Festivals, La Scène, Musique d'ensemble

Les contre-ténors à l’honneur au Festival Valloire Baroque

Plus de détails

Valloire. Eglise Notre Dame de l’Assomption. 24-VII-2021. Œuvres de Giovanni Felice Sances (1600-1679), Giulio Cesare Barbetta (1540-1603), Tarquinio Merula (1595-1665), Barbara Strozzi (1619-1677), Luigi Rossi (1597-1653), Girolamo Frescobaldi (1583-1643), Dario Castello (1602-1631). Yasuko Uyama-Bouvard, orgue. Dominique Visse, contre-ténor. Ensemble Les Sacqueboutiers, sacqueboute et direction : Daniel Lassalle

Héros ou demi-dieux, figures mythologiques : tel était le thème du douzième Festival Valloire Baroque. Pour l’illustrer, le Festival a choisi les voix de contre-ténors avec pour le concert d’ouverture.

Heureuse thématique quand on sait le parcours de ce type de voix dans la musique ancienne, de la musique sacrée à la musique profane, en passant par l’opéra et l’oratorio. Cela permet une programmation festivalière riche vocalement et musicalement. Avec ce concert d’ouverture intitulé « La Lyre amoureuse », objet d’un CD chez Flora, les artistes s’aventurent dans l’univers profane du XVIIe siècle.

Le titre du concert est le premier vers de la pièce de , Su la cetra amorosa. Tous les sentiments amoureux exprimés par Orphée sur sa lyre dans cette partition du compositeur italien de l’école de Venise se retrouvent dans les pièces du XVIIe siècle du programme. Dans les deux premiers chants de , Acenti queruli et usurpator tiranno raconte l’histoire de cet amoureux de Lydie avec beaucoup d’expressivité : sa tristesse et sa jalousie. Violon et violoncelle dialoguent ensuite dans La Augustana de Cesare avant trois petites pièces avec le théorbe d’Éric Bellocq : un moment d’intimité. Puis, c’est au  tour des Sacqueboutiers d’échanger dans une sonate de Dario Castello, compositeur de la première moitié du XVIIe siècle qui, à Venise, créa un ensemble d’instruments à vent et fut violoniste à San Marco. La tristesse arrive avec L’Eraclito amoroso de où l’attitude et l’expressivité sont pleinement au service de la musique. Au tour des instruments avec une Sinfonia a passacaglia de avant sa chanson Amanti se bramate. Le texte permet à Dominique Visse de mettre en avant son formidable sens du théâtre. Le chanteur n’hésite pas à caricaturer la situation tant par son chant que par sa gestuelle, la chanson devient finalement un sketch musical. Voici, enfin, Su la cetra amorosa, la pièce de qui a inspiré ce concert. Un bouquet final dans lequel et Dominique Visse déploient leurs talents. Le concert se termine avec l’orgue de .

Crédits photographiques : © Jean-Noël Démard

(Visited 27 times, 1 visits today)

Plus de détails

Valloire. Eglise Notre Dame de l’Assomption. 24-VII-2021. Œuvres de Giovanni Felice Sances (1600-1679), Giulio Cesare Barbetta (1540-1603), Tarquinio Merula (1595-1665), Barbara Strozzi (1619-1677), Luigi Rossi (1597-1653), Girolamo Frescobaldi (1583-1643), Dario Castello (1602-1631). Yasuko Uyama-Bouvard, orgue. Dominique Visse, contre-ténor. Ensemble Les Sacqueboutiers, sacqueboute et direction : Daniel Lassalle

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.