Livestream, Opéra

Madama Butterfly en quasi direct du Greek National Opera

Plus de détails

Athènes. GNO Stavros Niarchos Hall, Stavros Niarchos Foundation Cultural Center. 16-XI-2020. Giacomo Puccini (1858-1924) : Madama Butterfly, opéra en trois actes sur un livret de Luigi Illica et de Giuseppe Giacosa ; version pour orchestre réduit d’Ettore Panizza. Mise en scène, décors et costumes : Hugo de Ana. Projections vidéos : Sergio Metalli – Ideogamma SRL. Lumières : Valerio Alfieri. Ermonela Jaho, Cio-Cio-San ; Chrysanthi Spitadi, Suzuki ; Violetta Lousta, Kate Pinkerton ; Gianluca Terranova, Pinkerton ; Dionysios Sourbis, Sharpless ; Nicholas Stefanou, Goro ; Marios Sarantidis, Prince Yamadori ; Yanni Yannissis, Bonzo ; Petros Salatas, Yakuside ; Dionisos Tsantinis, Commissaire impérial ; Theodoros Aivaliotis, Officier d’état civil ; Amalia Avloniti, mère de Cio-Cio-San ; Vaia Kofou, tante ; Fotini Hadjidaki, cousine ; Persefoni Kessouli, Dolore. Choeur du GNO (Chef de chœur : Agathangelos Georgakatos). Orchestre du GNO, direction musicale : Lukas Karytinos
Opéra sans public diffusé sur le site du GNO ; sous-titrés en grec, anglais ou français

 

En plein confinement dû au Covid-19, le Greek National Opera lance sa chaîne de streaming et l’ouvre avec la diffusion de Madama Butterfly, enregistré les 10 et 16 octobre, avec d’ et .

Jaho Butterfly

Mises en place dans une situation exceptionnelle, les plateformes vidéos devront être éprouvées avec le temps et sans doute pour certaines, regroupées ou basées plus sur des abonnements complets que sur de l’achat à l’acte, un tournant économique déjà connu dans la musique enregistrée, qui a laissé iTunes bien pauvre face aux Spotify et autres Tidal du marché. Mais dans cette période troublée, alors que personne ou presque ne peut plus accéder au parterre d’une salle de concert ou d’opéra, permettre aux artistes de jouer, comme on permet au sportifs de le faire, ne serait-ce que pour les maintenir en bonne forme physique, se montre plus que louable.

C’est donc avec respect que l’on aborde la nouvelle Madama Butterfly de l’opéra d’Athènes, vraiment nouvelle ni par sa mise en scène, réadaptée d’une production d’ initialement présentée en 2013 dans l’Odéon d’Hérode Atticus au pied de l’Acropole, ni pour Cio-Cio San, puisque le rôle est tenu par l’une de ses meilleures titulaires actuelles, déjà entendue dans le rôle de l’Opéra de Cologne dès 2010 à New-York, aux Chorégies d’Orange, au Théâtre des Champs-Elysées  ou à Londres. Au moins l’opéra joue-t-il, et permet-il à un public, en partie au parterre vu la chaleur des applaudissements, et surtout chez lui grâce à la rediffusion, de profiter de l’ouvrage, disponible à partir du 25 octobre 2020 jusqu’à fin 2021. Trois cubes de bois, celui central plus large que les deux autres, suffisent à la scénographie du metteur en scène, également en charge des costumes, très classiques, des kimonos japonais à l’habit d’officier de Pinkerton, en passant par la chemise hawaïenne, motifs parfois mis en regard avec les vidéos de feuilles de dessins japonais en arrière scène. Seul le jeans de l’héroïne sous son habit traditionnel ose un peu de modernité, là où là plupart des seconds rôles se voient grimés ou blanchis, à l’image d’un théâtre Nô.

Terranova Buterfly
L’aigu filé à l’apparition d’ annonce la couleur des notes à suivre, pour une soprano maitresse de bout en bout, jusqu’à la mort, par seppuku malgré le regard de l’icône catholique à côté d’elle, Suzuki en arrière-garde, prête à la décapitation, si toutefois l’héroïne refusait son geste d’honneur. Le dernier air rappelle justement ce point si important au Japon, déjà cité en exergue de l’opéra, bien que l’on reste encore plus convaincu par les duos avec Pinkerton et par le grand aria du II, Un bel di vedremo. est l’autre apport international de cette production, beau timbre, légèrement acidulé dans le haut médium parfois, et prononciation impeccable de sa langue natale, pour un rôle qu’il connaît déjà bien et devait porter lui aussi à Londres, en juin dernier. Solide Radamès à Nancy et Adorno électrique à Dijon ces dernières années, le chanteur n’aura pas totalement confirmé la carrière qu’on lui prédisait après son Duc turinois une décennie plus tôt. Il reste un ténor vaillant, agile sur toute la tessiture d’un rôle qui en piège beaucoup. La mezzo grecque Chrysanthi Spitadi porte parfaitement la seule grande partition pour mezzo-soprano que Puccini ait consacré à cette voix, Suzuki importante dès sa première scène, jusqu’à la dernière précitée.

On retient moins le Goro de Nicholas Stefanou, un peu faible à l’introduction, pour lui préférer le chaud Sharpless de Dionysios Sourbis ensuite, ou la discrète présence renforcée par la blondeur de cheveux comme de timbre de la Kate Pinkerton de Violetta Lousta. A un chœur peu fourni, mais bien préparé, s’accordent les odeurs marines renforcées par les vidéos (Sergio Metalli) et les lumières bleutées (Valerio Alfieri), quand l’Orchestre du GNO fait ressortir sous la battue du très concentré et sensible Lukas Karytinos, la partition retouchée –Covid-19 oblige encore – pour formation réduite, due à l’un des admirateurs et défenseurs les plus fervents du maître au siècle précédent, le chef et compositeur argentin Ettore Panizza.

Crédits photographiques : © arrêts sur image de la production

(Visited 315 times, 1 visits today)

Plus de détails

Athènes. GNO Stavros Niarchos Hall, Stavros Niarchos Foundation Cultural Center. 16-XI-2020. Giacomo Puccini (1858-1924) : Madama Butterfly, opéra en trois actes sur un livret de Luigi Illica et de Giuseppe Giacosa ; version pour orchestre réduit d’Ettore Panizza. Mise en scène, décors et costumes : Hugo de Ana. Projections vidéos : Sergio Metalli – Ideogamma SRL. Lumières : Valerio Alfieri. Ermonela Jaho, Cio-Cio-San ; Chrysanthi Spitadi, Suzuki ; Violetta Lousta, Kate Pinkerton ; Gianluca Terranova, Pinkerton ; Dionysios Sourbis, Sharpless ; Nicholas Stefanou, Goro ; Marios Sarantidis, Prince Yamadori ; Yanni Yannissis, Bonzo ; Petros Salatas, Yakuside ; Dionisos Tsantinis, Commissaire impérial ; Theodoros Aivaliotis, Officier d’état civil ; Amalia Avloniti, mère de Cio-Cio-San ; Vaia Kofou, tante ; Fotini Hadjidaki, cousine ; Persefoni Kessouli, Dolore. Choeur du GNO (Chef de chœur : Agathangelos Georgakatos). Orchestre du GNO, direction musicale : Lukas Karytinos
Opéra sans public diffusé sur le site du GNO ; sous-titrés en grec, anglais ou français

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.