français, de lecture facile… Un livre qui, par sa valeur d’exemple, nous apprend la tolérance et nous rend meilleur… c’est probablement à ce titre qu’il est indispensable !

Plus de détails

Erik Ryding, Rebecca Pechefsky : Bruno Walter, un monde ailleurs. (Bruno Walter, A World Elsewhere, 2001). Notes de Nuit éditions. Traduction française de Blandine Longre. 551 pages. 25 €. Novembre 2019

 
Mots-clefs de cet article
  • antoine martin

    Effectivement une excellente biographie à l’américaine ( énormément d’informations et de notes) de Bruno Walter (1876-1963) ; elle est parue aux USA en 2001 avec une récente mise au point du fait de la traduction en français (2019).
    Finalement un parcours assez facile et les talents musicaux de BW vont être rapidement reconnus notamment par son mentor Gustav Mahler rencontré à Hambourg alors qu’il n’avait que 20 ans.
    Rapidement deux faits marquants : changement de nom car bcp de Schlesinger en Silésie ( premier poste à Breslau, actuel Wroclaw en Pologne) ; puis conversion au catholicisme pour son second poste à Riga (impossibilité de voyager en Russie si tu es de race juive !).
    La grande déception sera cependant celle du compositeur qu’il voulait être avec aucune de ses œuvres ne rencontrant de succès public ou critique. Il abandonnera la composition assez vite.
    Postes rapidement obtenus : assistant de Mahler pendant sa direction de l’opéra de Vienne; GMD à Munich puis dans un des opéras de Berlin ; chef du Gewandhaus de Leipzig ou l’histoire tragique du XX eme siècle le rejoindra en 1933. Seconde carrière américaine après quelques années viennoises et un véritable été indien outre Atlantique.
    De la Prusse impériale et orientale du début aux USA de Nixon quel parcours humain et musical nous retrace ce livre très riche!
    Naturellement beaucoup de rencontres et d’amitiés : en dh de Mahler, Toscanini autre chantre de la démocratie, la famille de Thomas Mann, Kathleen Ferrier rencontrée en 1946 . Pas mal de réserves : l’ambivalence de Furtwängler et Richard Strauss . Des fidélités et par exemple Hans Pfitzner qu’il aidera à la fin de sa vie . Une curiosité pour les compositeurs américains mais un rejet du jazz.
    L’humanisme de Bruno Walter ne l’a finalement jamais quitté et ce livre nous le rappelle avec beaucoup d’émotion. Heureusement nous restent les enregistrements que nous réécoutons avec encore plus d’acuité et d’admiration.
    En lire moins

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.