À emporter, Audio, Musique d'ensemble

Les influences italiennes de Michael Praetorius avec Florian Helgath

Plus de détails

Michael Praetorius (1572-1621) : Meine Seele erhebt den Herren ; Sie wie fein und lieblich ; Christ der du bist der helle Tag ; Christe der du bist Tag und Licht. Adriano Banchieri (1568-1634) : Sonata sopra l’arias Musicale del Gran Duca. Antonio Cifra (1584-1629) : Magnificat a 8. Claudio Monteverdi (1567-1643) : Lauda Jerusalem. Ludivoco Viadana (1560-1627) : Sinfonia « La Bergamasca » ; Laudate Dominum. Agostino Agazzari (c.1580-1642) : Et repleti sunt omnes ; Doleo super te. Giovanni Gabrieli (1554/7-1612) : Sonata Pian’e forte. RIAS Kammerchor, direction : Florian Helgath ; Capella de la Torre, direction : Katharina Bäuml. 1 CD Deutsche Harmonia Mundi. Enregistré du 8 au 12 novembre 2020, au centre Bürgerhaus Neuenhagen. Livret en anglais et allemand. Durée : 76:25

 

, les musiciens du Rias Kammerchor et de la témoignent de l’empreinte vénitienne qui aura marqué durablement et l’Europe de son temps.

Lorsque on regarde de plus près la vie de ce compositeur avec la place qu’il occupe dans la musique allemande au tournant de la Renaissance vers le baroque, on découvre combien l’influence de la musique italienne fut primordiale pour son art. 2021 est un double anniversaire pour ce compositeur né en 1571 et mort en 1621. Sa carrière de musicien se déroula essentiellement à Lüneburg, à la cour de Wolfenbüttel et à Dresde auprès du Prince-électeur de Saxe Jean-Georges 1er. Il écrit pour divers instruments dont l’orgue et pour des chœurs au travers d’un catalogue impressionnant. On lui doit également la rédaction d’une grande encyclopédie musicale : Le Synctagma musicum !

Le programme de ce disque est donc l’écho des influences reçues par les fréquentations de Michael Praeotorius auprès de divers collègues dont Hans-Leo Hassler, Mathias Weckmann, Heinrich Schütz, autant de grands maitres pétris par l’art vénitien, magnifié entre autres par Claudio Monteverdi et Giovanni Gabrieli. Ces deux derniers se retrouvent ici logiquement dans un Psaume de Vêpres à Saint-Marc de Venise et dans une sonate instrumentale. D’autres l’entourent encore comme ou . A l’écoute de ces œuvres flamboyantes, on comprend l’engouement de ces musiciens allemands, habitués à un style luthérien souvent plus épuré. Les œuvres de présentent ici résident en quatre cantates. Les thèmes sont des chorals ou des Magnificat, se rapprochant de différents Psaumes, matériel même des vêpres vénitiennes. L’ambiance est à s’y méprendre : il y a là un mimétisme assez marqué, qui ne pourrait être qu’une pâle imitation et qui au contraire est porté par une grande inspiration musicale et une jubilation quasi permanente, même dans les passages les plus recueillis. Cela laisse rêveur sur ce que pouvaient vivre ces heureux artistes, tant une joie des plus rayonnantes s’exprime dans ces pages fastueuses.

C’est tout cela que traduisent remarquablement les musiciens réunis sous la direction de . Rompus à ces répertoires anciens, le offre une vision lumineuse, aérée et entrainante, soutenus par l’ensemble orchestral formé par Katharina Bäuml et composé d’instruments à cordes et à vents, de style Renaissance, apportant une couleur très particulière. Tour à tour à l’unisson des voix (colla parte), ou dans des parties bien spécifiques, ils enrichissent et prolongent avec l’acoustique les sonorités des diverses parties chantées.

Peu à peu, et grâce à une discographie de plus en plus riche, on découvre pas à pas cet art immense d’un musicien de génie, « touche à tout » depuis les danses de ballets de Terpsichore, les grandes pièces pour orgue, les cantates et motets, sans oublier ses nombreux ouvrages théoriques… ce disque apporte une pierre solide et véritable dans cet édifice en devenir.

Lire aussi :

Les dynasties musicales : les Praetorius

(Visited 161 times, 1 visits today)

Plus de détails

Michael Praetorius (1572-1621) : Meine Seele erhebt den Herren ; Sie wie fein und lieblich ; Christ der du bist der helle Tag ; Christe der du bist Tag und Licht. Adriano Banchieri (1568-1634) : Sonata sopra l’arias Musicale del Gran Duca. Antonio Cifra (1584-1629) : Magnificat a 8. Claudio Monteverdi (1567-1643) : Lauda Jerusalem. Ludivoco Viadana (1560-1627) : Sinfonia « La Bergamasca » ; Laudate Dominum. Agostino Agazzari (c.1580-1642) : Et repleti sunt omnes ; Doleo super te. Giovanni Gabrieli (1554/7-1612) : Sonata Pian’e forte. RIAS Kammerchor, direction : Florian Helgath ; Capella de la Torre, direction : Katharina Bäuml. 1 CD Deutsche Harmonia Mundi. Enregistré du 8 au 12 novembre 2020, au centre Bürgerhaus Neuenhagen. Livret en anglais et allemand. Durée : 76:25

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.