Documentaire, Parutions, Vidéo, Vidéo Musique

Saint-George : de l’esclave affranchi aux hautes sphères de la société française du XVIIIe siècle

Plus de détails

Le Chevalier de Saint-George. L’Archet des Lumières. Documentaire en deux parties : Film et Concert. Réalisation : Martin Mirabel. 1 DVD Bel Air Classiques. Durée : 106 minutes

 

Ce documentaire sobre et étayé nous raconte l’histoire extraordinaire de Joseph Bologne, chevalier de Saint-George (1739-1799), un esclave affranchi, escrimeur hors-pair, cavalier émérite, militaire courageux, violoniste doué et compositeur trop méconnu, venu conquérir Paris et rayonner au sein de la noblesse de la capitale française.

Le premier film retrace la vie passionnante et le parcours à peine croyable de cet homme métis, esclave guadeloupéen ensuite affranchi, fils d’un colon et d’une esclave noire. Son père l’amène à Paris en 1749. Le jeune Joseph s’initie à la boxe puis à l’escrime, discipline où il se couvre de gloire à Paris et Versailles, mais il apprend également la musique auprès de deux maîtres fort renommés, l’aîné et (1763-1766).

Le journaliste Alain Guédé, auteur d’une biographie de Saint-George parue chez Actes Sud en 1999, raconte ce parcours exceptionnel parsemé de réussites sociales stupéfiantes mais aussi d’embûches. Sa narration, mesurée et posée, alterne avec quelques extraits musicaux fort bien venus car rarement interprétés. Le second film propose un concert où l’on peut entendre, entre autres, le Quatuor Cambini-Paris et la chanteuse Magalie Léger. Ces interprètes proposent, en l’église Saint Nicolas de Villers-Cotterêts, le 22 novembre 2020, une intéressante confrontation permettant d’apprécier la place très honorable de la manière de Saint-George aux côtés du Divertimento en fa majeur K. 138 de Mozart, du Quatuor à cordes en mi bémol majeur op. 64 n° 6 de Joseph Haydn, tout de fluidité et de grâce, et de deux airs pour soprano et quatuor à cordes extraits de son opéra L’Amant anonyme.

Cette histoire hors du commun met en avant bien sûr les qualités intrinsèques du Chevalier de Saint-George, le soutien de son père mais également les attitudes et préjugés de la société de l’époque.

Sur un plan plus strictement musical, précisons que Saint-George reçut en dédicace les trios à cordes de Gossec, devint violoniste au sein du Concert des amateurs avant de se produire en soliste dans ses deux Concertos pour violon op. 2 en 1772 ; l’année suivante il succéda à Gossec comme directeur du Concert des amateurs. Lorsque cette formation disparaît en 1781, il fonde le Concert de la loge symphonique pour lequel l’immense Joseph Haydn composa ses symphonies parisiennes.

Après la dissolution du Concert de la loge en 1789, Saint-George continue sa carrière d’escrimeur puis devient capitaine dans la garde nationale à Lille et organise la constitution d’un régiment de volontaires noirs. Suite aux échecs militaires de cette légion, Saint-Georges est relevé de ses fonctions et emprisonné pendant une année et demie sous la Terreur lors de l’affaire Dumouriez (suspicion de sympathies royalistes). Il mourra deux ans plus tard à Paris.

Ce documentaire est une incitation à découvrir une musique habile et vive, bien ancrée et la personnalité exceptionnelle de son compositeur.

(Visited 214 times, 1 visits today)

Plus de détails

Le Chevalier de Saint-George. L’Archet des Lumières. Documentaire en deux parties : Film et Concert. Réalisation : Martin Mirabel. 1 DVD Bel Air Classiques. Durée : 106 minutes

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.