À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Un Widor éblouissant par Jean-Baptiste Dupont à l’orgue de Saint-Sernin de Toulouse

Plus de détails

Charles-Marie Widor (1844-1937) : Symphonie n° 8 en si majeur op. 42/4 (version de 1929). Joseph-Guy Ropartz (1864-1955) : Prière, extrait des 6 pièces pour grand-orgue. Camille Saint-Saëns (1835-1921) : Cyprès et lauriers en ré mineur op. 156. Jean-Baptiste Dupont à l’orgue Aristide Cavaillé-Coll (1887) de la Basilique Saint-Sernin à Toulouse. 1 CD Audite. Livret en français, anglais et allemand. Durée : 54:34

 

Les Clefs du mois

La Symphonie n° 8 de est la dernière écrite dans un style orchestral cher au compositeur, avant le mysticisme des deux dernières, la « Gothique » et la « Romane ». Grâce aux couleurs rutilantes et à la fulgurance de l’orgue Cavaillé-Coll de la Basilique Saint-Sernin de Toulouse, offre une version ou l’effervescence du discours côtoie les mises en lumières des divers climats suggérés par le compositeur.

Dans l’ensemble des 10 symphonies pour orgue, la huitième occupe une place particulière. Constituée de six mouvements elle matérialise sans doute l’apogée de l’art de Widor. Initialement cette œuvre comportait sept mouvements avec un Prélude en quatrième position et qui servait d’introduction aux Variations suivantes. Par la suite, Widor retira ce mouvement et c’est sous cette forme définitive de l’édition de 1929 que propose son interprétation. On sait l’attachement particulier du compositeur pour les orgues d’ qu’il fréquenta dès sa jeunesse avant de se retrouver plus tard aux claviers du somptueux instrument de Saint-Sulpice à Paris à partir de 1870. Autant dire que cette esthétique convient tout particulièrement à l’univers musical de Widor.

C’est ce que l’on retrouve ici pleinement avec cette nouvelle version sur le vénérable instrument toulousain. Restauré en 1996, il a bénéficié d’un relevage en 2017 par la Manufacture Robert et les Ateliers Pesce. Cet orgue est actuellement au meilleur de sa forme, apte à un enregistrement de grande qualité. La prise de son globalise très avantageusement les sonorités dans l’acoustique précise de Saint-Sernin. Jean-Baptiste Dupont fréquente régulièrement ce lieu et s’est complètement imprégné de la pâte sonore de ce témoin privilégié de l’art de la facture symphonique. Il en connait tous les secrets en matière d’équilibres, de dynamique et de musicalité. Aussi se laissera-t-on porter par les diverses atmosphères générées au cours des divers mouvements. L’influence allemande y est sensible, s’inspirant tour à tour de plusieurs auteurs de Bach à Mahler, tout en bâtissant cependant une construction sous forme de Suite à la française.

Au delà du choix de l’orgue de Toulouse qui semble bien logique, l’interprète fait cependant remarquer combien certaines registrations demandées par l’auteur sont incommodes à mettre en œuvre, chaque instrument, y compris de Cavaillé-Coll apportant ses particularismes. Pour autant c’est l’esprit même du discours qui gomme ces difficultés techniques pour ne garder que le son souverain souhaité et réalisé. Les divers mouvements s’articulent autour du noyau central de la symphonie constitué par les Variations du troisième mouvement, pièce d’orgue la plus développée de Widor.

En complément de programme Jean-Baptiste Dupont propose la Prière de œuvre profonde et pensée pour l’office divin, à la différence de la symphonie de Widor. Enfin clôture ce programme avec le premier volet de son œuvre Cyprès et Lauriers op 156. Il s’agit d’une composition pour célébrer la victoire des alliés lors de la première guerre mondiale. La première partie Cyprès est pour orgue seul, l’orchestre n’intervenant que dans la deuxième partie Lauriers. Le climat est sombre, les cyprès évoquent l’arbre funéraire, l’atmosphère est douloureuse et sobre. Une nouvelle fois les couleurs raffinées de l’orgue de Saint-Sernin font merveille.

Ce disque constitue le premier enregistré par cet artiste sur cet orgue. Il y a là une symbiose évidente magnifiée par les beaux textes musicaux du récital. On est heureux de saluer la mise en valeur d’un patrimoine extrêmement précieux, tant musical qu’organistique.

(Visited 566 times, 1 visits today)

Plus de détails

Charles-Marie Widor (1844-1937) : Symphonie n° 8 en si majeur op. 42/4 (version de 1929). Joseph-Guy Ropartz (1864-1955) : Prière, extrait des 6 pièces pour grand-orgue. Camille Saint-Saëns (1835-1921) : Cyprès et lauriers en ré mineur op. 156. Jean-Baptiste Dupont à l’orgue Aristide Cavaillé-Coll (1887) de la Basilique Saint-Sernin à Toulouse. 1 CD Audite. Livret en français, anglais et allemand. Durée : 54:34

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.