À emporter, Musique symphonique, Vidéo, Vidéo Musique

Hommage : le NHK Tokyo met en ligne deux concerts d’Alexander Vedernikov

Plus de détails

Tokyo. NHK Hall.
21-X-2018. Antonin Dvořák (1841-1904) : Concerto pour violoncelle en si mineur op. 104. Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893) : Symphonie n° 6 « Pathétique » en si mineur op. 74. Alexander Kniazev, violoncelle
01.XII.2018. Gueorgui Sviridov (1915-1998) : Tempête de neige, illustrations musicales d’après Alexander Pouchkine. Alexander Scriabine (1871-1915) : Concerto pour piano en fa dièse mineur op. 20. Alexander Glazounov (1865-1936) : Symphonie n° 7 en fa majeur op. 77. Andrei Korobeinikov, piano ; NHK Symphony Orchestra, direction : Alexander Vedernikov
Concert diffusé en streaming sur YouTube

 

En hommage à , mort des suites d’une infection au Covid-19 le 29 octobre dernier, le NHK Tokyo met en ligne deux concerts de 2018 sur Youtube.

Vedernikov NHK Tokyo 2 - cc NHK
Le Covid-19 tue principalement des personnes âgées ou à fortes comorbidités, mais il aura eu raison en quelques jours de l’un des meilleurs chefs de sa génération, mort à seulement 56 ans.

n’en avait que 37 lorsqu’il devint directeur musical du Bolchoï en 2001, un poste lâché d’un seul coup huit ans plus tard lors d’une tournée à Milan. Devenu par la suite directeur musical de l’, puis plus récemment de l’Opéra Royal du Danemark, l’homme avec qui nous avions eu la chance de nous entretenir en 2018 lors du Concours Svetlanov à Radio France était un artiste passionnant, grand amoureux de musique russe, notamment de Glinka, qu’il n’avait pas encore réussi à proposer à son nouveau poste, ni au Deutsche Oper Berlin avec lequel il collaborait de plus en plus, et où il devait reprendre Les Huguenots de Meyerbeer cette saison. Chef curieux au répertoire complet, qui réussissait à maintenir la tension tout au long d’un opéra de Puccini comme à s’atteler avec brio au répertoire moderne, il était aussi l’un des artistes les plus marqué par la grande tradition russe, bien plus que les nombreux chefs russes reconnus aujourd’hui en occident, de Sokhiev à Jurowski et autres Petrenko. C’est donc tout naturellement qu’il pouvait proposer des programmes intégralement slaves lorsqu’il était invité à Tokyo, comme en témoignent ces deux concerts mis en ligne depuis le 1er novembre par le NHK sur Youtube.

Le premier, du 21 octobre, associe deux grands classiques du répertoire, le Concerto pour violoncelle de Dvořák, avec en soliste un habitué de l’œuvre, , et en seconde partie la Pathétique de Tchaïkovski, l’un des ouvrages les plus puissants jamais composés, à l’aune de la mort – cette dernière vidéo était la seule déjà disponible depuis deux ans sur la plateforme en ligne. Ce que l’on y voit : un homme au profil russe, aux manières simples, cheveux gominés, n’hésitant pas à grimacer ou à lever les yeux au ciel avant de se lancer, comme s’il se demandait pourquoi il s’est embarqué dans cette galère… On remarque aussi très vite les moyens tournés exclusivement vers les musiciens, sans jamais chercher à réaliser de beaux gestes, avec baguette et partition pour le concerto tchèque, puis sans, à la russe, pour la symphonie. L’orchestre a beau être japonais, il sonne immédiatement slave sous cette direction, marque de l’acidité aux cuivres et de la rondeur au cordes graves, notamment dans l’ultime symphonie de Tchaïkovski, superbe de puissance, et pour laquelle Vedernikov parvient à maintenir le silence entre les deux derniers mouvements, sans pour autant dénaturer le début du Finale en le reprenant trop rapidement.

Vedernikov Korobeinikov NHK 2 - cc NHK
Le second soir, six semaines plus tard le 1er décembre 2018, le programme est cette fois plus exigeant, puisqu’au Concerto pour piano de Scriabine, magnifié par la mélancolie insufflée à l’orchestre autant que par le doigté du pianiste , répondent une très rare Tempête de Neige du compatriote Sviridov, mort vingt ans plus tôt, et en deuxième partie la Symphonie n° 7 de Glazounov dont Vedernikov nous avouait pourtant en 2018 ne pas tout apprécier de l’œuvre. Naturel autant que généreux, le chef revient aux saluts directement parmi l’orchestre, pour monter sur l’estrade face aux cuivres, et, en le désignant, surprendre un trompettiste à quelques centimètres de lui, qui peine à comprendre que c’est à lui de se lever pour être mis en avant. Une belle marque d’humanité, malheureusement impossible à revoir de la part de ce chef, que l’on pensait pourtant encore pouvoir entendre durant plusieurs décennies.

Crédits photographiques : Imprime-écrans des vidéos Youtube © NHK

Liens des œuvres mises en lignes :

21.X.2018 :

Antonin Dvořák – Concerto pour violoncelle :

 

– Symphonie n° 6 « Pathétique » :

 

01.XII.2018 :

Gueorgui Sviridov – Tempête de Neige :

 

Alexander Scriabine – Concerto pour piano :

 

Alexander Glazounov – Symphonie n° 7 :

 

(Visited 411 times, 1 visits today)

Plus de détails

Tokyo. NHK Hall.
21-X-2018. Antonin Dvořák (1841-1904) : Concerto pour violoncelle en si mineur op. 104. Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893) : Symphonie n° 6 « Pathétique » en si mineur op. 74. Alexander Kniazev, violoncelle
01.XII.2018. Gueorgui Sviridov (1915-1998) : Tempête de neige, illustrations musicales d’après Alexander Pouchkine. Alexander Scriabine (1871-1915) : Concerto pour piano en fa dièse mineur op. 20. Alexander Glazounov (1865-1936) : Symphonie n° 7 en fa majeur op. 77. Andrei Korobeinikov, piano ; NHK Symphony Orchestra, direction : Alexander Vedernikov
Concert diffusé en streaming sur YouTube

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.