Opéra, Parutions, Vidéo, Vidéo Musique

I due Foscari filmé à l’Opernfestspiele de Heidenheim

Plus de détails

Instagram

Giuseppe Verdi (1813-1901) : I due Foscari, opéra en trois actes sur un livret de Francesco Maria Piave, d’après la pièce de Lord Byron The Two Foscari. Mise en scène : Philipp Westerbarkei. Décors et costumes : Tassilo Tesche. Lumières : Hartmut Litzinger. Avec : Luca Grassi, baryton (Francesco Foscari) ; Hector Sandoval, ténor (Jacopo Foscari) ; Sophie Gordeladze, soprano (Lucrezia Contarini) ; Robert Pomakov, basse (Jacopo Loredano) ; Musa Nkuna, ténor (Barbarigo) ; Julia Rutigliano, mezzo-soprano (Pisana) ; Christoph Wittmann, ténor (Fante del Consiglio de’ Dieci) ; Daniel Dropulja, baryton-basse (Servo del Doge) ; Czech Philharmonic Choir Brno (chef de chœur : Petr Fiala) ; Cappella Aquileia, direction : Marcus Bosch. 1 Blu-ray Coviello Classics. Enregistré en juillet 2022 au festival de Heidenheim. Sous-titrage en italien, anglais, allemand et coréen. Notice de présentation en allemand et en anglais. Durée : 108:00

 
Instagram

Distribution efficace, pour une mise en scène quelque peu obscure. Dommage qu'un peu plus de pédagogie n'ait pas été mis au service de ce qui reste toutefois un beau travail d'équipe.

Nous savions que I due Foscari n'était pas le meilleur des opéras de Verdi. La faiblesse de son livret, l'indigence voire l'incohérence de son action théâtrale, la relative conventionnalité de sa musique n'en font pas le favori de nos maisons d'opéra. On en saluera d'autant plus la courageuse initiative du Festival d'opéra de la ville de Heidenheim. Proposé au public dans le cadre d'une ambitieuse programmation destinée à monter chaque année, dans l'ordre chronologique, un opéra de Verdi, I due Foscari succède ainsi à de précédentes mises en scène de Oberto, conte di San Bonifacio, Un Giorno di Regno, Nabucco, I Lombardi alla prima crociata et Ernani. Giovanna d'Arco a été programmé cet été, Alzira le sera en 2024. Le résultat en est-il pour autant probant, d'autant plus que I due Foscari a fait récemment, ou va faire, l'objet de tentatives de mis en scène à l'initiative de prestigieuses maisons d'opéra (Rome en 2013, Covent Garden en 2014, La Scala en 2016, La Fenice en octobre de cette année) ?

Le Blu-ray issu des représentations de Heidenheim nous semble être la parfaite illustration de ce Regietheater qui caractérise les scènes allemandes de ces dernières années. On aurait d'ailleurs souhaité, à ce titre, que l'assez riche notice de présentation contienne une note d'intention du metteur en scène destinée à clarifier le propos. En l'état, force est de constater que le projet d'ensemble paraît plutôt obscur, et que l'adjonction d'un nouveau niveau de lecture, lequel introduit un certain nombre d'individus plus ou moins mafieux, ne simplifie pas les choses. Mené par le personnage le plus sombre de l'opéra, Loredano, le chœur joue un rôle particulièrement important, s'adonnant notamment à une adoration puis à une détestation de l'argent, dont on comprend qu'il est le mobile d'une action qui restera jusqu'au bout mystérieuse aux yeux du public. Nous retiendrons que l'opéra de Verdi est proposé comme la mise en abyme de diverses malversations menées par des personnalités peu recommandables, et en cela, hélas, tristement humaines.

L'ouvrage est plutôt bien servi sur le plan musical, même si la distribution n'affiche pas les noms prestigieux des autres propositions actuellement disponibles en DVD. Totalement investis dans leur rôle, les trois protagonistes possèdent les moyens vocaux adéquats et se donnent à fond dans leur personnage. On mentionnera tout particulièrement qui, contrairement à Domingo (capté à Covent Garden, DVD Opus Arte), est un véritable baryton Verdi qui sait trouver les couleurs chaudes convenant à son personnage de patricien déchiré entre l'amour filial et le sens du devoir. et , particulièrement bien assortis, possèdent le métal vocal idoine, ainsi que ce mélange de lyrisme et de dramatisme caractéristique des opéras du jeune Verdi. Mention spéciale pour Loredano de , malheureusement peu gâté par une partition qui ne lui laisse que peu de place. Très sollicité, le Chœur Philharmonique Tchèque de Brno est un acteur essentiel de cette production. Le chef d'orchestre , à la tête de la Cappella Aquileia, croit visiblement à son projet et sa direction efficace permet de faire entrevoir toutes les beautés à venir de l'orchestration verdienne.

Parution intéressante, donc, même si les arcanes de la mise en scène demeureront à jamais impénétrables du grand public.

(Visited 185 times, 1 visits today)

Plus de détails

Instagram

Giuseppe Verdi (1813-1901) : I due Foscari, opéra en trois actes sur un livret de Francesco Maria Piave, d’après la pièce de Lord Byron The Two Foscari. Mise en scène : Philipp Westerbarkei. Décors et costumes : Tassilo Tesche. Lumières : Hartmut Litzinger. Avec : Luca Grassi, baryton (Francesco Foscari) ; Hector Sandoval, ténor (Jacopo Foscari) ; Sophie Gordeladze, soprano (Lucrezia Contarini) ; Robert Pomakov, basse (Jacopo Loredano) ; Musa Nkuna, ténor (Barbarigo) ; Julia Rutigliano, mezzo-soprano (Pisana) ; Christoph Wittmann, ténor (Fante del Consiglio de’ Dieci) ; Daniel Dropulja, baryton-basse (Servo del Doge) ; Czech Philharmonic Choir Brno (chef de chœur : Petr Fiala) ; Cappella Aquileia, direction : Marcus Bosch. 1 Blu-ray Coviello Classics. Enregistré en juillet 2022 au festival de Heidenheim. Sous-titrage en italien, anglais, allemand et coréen. Notice de présentation en allemand et en anglais. Durée : 108:00

 
Mots-clefs de cet article
Instagram
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.