À emporter, Audio, Musique d'ensemble

Dans la ligne d’ombre d’Adam Porębski

Plus de détails

Adam Porębski (né en 1990) : First Command, suite électroacoustique pour ensemble basée sur La Ligne d’ombre de Joseph Conrad. Paul Preusser, narrateur. Adam Porębski, électronique. Hashtag Ensemble : Ania Karpowicz, flûte ; Kamilia Wąsik-Janiak, violon ; Aleksandra Demowska-Madejska, alto ; Mateusz Loska, contrebasse ; Paweł Janas, accordéon ; Oliwier Andruszczenko, clarinette ; direction : Lilianna Krych. Musiciens additionnels : Magdalena Wąs, cor ; Agata Galik, harpe. 1 CD DUX. Enregistré en mars 2019 dans la salle de concert ZPiT Mazowsze (Otrębusy, Pologne). Notice bilingue (polonais et anglais). Durée : 55:13

 

Suivant pas à pas le roman La Ligne d’ombre de Joseph Conrad, les dix mouvements de la suite First Command du jeune compositeur Adam Porębski font pénétrer au cœur d’une traversée désastreuse entre Bangkok et Singapour, figée sur une mer d’huile, engluée dans les fièvres et les hallucinations, jusqu’à l’image morbide d’un bateau devenu tombe flottante.

Adam Porębski_Hashtag Ensemble_DUXCette suite électroacoustique pour ensemble de chambre, créée en 2017 dans le cadre du festival Images de Conrad à Varsovie, est intitulée « Premier commandement » en référence au titre initial du roman autobiographique de Joseph Conrad. Tout au long du parcours narratif et musical, instruments et électronique sont parfaitement fondus, offrant des plages sonores hypnotiques, enivrantes et obsédantes, tour à tour atmosphériques ou répétitives. Dès la première pièce « Résignation », l’auditeur est bercé par des ambiances marines qui ne sont pas sans rappeler le premier intermède instrumental de Peter Grimes de Benjamin Britten, une référence qui ne nous quitte plus. « Message » (2) noue par son crescendo dramatique l’inexorabilité du destin du jeune capitaine et de son nouvel équipage. Plus rien ne peut arrêter le processus qui conduit à la difficile traversée, objet du roman, passage initiatique de la ligne d’ombre qui conduit à l’âge adulte. Nous entrons alors dans la pesante léthargie qui plombera le voyage dès l’évocation du « Bateau » (3), portée par la contrebasse aux mélodies étirées, rejointe par les harmonies flottantes de la harpe puis le contrepoint du cor.

Ainsi Porębski conçoit-il sa suite, entre éléments descriptifs et commentaires musicaux des extraits littéraires choisis. Il évoque la mort du précédent capitaine du bateau par le chant d’un violon aux tremolos grinçants et insistants (« Histoire du capitaine », 6) ou les affres de la fièvre par un tuilage généralisé à tous les instruments, jouant par petites touches subtilement dissonantes (« Vision », 10). L’arrivée de la « Maladie » (7) est la pièce la plus remarquable par son évolution timbrale, déployant tout l’effectif dans une mosaïque de couleurs, depuis la flûte, la harpe et les clusters de l’accordéon jusqu’aux grognements de la clarinette basse et les boucles envoûtantes des cordes.

On regrette que la voix de Paul Preusser, le narrateur qui égraine en anglais les extraits choisis par le compositeur au début de chacun des dix mouvements, ne soit pas plus intégrée aux textures. Trop neutre, trop plaquée, sans effet et mixée un peu trop fort, elle fait sortir l’auditeur des climats délicats dans lesquels le compositeur et le parviennent à l’immerger à chaque épisode. Car c’est tout en finesse que l’écriture de Porębski cisèle les différentes plages sonores, associant avec justesse les huit instruments dans des couleurs sans cesse renouvelées, les nimbant à l’occasion d’effets électroniques. Les musiciens accompagnent parfaitement la lenteur, le huis-clos pesant, l’immobilisation du bateau sur une mer trop lisse, la contamination de l’équipage par une fièvre tropicale et le climat de folie qui finit par régner à bord. On se prend à imaginer ce qu’aurait pu donner un travail de l’ampleur de celui de la narration de Jean Negroni sur l’Apocalypse de Jean de Pierre Henry ou même, pourquoi pas, à rêver à une version chantée.

Plus de détails

Adam Porębski (né en 1990) : First Command, suite électroacoustique pour ensemble basée sur La Ligne d’ombre de Joseph Conrad. Paul Preusser, narrateur. Adam Porębski, électronique. Hashtag Ensemble : Ania Karpowicz, flûte ; Kamilia Wąsik-Janiak, violon ; Aleksandra Demowska-Madejska, alto ; Mateusz Loska, contrebasse ; Paweł Janas, accordéon ; Oliwier Andruszczenko, clarinette ; direction : Lilianna Krych. Musiciens additionnels : Magdalena Wąs, cor ; Agata Galik, harpe. 1 CD DUX. Enregistré en mars 2019 dans la salle de concert ZPiT Mazowsze (Otrębusy, Pologne). Notice bilingue (polonais et anglais). Durée : 55:13

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.