À emporter, Musique symphonique, Vidéo, Vidéo Musique

La « Résurrection » de Mahler par Gustavo Dudamel et les Münchner Philharmoniker

Plus de détails

Gustav Mahler (1860-1911) : Symphonie n° 2 dite « Résurrection » en ut mineur. Chen Reiss, soprano ; Tamara Mumford, mezzo-soprano ; Orfeó Català ; Cor de Cambra del Palau de la Música Català ; Münchner Philharmoniker ; direction : Gustavo Dudamel. 1 Blu-Ray Unitel Edition. Enregistré le 27 juin 2019 au Palais de la musique catalane de Barcelone. Notice en anglais, allemand et français. Sous-titres en anglais, français, espagnol, coréen et japonais. Durée : 91:00

 

Dans le magnifique Palais de la musique catalane à l’acoustique exceptionnelle, Gustavo Dudamel livre, à la tête de l’Orchestre Philharmonique de Munich, une interprétation théâtrale, empreinte de liberté, mais sans ferveur, de la Symphonie n° 2 de Gustav Mahler.

Deuxième épisode du corpus symphonique mahlérien, inspiré du « Wunderhorn », la Symphonie n° 2 s’inscrit dans la continuité puisque c’est le héros de la première qu’on enterre pour mieux le voir renaître. Véritable mort initiatique ouvrant à un nouveau monde, elle porte les stigmates du deuil dont témoigne la « Totenfeier » initiale, évoque de fugaces moments de bonheur dans le second mouvement, se charge d’une ambiguïté ironique dans le tourbillon grotesque du Scherzo, avant qu’une voix touchante, le chœur et un grand appel de cuivres n’annoncent la résurrection finale. La deuxième symphonie est probablement dans sa quête de transcendance, celle, avec la huitième, qui porte la spiritualité mahlérienne à son niveau le plus élevé.

Grandiose et solennelle la Marche funèbre est conduite par Dudamel sans dramatisme (Dudamel a la mort joyeuse !) selon un phrasé très théâtral, engagé, à l’agogique fluctuante, où les nuances sont accentuées, les contrastes avivés tout comme l’affrontement des masses orchestrales qui en soulignent l’interprétation quasi expressionniste. Le chef ne néglige aucun détail de l’orchestration, sans sacrifier la ligne directrice du discours. La texture orchestrale reste claire, valorisant toutes les performances solistiques individuelles, tous les timbres (cor anglais, harpe, violon) et tous les nombreux contrechants.

Le second mouvement, Andante moderato, surprend par ses effets, sa légèreté presque galante dans une invitation à la danse. Dudamel prend un plaisir évident à y laisser respirer l’orchestre en toute liberté, nous laissant admirer le legato des cordes avant que le phrasé ne se creuse pour devenir douloureux jusqu’à la rupture marquée par les pizzicati et quelques notes égrenées de la harpe.

Le Scherzo suivant, très narratif, nous conte avec moult détails ironiques le « prêche de Saint Antoine aux poissons », extrait du Wunderhorn. Synthèse de grotesque et de sentimental, ponctuée de sursauts inquiétants, on y admire la fluidité et le lyrisme des cordes, le vrombissement des contrebasses, la réactivité et la rondeur des bois, les contrechants de cor. La dynamique est tendue et le crescendo parfaitement négocié (cuivres, percussions) ouvrant, dans une transition sidérante, sur le chant de la contralto annonçant Urlicht, lied également extrait du Wunderhorn : « Lumière originelle » à laquelle Tamara Mumford donne toutefois des accents bien terrestres manquant un peu d’élévation par son timbre mat, charnu et un vibrato difficilement contenu, qui s’accordent mal avec les désirs du compositeur qui souhaitait « une voix d’enfant chantant comme au paradis ».

Pendant du premier mouvement, le Finale est abordé dans une optique très immanente, dans un climat quasi festif qui manque singulièrement de ferveur. Certes, les prouesses individuelles sont au rendez-vous (percussions, cordes graves, cor anglais, cuivres) témoignant de l’excellence de la phalange bavaroise dans un crescendo parfaitement amené : lenteur de progression, sentiment d’attente, tension entretenue jusqu’à l’ouverture du ciel et l’entrée retardée du Chœur… mais trop de théâtralité et pas assez de spiritualité dans ce discours, malgré la beauté du chœur catalan et l’intervention de Chen Reiss bien chantante, unis dans un éclatant « Aufersthehen ».

Que de chemin parcouru depuis le premier enregistrement mahlérien du chef en 2007 ! Si Gustavo Dudamel n’est pas encore totalement admis dans le club très fermé des grands mahlériens, il nous offre avec ce Blu-Ray un beau témoignage (juste dans la note, plus discutable dans l’esprit) plus qu’une véritable référence.

Une remarquable prise de son et une caméra très affûtée participent de la réussite formelle de cet enregistrement.

Lire aussi :

L’ordre et le chaos dans les symphonies de Mahler : la quête de l’Ordre

 

(Visited 313 times, 4 visits today)

Plus de détails

Gustav Mahler (1860-1911) : Symphonie n° 2 dite « Résurrection » en ut mineur. Chen Reiss, soprano ; Tamara Mumford, mezzo-soprano ; Orfeó Català ; Cor de Cambra del Palau de la Música Català ; Münchner Philharmoniker ; direction : Gustavo Dudamel. 1 Blu-Ray Unitel Edition. Enregistré le 27 juin 2019 au Palais de la musique catalane de Barcelone. Notice en anglais, allemand et français. Sous-titres en anglais, français, espagnol, coréen et japonais. Durée : 91:00

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.