Audio, Musique de chambre et récital, Parutions

La cornemuse exploratrice d’Erwan Keravec

Plus de détails

Heiner Goebbels (né en 1952) : n° 20/58. Philip Glass (né en 1937) : Two Pages. Eliane Radigue (née en 1932) : Occam Ocean, Occam XXVII. Erwan Keravec : cornemuse. 1 CD Buda Musique. Enregistré au gmem, Centre National de Création Musicale de Marseille, en juin 2020. Notice trilingue (français, anglais et allemand). Durée : 49:04

 

Avec deux commandes faites à et qui s’ajoutent à l’appropriation d’une œuvre historique de , le sonneur continue d’inscrire son art au cœur de la création contemporaine. Au fil de ses disques, la cornemuse gagne ses lettres de noblesse au sein du répertoire d’aujourd’hui.

Erwan Keravec - Goebbels Glass RadigueC’est un voyage que propose l’album d’, spatial, sonore, esthétique et émotionnel. Il débute avec le chemin de croix du sonneur sur la pièce n °20/58 d’ (2018), effectuant une procession depuis le lointain pianissimo jusqu’à la pleine lumière du fortissimo. Ce parcours intègre deux fugaces citations d’arias de Bach, tirées de la Passion selon Saint Jean (« Erwäge, wie sein blutgefärbter Rücken » et « Es ist vollbracht »). Une bande son accompagne cette immersion, passant des éléments naturels (orage, mer) aux battements et engrenages mécaniques.

C’est une parfaite préparation aux Two Pages de (1968), manifeste radical de la musique répétitive initialement destiné au piano, qui profite ici d’un éclairage nouveau associé aux sonorités de la cornemuse. D’une part, Erwan Keravec intègre un bourdon en do à la partition, typique de la musique traditionnelle, ce qui célèbre le mariage heureux entre la drone music et la musique répétitive ; d’autre part, les mouvements du musicien en allées et venues continuelles enrichissent considérablement le son en lui amenant de nombreuses subtilités harmoniques, malgré le jeu métronomique rapide suscité par la partition. Très loin de la régularité mécanique implacable des interprétations pianistiques, la matière sonore se fait ici organique. Deux temporalités se rencontrent.

Enfin, l’œuvre d’, Occam XXVII (2019), poursuivant la série des Occam Ocean, repose sur une structure en arche caractéristique, depuis la lente mise en place partant de sons gutturaux et de grincements, l’intense climax central, jusqu’au retour progressif au silence initial. La preuve en est faite, la magie de la compositrice, sa science du son, du détail et de la progression, opèrent fort bien avec cet instrument si sonore, tellement éloigné de ses recherches habituelles sur l’infime. Les deux artistes en doutaient un peu eux-mêmes avant d’essayer. Nous étions également dans le même cas, curieux du résultat avant d’entendre l’œuvre en concert, et aujourd’hui au disque. Comme toujours avec Radigue, au bout de quelques minutes, l’instrument est complètement oublié au profit d’une plongée hors du temps dans le lent travail sur les détails de la matière, les mouvements, les battements, les vibrations et les harmoniques. Erwan Keravec offre une maîtrise magistrale de ces paramètres, d’une grande musicalité, admirablement captée par les micros délicats et experts de Manu Le Duigou.

(Visited 373 times, 1 visits today)

Plus de détails

Heiner Goebbels (né en 1952) : n° 20/58. Philip Glass (né en 1937) : Two Pages. Eliane Radigue (née en 1932) : Occam Ocean, Occam XXVII. Erwan Keravec : cornemuse. 1 CD Buda Musique. Enregistré au gmem, Centre National de Création Musicale de Marseille, en juin 2020. Notice trilingue (français, anglais et allemand). Durée : 49:04

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.