Plus de détails

Bohuslav Martinu (1890-1959) : Chansons. Olga Cerná, mezzo-soprano, Jitka Cechová, piano. 1 CD Naxos. Réf. : 8557494. Enregistré au Studio Minor, Trhový Štepánov, République Tchèque, en janvier 2003. DDD. Notice bilingue (anglais et allemand), textes : tchèque et anglais (français pour les poètes français). Durée : 53’40.

 

Le passionné ou le connaisseur averti de l’œuvre de retrouvera dans ce choix de chansons des pièces aimées et souvent entendues encore que l’on y découvre avec plaisir certaines chansons jamais enregistrées auparavant. Pour les autres, grande sera la surprise de souscrire et d’opiner sans difficulté aucune à des romances attachantes, aux mélodies riches et chatoyantes, belles dès la première présentation et très joliment décorées et soutenues par une partie de piano d’une grande beauté plastique et d’une chaleureuse présence. Martinů, tchèque d’origine, élève de Josef Suk au Conservatoire de Prague, après avoir commencé sa carrière comme second violon au sein de l’Orchestre philharmonique tchèque en 1913, s’installa en France où il souhaitait ardemment suivre l’enseignement d’Albert Roussel, qu’il admirait particulièrement, pendant quelques semaines. Il demeura à Paris pendant dix sept ans et ainsi entra en contact intime avec la culture française. D’où, par exemple, les mélodies de 1930 sur des poèmes de Guillaume Apollinaire (Saltimbanques et Automne malade) ou encore ce Chant de Noël d’après Ferdinand de Gramont (1929) où l’on perçoit nettement » l’ordre, la clarté, la mesure, le goût et l’expression directe, exacte et sensible » ainsi qu’il se représentait « les qualités de l’art français que j’ai toujours admirées » selon ses propres termes.

La plupart des autres chansons s’inscrivent dans la tradition tchèque, dont il aimait le folkore sans le citer nommément, avec ses inflexions mélodiques et rythmiques que la mezzo-soprano tchèque souligne avec une force d’évocation remarquable et agrémente d’un timbre d’une rare plénitude. Sa voix puissante mais dépourvue de lourdeur, douce à l’occasion, sans aucune mièvrerie, tire ces pièces vers une destination universelle capable de transcender leur origine ethnique revendiquée. Son accompagnatrice et compatriote, brillante pianiste à l’évidence, , joue à égalité avec la chanteuse et interprète avec une véritable émotion musicale et une authentique noblesse sa partie. Un très beau disque hautement recommandable en dépit de l’absence de traduction française des poètes non hexagonaux retenus.

(Visited 81 times, 1 visits today)

Plus de détails

Bohuslav Martinu (1890-1959) : Chansons. Olga Cerná, mezzo-soprano, Jitka Cechová, piano. 1 CD Naxos. Réf. : 8557494. Enregistré au Studio Minor, Trhový Štepánov, République Tchèque, en janvier 2003. DDD. Notice bilingue (anglais et allemand), textes : tchèque et anglais (français pour les poètes français). Durée : 53’40.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.