Banniere-ClefsResmu-ok

Ivan le Terrible de Grigorovitch à Paris, fresque majestueuse

À emporter, Danse , DVD, DVD Danse

Sergueï Prokofiev (1891-1953) : Ivan le Terrible. Argument, Chorégraphie, Mise en scène  : Youri Grigorovitch. Costumes : Simon Virsaladze. Avec : Nicolas Le Riche, Ivan ; Eleonora Abbagnato, Anastasia ; Karl Paquette, Kurbsky. Corps de Ballet de l’Opéra National de Paris. Orchestre de l’Opéra National de Paris, Direction musicale : Vello Pähn. Réalisation : Thomas Grimm. Enregistré à l’Opéra National de Paris en décembre 2003. 1 DVD TDK DVWW-BLITT. Livret en anglais, allemand, français. Zones : 0. Durée : 114 minutes.

 

Les Clefs ResMusica

Grande fresque historique composée de deux actes et divisée en dix-huit tableaux, ce ballet de a été remonté à l’Opéra National de Paris pour quatorze représentations en 2003. Il retrace la vie tumultueuse d’Ivan le Terrible, homme à la soif démesurée de victoires et à la mégalomanie croissante. De multiples facettes de ce personnage fascinant sont explorées ici ; on rentre successivement dans l’intimité psychique du personnage, dans la sensualité du couple amoureux formé par lui et Anastasia, et dans la grandeur du pouvoir de l’écrasant dirigeant. Tout comme dans les opéras de compositeurs russes, les groupes ont dans ce ballet une place prédominante, laissant penser à la limite que le rôle principal est le peuple russe lui-même. Il reprend sa position naturelle de masse humaine à qui la décision finale revient toujours : même gouverné par un chef imposant, la nation reprend ses droits et triomphe finalement. Le corps de ballet est donc surexposé. Celui de l’Opéra de Paris ne dément pas son excellence, illustrant à nouveau la nécessité d’avoir un corps de ballet parfait pour faire le succès d’une soirée.

Concernant les danseurs principaux, , tsar de toutes les Russies, mais également de tous les danseurs de l’Opéra, confirme son statut inatteignable de danseur étoile avec une impressionnante force physique et intellectuelle. C’est un véritable chef de troupe, menant par sa conviction tous les vassaux assujettis, matant la moindre rébellion, anticipation des violences staliniennes, plus proche de la paranoïa que de la raison. De plus, l’approche du personnage qu’en offre n’est pas uniquement monolithique, il est aussi possédé par une réflexion tourmentée lors de la courte Méditation d’Ivan, qui, tout compte fait, n’est pas seulement une brute sanguinaire. Ivan est capable de passion, s’autorisant à rêver à une vision extatique de l’amour qu’il a pour Anastasia. Cette dernière, vécue par la Première Danseuse , est une compagne attentive, dévouée toute entière à celui qui la sublime en tant que femme, sacrifiée sur l’autel du pouvoir, empoisonnée par les subordonnés d’Ivan, jaloux et désireux de reprendre ce qui leur appartenait jusqu’alors. Enfin, en Kurbsky, ombre d’Ivan, ami puis rival, est brillant et démontre à nouveau qu’il sait bien danser quand il le veut. Avec justesse et entrain, il use d’une technique qui le met en valeur, et est le pendant d’Ivan, adulé et abhorré dans le même temps. La chorégraphie rend les interventions d’Ivan explosives, celles d’Anastasia sont celles d’une déesse romantique à l’aune du figuratif et Kurbsky a une composition très brillante, et il faut trois éléments exceptionnels pour rendre justice à de tels protagonistes.

Pour ce DVD, cette mission est réussie, sans oublier la majestueuse exécution orchestrale sur la musique de . A l’issue du visionnage, il nous reste deux souhaits : la nomination, espérons-le, prochaine, d’ au titre de Danseuse Étoile, elle en possède le rayonnement et la présence, et, n’en doutons pas, l’entrée au répertoire à l’Opéra de Paris de ballets très populaires en Russie, et qui gagnerait à être connus dans notre contrée, à l’instar d’Ivan, tels que L’Age d’or ou Spartacus.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.