Carmen-banniere-728x90

Le trésor d’Orphée, par L’Amoroso

À emporter, CD, Musique d'ensemble

Le trésor d’Orphée, par L’Amoroso. Caroline Pelon, dessus. Silvia Tecardi, tenor de viole. Martin Zeller, basse de viole. Nicola Dal Maso, violone. Thomas Boysen, luth et théorbe. Massimiliano Raschietti, orgue et clavecin. Guido Balestracci, dessus de viole et direction. Durée : 74’ 45. Editeur : Zig-Zag Territoires 2004.

 

Les concerts de musique pour violes et voix en France au XVIIe siècle sont le miroir d’une époque qui cherche une respiration artistique dans cette période troublée par les événements historiques. Louis XIII devient roi après l’assassinat d’Henri IV, le peuple subit les épidémies de peste les plus terribles et une guerre de trente ans … Dans un soucis d’unifier le territoire par une langue commune, la création de l’Académie Française par Richelieu permet aussi de distinguer des poètes qui associés aux musiciens chercheront à faire des « salons » pour développer — par le jeu subtil et délicat des instruments — les meilleurs complices de l’expression de l’âme qu’est la voix. Nous sommes à l’émergence du concept « concert » qui, bien que réservé au roi, va s’étendre à toute la société aristocratique en devenant celui des « concerts musicaux ».

Le répertoire choisi ici nous berce dans un monde sans vulgarité où l’apaisement créé par l’espace sonore nous fait prendre conscience que la vie peut être jolie ! comme Cruel tyran de mes désirs de Honorat de Racan sur une partition d’Antoine Boesset.

C’est aussi une belle leçon sur l’ornementation vocale et instrumentale où les querelles de chapelle de l’interprétation auront bien du mal à argumenter. Il est vrai qu’avec le texte de présentation de Thomas Leconte, nous sommes avec le centre de Musique Baroque de Versailles à l’une des meilleurs sources de crédit. La démonstration auditive est remarquable de justesse. L’ensemble l’Amoroso sous la direction de nous éloigne bien loin des à priori qui voudraient que les musiciens baroques et leur instruments jouent faux.

Dans un soucis d’offrande artistique Zig-Zag Territoire orne les présentations de pochettes par des tableaux originaux d’ qui s’imprègne sensuellement de la musique pour nous rappeler que l’art musical peut être aussi visuel.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.