tous les dossiers(1)

Les petites formes de Yoann Bourgeois

Danse , La Scène, Spectacles divers

Paris. Espace Cardin. 6-VI-2017. Yoann Bourgeois : Minuit et demi. Tentatives d’approches d’un point de suspension. La Balance de Lévité. Conception : Marie Fonte & Yoann Bourgeois. Scénographie : Goury. Noustube-Autoportrait. Mise en scène : Yoann Bourgeois dans le cadre de Noustube de Jörg Müller. Texte : Autoportrait, d’Edouard Levé. Dialogue (création 2016). Conception & mise en scène : Yoann Bourgeois. Fugue/Trampoline-Variation numéro 4 (création 2016). Conception & mise en scène : Yoann Bourgeois, assisté de Marie Fonte. Scénographie : Yoann Bourgeois & Goury. Son : Antoine Garry. Lumière : Jérémie Cusenier. Costumes : Sigolène Petey. Interprètes : Yoann Bourgeois, Estelle Clément-Bealem, Raphaël Defour, Marie Fonte, Jonathan Guichard, Maxime Reydel et Lucas Struna.

, circassien désormais installé au , investit les espaces de l’Espace Cardin avec Minuit et demi, trois petites formes en équilibre précaire.

Quelle belle idée d’explorer ainsi l’Espace Cardin, niché entre l’Ambassade des États-Unis et les Champs-Élysées ! Le parcours de Minuit et demi commence à 20h30 dans le ravissant jardin avec une double performance qui mêle immersion et apesanteur. Pour Noustube-Autoportrait, plonge dans un tube en plastique transparent rempli d’eau, où il flottera comme un fœtus dans le liquide amniotique dix minutes durant. Les mots troublants du photographe Edouard Levé dans Autoportrait résonnent dans le soir pâlissant. Face à Yoann Bourgeois, accrochée par le bassin à un contrepoids qui pivote à 360°, Marie Fonte joue entre gravité et légèreté sur la Balance de lévité. D’un geste du doigt, d’une inflexion de la main, elle bascule en l’air ou frôle le sol, dans un ballet aussi aérien que celui de Yoann Bourgeois est aquatique.

Dans le studio au sous-sol, c’est un étonnant Dialogue entre un homme et une femme qui nous attend. Juchés sur une plateforme carrée avec un pied central, les deux interprètes jouent les équilibristes pour parvenir enfin à se rencontrer, et à se faire face de part et d’autre d’une table. Gestes infimes et précautionneux, mains, bras, pieds et jambes sont mis à contribution afin d’évoluer sur la surface instable sans balancer dans le vide.

Tout aussi vertigineux est la troisième pièce de ce joli assortiment : 1 / 1 / 1 / 1 ou la tentation du quadruplement autour d’un trampoline invisible, mais non moins rebondissant. Cheveux noirs, barbe naissante, pantalon sombre et chemise blanche, on dirait des clones du vidéaste , qui apparaissent successivement sur le vaste escalier circulaire, disparaissant par une porte dérobée et ressurgissant comme par enchantement par une autre.

Poésie et légèreté caractérisent ces trois pièces qui signent une réussite totale pour le circassien chorégraphe.

Photos : © Géraldine Aresteanu

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.