Victoires de la musique classique et défaite magistrale de l’audience

Ce lundi, les Victoires de la musique classique 2012 ont rendu leur verdict annuel sur France 3. Aucune surprise avec cette sélection : (soliste instrumental), (soliste vocal), (enregistrement de l’année), (compositeur), (révélation lyrique), (révélation instrumentale) et (Victoire d’honneur).

A l’exception des révélations vocale et instrumentale, on peine à comprendre la logique de ces récompenses qui ne cessent de survaloriser les artistes du catalogue Virgin et Naïve, comme si ces deux structures, à bout de souffle ou en perdition, représentaient l’ensemble de la filière et des gouts du public. Enfin, que peut-on penser de la Victoire accordée à Philippe Manoury, sortie du placard poussiéreux de la musique contemporaine bien-pensante et  surannée ?

En dépit d’une volonté de renouveler la formule de la soirée (avalanche de séquences et de spectaculaire), l’audience s’est avérée désastreuse : 1,2 millions de téléspectateurs, soit moins de 5% de part de marché. Humiliation suprême, outre le dépassement par les chaines télévisées traditionnelles, France 3 a même été devancée par : W9, TMC, France 5 et NRJ 12.

Le temps d’une très sérieuse introspection dans le chef des décideurs des Victoires de la musique classique semble arrivé. Car au lieu d’avoir une « grande fête du classique », selon les mots de la directrice artistique Béatrice Clerc, ce fut le Titanic à tous les points de vue !

Imprimer
Mots-clefs de cet article

Les commentaires sont fermés.

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.