Audio, Musique de chambre et récital, Parutions

La poésie sonore des Trios avec piano de Dvořák par le Trio Atanassov

Plus de détails

Antonín Dvořák (1841-1904) : Trio avec piano n° 2 op. 26 en sol mineur ; Trio avec piano n° 4 op. 90 « Dumky ». Josef Suk (1874-1935) : Elégie op. 23. Trio Atanassov : Perceval Gilles, violon ; Sarah Sultan, violoncelle ; Pierre-Kaloyann Atanassov, piano. 1 CD Paraty. Enregistré au Conservatoire Darius Milhaud d’Aix-en-Provence en avril et mai 2021. Notice bilingue : français-anglais. Durée : 68:09

 

Le , depuis 2007, se classe parmi les formations les plus passionnées et étincelantes grâce à son jeu brillant et son adéquation avec l’esprit des chefs-œuvre défendus. Ils le confirment avec ce troisième enregistrement consacré aux Trios avec piano n°2 et n°4 de Dvořák.

Si la popularité de Dvořák repose avant tout sur ses fameuses Danses slaves, sa Symphonie du Nouveau Monde et son Concerto pour violoncelle, sa musique de chambre le hisse au sommet d’un genre qu’il maniait avec maestria, en particulier grâce à son Trio pour piano, violon et violoncelle n° 4 « Dumky ». Dès l’écoute des Trios avec piano n° 2 et n° 4 surgit l’évidence de la connexion des musiciens et de leur affinité avec l’esprit du monde musical du maître tchèque dont ils magnifient fidèlement le brillant, la sincérité et la pertinence.

Le Trio n° 2 en sol mineur élaboré en 1876 en période de deuil n’en porte cependant pas les stigmates. L’Allegro moderato initial inspire au compositeur une musique aux nombreux visages tandis que le Largo expressif suivant repose sur une seule mélodie enrichie par des rythmes chaleureux. Les deux mouvements suivants (Scherzo et Allegro non tanto) gorgés d’activités presque incessantes révèlent encore un créateur aux ressources inextinguibles que sert idéalement le . A juste titre, Guy Erisman l’inclut dans les opus « annonciateurs de la grande maturité ».

Le plus fameux des Trios avec piano, le quatrième, composé en trois mois et créé par le compositeur à Prague en avril 1891 fut ensuite défendu intensément par les créateurs au cours d’une tournée de quarante concerts, les semaines suivantes. La partition se compose de six dumky (dumka au singulier) dont la nature profonde s’inscrit dans la rêverie et le lyrisme et la rapproche d’un vague à l’âme romantique. Le compositeur semble s’identifier intimement à la mélancolie véhiculée mais se laisse emporter aussi par les brusques accès d’effervescence qu’il sculpte dans son âme meurtrie. Ces changements d’atmosphères, caractéristiques de la dumka, s’accommodent également d’une part d’improvisation, de fantaisie, de spontanéité et s’enrichissent de thèmes slaves revisités, partie intégrante de son identité tchèque. Cette versatilité géniale est parfaitement assimilée par le Trio Atanassov. En particulier dans le thème itératif imposant du premier mouvement, Lento maestoso-Allegro vivace, dont les thèmes de danses sont irrésistibles. L’émouvant Poco Adagio-Vivace non troppo suivant, est joué avec une profonde ferveur et ménage des phrases virevoltantes réussies dans le Vivace. Cette alternance magique se retrouve dans les inoubliables mouvements suivants. L’élégance et la sensibilité de l’œuvre, son inventivité mélodique, stimulent les Atanassov au jeu soyeux, toujours approprié et captivant. Une précieuse liberté formelle et une grande authenticité offre à sa musique ce caractère rhapsodique communicatif.

L’Elégie de , gendre de Dvořák et compositeur distingué date de 1902, n’offre qu’un regard limité sur son catalogue trop peu fréquenté.

On n’est pas près d’oublier cette gravure qui vient opportunément incrémenter la liste des nombreuses réussites discographiques qu’ont inspiré ces pièces remarquables. Citons néanmoins notre enthousiasme pour les versions anciennes de Ax-Kim-Ma (MK, 1987), du Beaux-Arts Trio en 1996 (Philips, 1996) et du Trio Suk (Supraphon, 1978).

(Visited 182 times, 2 visits today)

Plus de détails

Antonín Dvořák (1841-1904) : Trio avec piano n° 2 op. 26 en sol mineur ; Trio avec piano n° 4 op. 90 « Dumky ». Josef Suk (1874-1935) : Elégie op. 23. Trio Atanassov : Perceval Gilles, violon ; Sarah Sultan, violoncelle ; Pierre-Kaloyann Atanassov, piano. 1 CD Paraty. Enregistré au Conservatoire Darius Milhaud d’Aix-en-Provence en avril et mai 2021. Notice bilingue : français-anglais. Durée : 68:09

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.