À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Jean-Yves Sebillotte, Climats, vignettes et autres clins d’œil

Plus de détails

Jacques Ibert (1890-1962) : « Miniatures ». Œuvres pour piano : Française ; Le vent dans les ruines ; Les Histoires ; Toccata sur le nom d’Albert Roussel ; Valse ; L’espiègle au village de Lilliput ; La « Petite Suite » en quinze images ; Les Rencontres. Jean-Yves Sebillotte, piano. 1 CD Skarbo DSK 1057. Enregistré à l’Eglise Evangélique Luthérienne Saint-Pierre à Paris en septembre 2000. DDD. Notice bilingue (français-anglais). Durée : 68’39

 

Seules deux œuvres, Escales pour orchestre et le Petit âne blanc pour piano, composées en 1922, sauvent – encore que bien modestement – de l’indifférence générale pour le maintenir fragilement au-dessus d’une menaçante disparition artistique totale. Compositeur habile et délicat, héritier de la grande tradition française, il affiche une préférence pour la musique de divertissement et positionne son esthétique légère et souvent non dénuée d’humour, à proximité d’un néo-classicisme plus ou moins mâtiné d’impressionnisme.

La vie de fut bien remplie. Premier Grand Prix de Rome (1919), pianiste brillant, il illustre avec talent de nombreux films à l’époque du cinéma muet puis compose pour le théâtre et le ballet, il devient directeur de la Villa Médicis à Rome à partir de 1936 puis directeur de l’Union des Théâtres lyriques nationaux en 1955 avant d’être élu à l’Académie des Beaux-Arts en 1956. Sa belle carrière émaillée de jalons favorables lui aura apporté de nombreuses satisfactions. Son catalogue dévolu au piano vient d’être opportunément enregistré par pour le label Skarbo. Et, comme l’indique justement le titre de l’album, Miniatures, notre pianiste français égrène avec agilité et musicalité une série de courtes pièces, toujours méticuleusement travaillées, colorées, parfois presque descriptives, souvent anecdotiques. A l’écoute, Sebillotte se révèle être un excellent technicien, épuré mais sans sécheresse aucune, expressif mais sans excès, généreux mais sans flamboyance déplacée. Et, tout cela convient parfaitement au recueil intitulé Les Histoires (1922) dont la pièce la plus connue, déjà citée, Le petit âne blanc, ne manque ni de charme ni de piquant, avec le trottinement primesautier et débonnaire du quadrupède têtu. La pièce suivante, Le vieux mendiant, propose une atmosphère bien différente mais tout aussi subtile et sensible. La Petite Suite en quinze images (1943) ainsi que les cinq pièces de Rencontres (1923) achèvent de nous convaincre que Jacques Ibert excellait dans le façonnage de ces nombreuses inventions, climats, vignettes et autres clins d’œil, captés et croqués pratiquement sur le vif.

Un recommandable reflet nostalgique et précieux d’une époque bien révolue.

(Visited 157 times, 1 visits today)

Plus de détails

Jacques Ibert (1890-1962) : « Miniatures ». Œuvres pour piano : Française ; Le vent dans les ruines ; Les Histoires ; Toccata sur le nom d’Albert Roussel ; Valse ; L’espiègle au village de Lilliput ; La « Petite Suite » en quinze images ; Les Rencontres. Jean-Yves Sebillotte, piano. 1 CD Skarbo DSK 1057. Enregistré à l’Eglise Evangélique Luthérienne Saint-Pierre à Paris en septembre 2000. DDD. Notice bilingue (français-anglais). Durée : 68’39

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.