À emporter, CD, Musique symphonique

Sauvé par les solistes !

Plus de détails

Wolfgang-Amadeus Mozart (1756-1791), Concerto pour violon et orchestre n°5 en la majeur KV 219 ; Concerto pour piano et orchestre n°25 KV 503. Frank Peter Zimmermann, violon ; Christian Zacharias, piano. Kölner Rundfunk-Sinfonie-Orchester, direction : Gary Bertini. 1 SACD Capriccio. Référence 71 069. Enregistré en public au Gürzenich de Cologne le 3 décembre 1982 (KV503) et au Gewandhaus de Leipzig le 18 novembre 1989 (KV 219). Notice de présentation en anglais, allemand et français. Durée : 62

 

Ce dernier volume de la première livraison de l’édition coproduite entre le label Capriccio et la radio publique de l’Allemagne de l’Ouest WDR nous emmène enfin vers les rives de l’excellence, mais grâce aux solistes! Dans un couplage inédit, ce disque nous offre deux belles prestations de deux interprètes actuels majeurs de Mozart.

est l’auteur d’une belle anthologie des Sonates pour violon et piano du divin Wolfgang (EMI) et d’une magistrale intégrale de ses Concertos pour violon et orchestre. Dans des tempi rapides, le violoniste campe ici un Concerto n°5 passablement animé et tourmenté. Le ton est grave, dramatique, et le soliste sait éviter la mièvrerie esthétisante ou minaudante qui plombe si souvent les interprétations de ces pièces concertantes avec violon. La prise de risque est maximale, dans le premier mouvement le violoniste rate même quelques notes ; au fil de la partition, Zimmermann réussit à trouver le ton juste entre vitesse et musicalité. L’accompagnement de l’orchestre, léger et attentif aux moindres inflexions du soliste est satisfaisant en dépit des aléas de l’enregistrement public.

Au fil des concerts et des disques (EMI puis MDG), le pianiste est devenu la personnification des concertos pour piano et orchestre de Mozart. Avec une musicalité extraordinaire, cet artiste sait habiter chaque note de ces partitions. Ce concert, immortalisé aux débuts de sa carrière, ne déroge pas à sa haute réputation. Le jeu est cristallin, élégant mais racé et narratif. Le dernier mouvement est une merveille de classe et de vérité mozartienne. Convenablement mené mais avec quelques lourdeurs, l’orchestre réussit à servir une prestation convenable à défaut d’être aussi géniale que celle de son soliste. La prise de son de 1982 relègue malheureusement l’orchestre loin derrière le piano et la restitution sonore des cordes est brumeuse.

Plus de détails

Wolfgang-Amadeus Mozart (1756-1791), Concerto pour violon et orchestre n°5 en la majeur KV 219 ; Concerto pour piano et orchestre n°25 KV 503. Frank Peter Zimmermann, violon ; Christian Zacharias, piano. Kölner Rundfunk-Sinfonie-Orchester, direction : Gary Bertini. 1 SACD Capriccio. Référence 71 069. Enregistré en public au Gürzenich de Cologne le 3 décembre 1982 (KV503) et au Gewandhaus de Leipzig le 18 novembre 1989 (KV 219). Notice de présentation en anglais, allemand et français. Durée : 62

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.