À emporter, CD, Musique symphonique

La Création, encore et toujours

Plus de détails

Joseph Haydn (1732-1809) : la Création (Die Schöpfung). Lucia Popp, Gabriel et Eve ; Anthony Rolfe Jonhson, Uriel ; Benjamin Luxon, Raphaël et Adam. London Philharmonic Choir (chef de chœur : Richard Cooke), London Philharmonic Orchestra, direction : Klaus Tennstedt. 2 CD BBC LPO – 0008. Enregistré en « live » le 19 février 1984 au Royal Festival Hall de Londres, par BBC Radio 3. Notice bilingue (Allemand et anglais). Durée 1h 47’32’’.

 

On ne présente plus la Création, l’un des plus grands oratorios de tous les temps. Plus que les Saisons, oratorio terminé trois ans plus tard presque jour pour jour, il s’agit là de la plus grande œuvre de , régulièrement enregistrée.

En ce qui concerne cette version, nous pouvons affirmer que c’est une très bonne interprétation. N’oublions pas que fait partie de ces remarquables chefs d’orchestre qui se sont succédés à la tête du Philharmonique de Londres, depuis sa création en 1932 par Sir Thomas Beecham. La réputation des trois solistes – comme dans beaucoup de versions, , soprano, est successivement Gabriel et Eve, et , basse, est successivement Raphaël et Adam – n’est plus à faire.

Quant aux chœurs, par exemple dans le final de la deuxième partie, il sont tout simplement remarquables. Ce chœur final, avec un orchestre à la hauteur de sa réputation, montre avec une grande maestria ce qu’est l’art du contrepoint chez Haydn. D’ailleurs cet orchestre a toujours été un des meilleurs londoniens, rival du LSO, du Philharmonia ou du Philharmonique Royal. Sans oublier l’Academy of St-Martin in the Fields. Globalement, cette version est tout à fait dans le climat de l’œuvre, avec une grande homogénéité, un côté descriptif exemplaire, tel que l’exige cette partition.

L’enregistrement de la BBC 3 est assez bon, et les toux des spectateurs ne sont pas plus gênantes que celles que l’on entend dans d’autres versions «live». Toutefois, les solistes nous paraissent un peu lointains, mais c’est le cas de la plupart des enregistrements «live» auxquels nous l’avons comparé. Il est évident que d’autres versions, enregistrées en studio, sont d’une meilleure qualité. Chose curieuse, il nous semblerait que la prise de son se soit améliorée au fil du déroulement du concert, puisqu’il s’agit d’un enregistrement «live», délivré sans aucun raccord ultérieur. Les techniciens de la BBC ont peut-être remédié à certaines imperfections, lors des deux interruptions. Traditionnellement dans ces années le continuo est assuré par l’ensemble clavecin / violoncelle, alors que, du temps de Haydn, on en était déjà au pianoforte.

Nous pourrions tout juste émettre les quelques réserves suivantes, en comparaison avec certaines autres interprétations. Mais ces réserves ne peuvent qu’être très légères. Il est évident que la prestation de n’est pas celle de Kurt Moll chez Bernstein 1982, ni que celle de n’est pas celle de Gundula Janowitz, que ce soit dans les versions Karajan 1965 et 1966, ni surtout celle d’Irmgard Seefried avec Markevitch 1958. Quant à , bien qu’excellent, la comparaison avec Fritz Wunderlich, qui illumine la première version Karajan live en 1965, avec Vienne, avant que ce tragique accident ne le fauche en plein enregistrement de la version 1966 avec Berlin, le dessert bien évidemment. Mais elle desservirait tous les concurrents de ce dernier. Pour finir, le fameux premier duo de la troisième partie, entre Adam et Eve, avec le hautbois, est tout à fait dans la ligne de l’interprétation. Mais il est vrai que celui d’Irmgard Seefried avec Kim Borg, et le fameux hautboïste que fut Lothar Koch ne pourrait souffrir aucune comparaison avec qui que ce soit. Bref, une bonne version, très homogène, surtout lorsqu’on peut la trouver au prix très doux d’un peu plus de 16 euros. Enfin, il paraît que René Jacobs serait sur le point de l’enregistrer, ou l’a déjà enregistrée. Probablement avec l’orchestre et les chœurs avec lesquels il a proposé des Saisons remarquables. Mais ce serait un autre climat que celui de toutes les versions que nous connaissons, celle analysée ici même en particulier.

Plus de détails

Joseph Haydn (1732-1809) : la Création (Die Schöpfung). Lucia Popp, Gabriel et Eve ; Anthony Rolfe Jonhson, Uriel ; Benjamin Luxon, Raphaël et Adam. London Philharmonic Choir (chef de chœur : Richard Cooke), London Philharmonic Orchestra, direction : Klaus Tennstedt. 2 CD BBC LPO – 0008. Enregistré en « live » le 19 février 1984 au Royal Festival Hall de Londres, par BBC Radio 3. Notice bilingue (Allemand et anglais). Durée 1h 47’32’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.