Danse , La Scène, Spectacles Danse

Le Casse-Noisette enjoué et bon enfant de Blanca Li

Plus de détails

Le Parvis, scène nationale Tarbes Pyrénées. 10-X-2022. Casse-Noisette. Chorégraphie et mise en scène : Blanca Li, assistée de Margalida Riera Roig. Direction musicale et arrangements : Tao Gutierrez, d’après la musique originale de Piotr Ilitch Tchaïkovski. Lumière : Pascal Laajili, assisté de Solange Dinand et Claire Choffel. Costumes : Laurent Mercier, assisté de Anna Rinzo. Vidéo : Charles Carcopino, assisté de Simon Frezel. Décors et accessoires : Blanca Li et Charles Carcopino. Création graphique : Jean-Baptiste Carcopin. Avec : Daniel Barros del Rio « Dany Boogz », Daniel « Sifer » Delgado Hernández, Jhonder Gómez Bboy Mini Joe », Silvia González Recio, Graciel Stenio Lisboa Recio « Grazy », Lidya Rioboo Ballester, Elihu Vazquez Espinosa et Asia Zonta

Actuellement en tournée dans toute la France jusqu’en mai 2023, la dernière création de s’est vu offrir deux belles représentations sur la scène nationale de Tarbes, Le Parvis.


Avec deux dates affichant complet en début de saison, la réputation de la chorégraphe espagnole n’est plus à faire. Cette fois-ci, ce n’est autre qu’au géant du répertoire Casse-Noisette qu’elle s’attaque. Créée lors du 30ᵉ festival Suresnes Cités Danses, cette nouvelle pièce propose une relecture modernisée du conte populaire, incarnée par une équipe de huit danseurs hip-hop dynamiques et complices.

Le rideau s’ouvre sur des tables basses, quelques fauteuils, un canapé, et bien entendu, sur l’indispensable sapin de Noël. Les décors sont faits de carton plié blanc et sont davantage semblables à des colis postaux complexes qu’à des origamis, mais c’est cette simplicité qui confère à ce dispositif toute son efficacité et qui en fait une trouvaille astucieuse. Les éléments de mobilier et le mur de cubes empilés placé en fond de scène peuvent rapidement et énergiquement être déplacés pour modeler l’espace et créer différents tableaux. Il suffit de quelques accessoires colorés et de projections vidéo pour qu’un véritable univers prenne vie sous nos yeux.

Clara finit de décorer le sapin et amène des pizzas, les invités font leur entrée un à un, avec un paquet cadeau sous le bras. Pointes et tutus sont remplacés par des baskets noires et des vêtements streetwear rose, bleu ou beige, associés à des leggings ou à des vestes de costume à paillettes. Le résultat d’ensemble aurait mérité d’être affiné pour un peu plus de cohérence, mais l’aspect festif et décontracté correspond néanmoins au ton du spectacle.

D’abord portée par la musique iconique de , c’est sur un mix de hip-hop et de house que la fête bat son plein et que les danseurs enchaînent des solos de breakdance très acrobatiques. L’effet sur le public est immédiat, les applaudissements et les encouragements se font rapidement entendre dans toute la salle.

Bien que le langage hip-hop ne soit pas particulièrement mobilisé de manière singulière et originale, la présence et la virtuosité des interprètes suffisent à dessiner de manière claire les différents moments de narration, dont l’enchainement est très bien maîtrisé. Les chorégraphies d’ensemble manquent parfois quelque peu de précision, mais Blanca Li sait mettre en valeur les huit personnalités de ses danseurs, en leur confiant tour à tour certains rôles emblématiques de ce classique du répertoire. Elle parvient également à mettre adroitement la physicalité du breakdance au service de l’interprétation des souris, ou encore à utiliser le popping pour incarner les soldats.

L’écriture globale de ce Casse-Noisette revisité est pensée selon un crescendo solide, qui culmine sur un final hivernal éblouissant et plein de poésie. Les célèbres morceaux de Tchaïkovski sont remaniés et utilisés de façon personnelle, mais le cœur même du ballet original est là, pour le plus grand plaisir des spectateurs. Blanca Li a su dans cette pièce trouver un juste équilibre entre préserver l’ancien et proposer le renouveau, pour aboutir à un résultat à même de conquérir un public très varié. L’approche des fêtes de fin d’année se révèle donc être un moment propice pour profiter de cette nouvelle adaptation du conte féérique.

Crédits photographiques : © Dan Aucante

(Visited 219 times, 1 visits today)

Plus de détails

Le Parvis, scène nationale Tarbes Pyrénées. 10-X-2022. Casse-Noisette. Chorégraphie et mise en scène : Blanca Li, assistée de Margalida Riera Roig. Direction musicale et arrangements : Tao Gutierrez, d’après la musique originale de Piotr Ilitch Tchaïkovski. Lumière : Pascal Laajili, assisté de Solange Dinand et Claire Choffel. Costumes : Laurent Mercier, assisté de Anna Rinzo. Vidéo : Charles Carcopino, assisté de Simon Frezel. Décors et accessoires : Blanca Li et Charles Carcopino. Création graphique : Jean-Baptiste Carcopin. Avec : Daniel Barros del Rio « Dany Boogz », Daniel « Sifer » Delgado Hernández, Jhonder Gómez Bboy Mini Joe », Silvia González Recio, Graciel Stenio Lisboa Recio « Grazy », Lidya Rioboo Ballester, Elihu Vazquez Espinosa et Asia Zonta

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.