Audio, Opéra, Parutions

Rameau chez la Pompadour : des inédits par Les Surprises

Plus de détails

Jean-Philippe Rameau (1683-1764) : Le Retour d’Astrée, prologue ; Les Sybarites, ballet en un acte. Marie Perbost, soprano ; Eugénie Lefebvre, soprano ; Jehanne Amzal, soprano ; Philippe Estèphe, baryton ; David Witczak, baryton ; Clément Debieuvre, ténor ; Ensemble les Suprises, direction : Louis-Noël Bestion de Camboulas. 1 CD Alpha. Enregistré en août 2021 au Théâtre de l’Odyssée à Périgueux. Notice de présentation en français, anglais, et allemand. Durée : 72:19

 

et son interprètent avec vivacité deux inédits de , Le Retour d’Astrée, prologue du ballet Les Surprises de l’amour (dont l’ensemble tire son nom), et le ballet Les Sybarites. Une captation menée durant l’édition 2021 du festival de musique baroque Sinfonia en Périgord.

A l’initiative de ce projet, l’ s’est basé sur les soirées d’opéra appelées « Opéras-Fragments » de l’époque pour construire leur programmation. Ainsi, des extraits d’opéra sont joués de manière indépendante avec le prologue des Surprises de l’Amour créé en 1748 dans le Théâtre des petits Appartements de la favorite du roi Louis XV et dont c’est le premier enregistrement dans sa version initiale ; et l’acte du ballet Les Sybarites joué en 1753 à Fontainebleau devant la cour.

Musiques contrastées et colorées, les deux pièces d’une trentaine de minutes chacune, sont portées par des rythmes de danses que l’ensemble Les Surprises mène avec vivacité et un dynamisme orchestral séduisant où l’on aurait souhaité des phrasés plus adaptés à un effectif instrumental réduit de la part de , se trouvant quelque peu contraint par le lieu du théâtre de la Pompadour pour son Retour d’Astrée.

Tout n’est question que de duel dans cette programmation musicale : une lutte entre les Cyclopes et la Déesse Astrée venue porter la paix pour Le Retour d’Astrée ; l’opposition des Sybarites, peuple pacifique, face à l’armée sanguinaire de Crotone. Nul besoin de dire que les contrastes font foi même si on retient l’élan et la lecture enlevée des nombreuses danses qui ponctuent ce parcours musical (passe-pieds, sarabande, rigaudons) plutôt que la nébuleuse des chœurs et des ensembles comme dans l’air « Quel bruit se mêle à nos concerts ».

La distribution vocale présente un très bon panel des représentants de la nouvelle génération de l’interprétation baroque française, , , , , et se complétent parfaitement même si parfois les ensembles manquent de clarté et de précision. Les chanteurs portent cette musique française avec passion, l’art de la rhétorique étant maîtrisée par tous, même si une diction plus travaillée aurait favorisé les airs de Hersilide menés par . Ce combat permanent entre cyclopes et déesse, puis entre Sybarites et Crotone aurait pu également impulser des contrastes plus fougueux qui aurait rendu tous les attraits du favori de la favorite du roi.

(Visited 244 times, 1 visits today)

Plus de détails

Jean-Philippe Rameau (1683-1764) : Le Retour d’Astrée, prologue ; Les Sybarites, ballet en un acte. Marie Perbost, soprano ; Eugénie Lefebvre, soprano ; Jehanne Amzal, soprano ; Philippe Estèphe, baryton ; David Witczak, baryton ; Clément Debieuvre, ténor ; Ensemble les Suprises, direction : Louis-Noël Bestion de Camboulas. 1 CD Alpha. Enregistré en août 2021 au Théâtre de l’Odyssée à Périgueux. Notice de présentation en français, anglais, et allemand. Durée : 72:19

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.