Festivals, La Scène, Musique d'ensemble

Ambronay, du patrimoine à la création en passant par les femmes et les jeunes, quatre thèmes en musique

Plus de détails

Ambronay, abbatiale. 1-X-2022. Festival d’Ambronay

15h. Sucreries. Willy Alfaro (né en 1970), Manuel de Mesa (1761-1795), Barbara Strozzi, (1619-1677), Francesca Caccini (1587-1641) : œuvres diverses ou « Sucreries ». Ensemble Alkymia, direction : Mariana Delgadillo Espinoza

20h30. Drama Queens. Œuvres de Barbara Strozzi, Francesca Caccini, Salomone Rossi, Maurizio Cazzati, Claudio Monteverdi. Céline Scheen, soprano ; Benedetta Mazzucato, mezzo-soprano ; Vincenzo Capezzuto, alto ; L’Arpeggiata, direction : Christina Pluhar

Musiques Enjeux, Musiques en jeu, c’est le thème du 43e Festival d’Ambronay. Le troisième week-end met en avant le talent des femmes, compositrices, artistes, chefs d’orchestre… Un vrai et bel enjeu en musique !

Sucreries est le titre du programme proposé par et son . Pourquoi ? Les jésuites ont amenés avec eux, dans les plaines de Bolivie, la musique baroque qui s’est mêlée aux musiques traditionnelles locales. Les archives de la cathédrale de La Plata, la capitale de la Bolivie, sont riches de messes, cantates, motets et villancicos. De quoi faire de beaux programmes de concerts. En 1825, La Plata devient Sucre. Et le nom du concert de l’ s’impose : Sucreries.

Après une chacone d’ouverture, deux villancicos chantent la Nativité. Puis Canarios, une danse de Santiago de Murcia, met en valeur la complicité des musiciens : Nicolas Muzy et Nolwenn Le Guern. Ils se regardent et jouent cette danse avec une joie fusionnelle. La flûte d’Isaure Lavergne lance la Tonada para Remedios du compositeur contemporain, Willy Alfaro (né en 1970). Cette ambiance festive, conviviale, se retrouve dans cette chanson de Manuel de Mesa (1761-1795) Xacara a la asencion de nuestra Señora. C’est une conversation entre chanteurs autour de l’Ascension dans la bonne humeur avec une précision musicale étonnante. Le concert se termine dans une ambiance festive avec le célèbre villancico Salga el Torillo hosquillo de Diego de Salazar (1660-1709). L’ théâtralise la chanson. Les personnages se « disputent le taurillon » et font participer les spectateurs dans un « clapping », révélateur du plaisir musical partagé.

Après les Sucreries de l’après-midi de , offre une soirée en compagnie des Drama Queens : les reines du théâtre. Les femmes sont mises à l’honneur dans ce programme en particulier Barbara Strozzi, (1619-1677) et Francesca Caccini (1587-1641), la fille de Giulio Caccini.

La Strozza, un beau dialogue violon-cornet, lance le concert. chante, ensuite, la question Che si puo fare ? (Que puis-je faire ?) La voix est puissante mais nuancée. Le cornettiste américain , fidèle de l’ensemble , donne un vrai récital avec la Sonata in dialogo detta la Viena de Salomone Rossi. Arrive en dansant l’alto Vincenzo Capezzuto. Il chante une tarentelle traditionnelle des Pouilles Pizzica di San Vito. Sa voix presque enfantine fait jubiler le public qui applaudit chaleureusement l’artiste. Benedetta Mazzucato est moins convaincante dans la petite cantate L’amante consolato de Barbara Strozzi. La douleur, le chagrin, sont incarnés par dans le Lagrime mie. Puis, c’est le retour de Vincenzo Capezzuto avec une chanson napolitaine La Guarracino. L’humour est éclatant, un vrai sketch musical ! Puis c’est le retour de la reine du concert : Céline Scheen avec L’amante segreto de… Barbara Strozzi, bien sûr ! L’unique œuvre de Francesca Caccini Lasciatemi qui solo ne permet pas à Benedetta Mazzucato de se remettre en valeur, pourtant bien accompagnée par le cornet de . Le concert se termine dans la joie et la complicité du trio de chanteurs bien accompagné par leurs collègues de . Une fois de plus, offre au public des moments musicaux de haute qualité mais, avec ses complices, en particulier, ici à Ambronay, Vincenzo Capezzuto et Doron Sherwin, de l’humour que le public apprécie au point de le partager, debout, avec enthousiasme, rires et applaudissements nourris.

Crédit photographique : © Bertrand Pichène

Lire aussi :

La Passione di Gesù de García Alarcón éblouit Ambronay

Tous nos articles du Festival d’Ambronay

 

 

(Visited 149 times, 1 visits today)

Plus de détails

Ambronay, abbatiale. 1-X-2022. Festival d’Ambronay

15h. Sucreries. Willy Alfaro (né en 1970), Manuel de Mesa (1761-1795), Barbara Strozzi, (1619-1677), Francesca Caccini (1587-1641) : œuvres diverses ou « Sucreries ». Ensemble Alkymia, direction : Mariana Delgadillo Espinoza

20h30. Drama Queens. Œuvres de Barbara Strozzi, Francesca Caccini, Salomone Rossi, Maurizio Cazzati, Claudio Monteverdi. Céline Scheen, soprano ; Benedetta Mazzucato, mezzo-soprano ; Vincenzo Capezzuto, alto ; L’Arpeggiata, direction : Christina Pluhar

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.