Mot-clef : Jérôme Naulais

Au fil des cuivres

Solistes de l’EIC et Clément Lebrun : des cuivres ludiques mais subtils

Avec Au fil des cuivres, voici un concert en famille de très haute tenue des solistes de l’Ensemble Intercontemporain qui parcourent tous les registres et les styles possibles de leurs instruments, quand ils ne s’essaient pas au tuyau d’arrosage pour découvrir de nouveaux sons. Ils sont emmenés par Clément Lebrun, qui parvient à diriger petits et grands pour des moments d’improvisation collective, alternant avec l’écoute d’œuvres contemporaines ou très anciennes, ...
meister13_2015_marco-borggreve

Ardente soirée de l’EIC, dans la plénitude résonante des vents

On retrouve la personnalité étonnante d'Enno Poppe dans ce concert de clôture du Festival d'Automne, à travers deux créations françaises qui font l'événement de la soirée. Au côté du compositeur allemand, les pièces de Pascal Dusapin et Agata Zubel sont également à l'affiche. Cornelius Meister est à la tête de l'Ensemble Intercontemporain sur le plateau de la Cité de la Musique. Dans les deux pièces nouvelles d'Enno Poppe, ce sont les ...
pascal_rophe_une_03

Les Espaces acoustiques de Gérard Grisey à la Cité de la Musique

Entendre le cycle des Espaces acoustiques de Gérard Grisey dans son intégralité est chose rare. Le projet n’avait pas été monté depuis une bonne dizaine d’années par l’Ensemble Intercontemporain qui sollicitait ce soir les forces vives du Conservatoire National de Paris pour l’exécution des trois dernières pièces écrites pour orchestre. Initiateur, avec son collègue et ami Tristan Murail, du courant spectral dont relève l’écriture des Espaces acoustiques, Gérard Grisey débute son ...
BOF et petites formes

BOF et petites formes

Inquiet de la légitimité de son répertoire, attaché à faire accéder la musique de chambre pour cuivres à « la même reconnaissance que celle pour cordes », le Vertige Brass Quintet est surtout concentré sur ses partitions, amusé de présenter cinq œuvres comme autant de « Courts Métrages » (suivant le titre de l’opus de Cosma) et investi d’assez loin, des « brass »-causes. A l’écoute, on se doit de faire honneur à une souplesse enveloppante, d’autant ...