Livestream, Musique symphonique

Das Lied von der Erde version Covid-19 à l’Oper Frankfurt

Plus de détails

Francfort. Oper Frankfurt. 02-IV-2021. Gustav Mahler (1860-1911) : Das Lied von der Erde, symphonie sur des textes de Die chinesische Flöte d’Hans Bethges ; orchestration pour petit orchestre de Jens Joneleit (2011). Katharina Magiera, alto. AJ Glueckert, ténor.Frankfurter Opern- und Museumsorchester, direction musicale : Sebastian Weigle
Concert enregistré sans public diffusé sur sur le site de l’Opéra de Francfort

Malgré un orchestre en version confinement, l’Oper Frankfurt et son directeur musical proposent un Chant de la Terre dense orchestralement, superbement chanté par le ténor et l’alto .

La vidéo débute par une lente ouverture du rideau de scène de l’Oper Frankfurt, puis présente succinctement le projet, en allemand sans sous-titre. Avant de laisser place à la musique, il rappelle que l’opéra n’a accueilli aucun spectateur depuis cinq mois, et qu’il lui tarde de retrouver son public.

Le rideau est donc ouvert, mais sur un parterre vide. Présenté dans une orchestration de chambre, créée par Jens Joneleit en 2011 (choix intéressant mais curieux quand on sait qu’il existe une version Schönberg, Das Lied von der Erde de sonne étonnamment dans la salle, et déploie une impressionnante densité.

L’introduction de l’œuvre, et donc du chant Das Trinklied von Jammer der Erde, impressionne pas le volume qui ressort de la petite formation, aussi puissante par ses quelques cordes – huit violons seulement – que par ses cuivres. Dans ce type de transcription mahlérienne, le tissu orchestral hyper touffu est réduit à un minimum d’instruments, même si la plupart des vents – magnifique flûte et hautbois solos – sont tout de même ici doublés, afin de ne pas obliger le pupitre principal à tenir l’intégralité des parties pendant plus d’une heure. , de l’ensemble de Francfort, entre dans l’œuvre avec la même vaillance que l’orchestre et un timbre relativement acide, comme souvent lorsque les Mime du Ring s’attellent à cette partition. Quelques petites accentuations mériteraient encore d’être altérées, à l’image du Tod trop appuyé en fin de première strophe ou du Laute de la suivante. Mais globalement, la prestation convainc pleinement et offre un ténor (supérieur à beaucoup d’autres entendus ces dernières décennies) à réentendre ces prochaines années dans l’ouvrage.

, de l’ensemble également, appelle les mêmes remarques sur la diction parfois un peu trop appuyée, mais surtout les mêmes louanges quant à son interprétation globale. Grâce à son timbre grave, superbement porté vers le bas sans jamais être exagéré, notamment dans l’Abschied, la chanteuse livre le texte de Bethge avec un superbe engagement. Ses derniers Ewig auraient pu être plus troublants et encore plus touchants, mais ils s’accordent à la direction de Weigle, toujours adaptés aux évolutions et multiples renouvellements de la partition, sans jamais chercher à la dénaturer en proposant une lecture trop personnalisée.

Comme toujours devant une prestation d’un tel niveau, on se rassure quant au fait que malgré les conditions liées aux contraintes sanitaires depuis un an, les artistes n’ont rien perdu de leurs qualités.

Crédits photographiques : © Opéra de Francfort

(Visited 172 times, 1 visits today)

Plus de détails

Francfort. Oper Frankfurt. 02-IV-2021. Gustav Mahler (1860-1911) : Das Lied von der Erde, symphonie sur des textes de Die chinesische Flöte d’Hans Bethges ; orchestration pour petit orchestre de Jens Joneleit (2011). Katharina Magiera, alto. AJ Glueckert, ténor.Frankfurter Opern- und Museumsorchester, direction musicale : Sebastian Weigle
Concert enregistré sans public diffusé sur sur le site de l’Opéra de Francfort

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.