Concerts, La Scène, Musique de chambre et récital

Garth Knox, l’homme des hautes altitudes

Plus de détails

Perpignan. Auditorium John Cage. 29-III-2006. Garth Knox (né en 1956) : Viola Spaces (2005), pour trois altos ; Malor me bat (2002), pour viole d’amour et cinq altos ; James Dillon (né en 1950) : Siorram (1992) pour alto solo ; Gérard Grisey (1946-1998) : Prologue (1976) pour alto et dispositif électroacoustique ; Denis Dufour (né en 1953) : Altitude pour alto solo (création mondiale). Garth Knox, Antoine Dautry, Xavier Jannequin, altos. Elèves de la classe d’alto d’Antoine Dautry du CNR de Perpignan.

Lumineuse idée que d’avoir invité le presque légendaire – ancien alto de l’Intercontemporain de 1983 à 1990, puis du non moins zénithal jusqu’en 1997 – pour la deuxième soirée du quatorzième cycle Syntax à l’auditorium de Perpignan. L’homme impressionne par un mélange de candeur enfantine et d’aisance, un regard espiègle de jeune homme de 50 ans et un pedigree musical impressionnant. Tout ce qui compte de solistes et d’ensembles importants dans le champ des musiques d’aujourd’hui, il les a croisés en effet. Il trace désormais seul sa route, et quand on lui demande si l’orchestre ne lui manque pas, il répond avec une désarmante simplicité : « L’orchestre ? Pourquoi me battre avec un orchestre tout entier, l’alto y a tant de mal à s’y faire entendre, non, je préfère jouer en petites formations, offrir, plutôt que lutter. Et puis il n’y a pas tant de concertos pour alto qui me donnent envie de me retrouver sur le ring. Celui de Bartok lui fut fatal, puisque ce fut sa dernière œuvre… ». Ce sont les chemins de traverse qui le tentent désormais, fixé en France avec famille et enfants, et on le retrouve à l’affiche d’une impressionnante « tournée », issue de rencontres et de coups de cœur, comme il en a eu avec Antoine Dautry, le professeur d’alto de la classe du CNR de Perpignan qui l’a sollicité, et avec , maître d’œuvre de Syntax, qui a choisi de lui consacrer ce concert exceptionnel.

D’une aisance toute angélique, avec une tenue qui fait presque penser à un violoniste de bal irlandais, le torse ouvert et le geste large, fait remarquer à ses stagiaires combien la position retenue de l’altiste classique enferme le son en restreignant le geste à une crispation qui stigmatise bien des instrumentistes à la base du cou…

Avec une sorte d’élégance de renard rusé, Garth Knox attaque tout en douceur ce récital avec Viola Spaces pour trois altos, une très belle polyphonie de glissandi simultanés tout à fait ahurissants, festive et chaleureuse. Dans une écriture cousue main, simple et raffinée, Antoine Dautry et Xavier Jannequin, un jeune altiste de 15 ans féru de répertoire contemporain, se montrent à la hauteur du jeu tout en légèreté de Knox. Viola Spaces, composée de trois mouvements explore ainsi de manière inhabituelle les potentialités de jeu d’alto : chaque territoire [spaces] exploite une contrainte particulière et existe sous plusieurs formes, pour solo et pour trio, les parties additionnelles se déployant dans la même écriture mais simplifiée. Grâce à cela l’instrumentiste peut choisir de jouer la partie la plus simple, pour ensuite exécuter la partie soliste. Plusieurs niveaux de difficulté sont ainsi exploités, allant du simple au complexe.

Siorram, de – « dans un sommeil enchanté » en gaélique – propose une musicalité tout aussi légère et survolée, mais peut-être plus « concertante », paradoxalement, comme un développement de cadence qui rappellerait presque Brahms par son aspect dansant et légèrement mélancolique, mais extrêmement instable, avec de constants changements de climats à la vitesse d’un rêve accroché à quelques nimbes d’altostratus. Radicalité peut-être héritée d’une parenté de Dillon avec le mouvement dit de la Nouvelle complexité, une étiquette commode a servi à désigner un groupe de jeunes compositeurs britanniques qui se sont affirmés au début des années 1980 dans la lignée de et Michael Finnissy.

Dédiée à , son créateur en 1978, la version de Prologue, de qui nous était donné d’entendre ce soir, répondait aux vœux derniers du compositeur – disparu prématurément voici huit ans – à savoir d’augmenter sa dimension harmonique et timbrique par des résonateurs reliés à un capteur HF, lorsqu’elle est jouée seule dans un programme de concert. , chargé de la mise en œuvre via Max et un modulateur midi de cette modernisation – mise au point par Eric Daubresse de l’Ircam – nous a confié que les incessants changements de résonateurs demandés par le compositeur ne s’avéraient pas réalisables. La version qu’il nous en a donnée était néanmoins tout simplement magique. Prologue répond à une forme cyclique bâtie sur une reprise variée s’élargissant en spirale, principe fondamental chez Grisey : cinq notes sont permutées en même temps que le groupe s’étend, les harmoniques s’ajoutant peu à peu les unes aux autres jusqu’à la 72e composante. En parallèle se déroule un processus de brouillage et de distorsion du spectre. Prologue comme son titre l’indique constitue le début d’un cycle de pièces, Les Espaces acoustiques, fondement de la musique dite spectrale développée par l’ensemble Itinéraire au milieu des années 70 – et d’ailleurs superbement réenregistrés par Garth Knox et l’orchestre de la WDR en 2002. « Comme l’alto jouait un rôle prépondérant dans Périodes, la pièce soliste se devait d’être écrite pour cet instrument et ce fut Prologue pour alto seul », précise . Ici encore le toucher aérien de l’altiste nous ravit, et l’aspect un brin sec et didactique de l’œuvre s’en trouve transfiguré, dans une plainte féminine qui confine à une hystérie jouissive d’harmoniques éclatées à la caisse claire d’un dernier résonateur en se fondant dans le frottement de profondeurs toutes spirituelles glissées vers la touche, tout cela en parfaite osmose avec le dispositif sonore conduit par .

, homme-orchestre de cette manifestation, nous gratifiait ce soir d’une création plus rêveuse avec Altitude, pour alto seul. Une sorte d’humilité toute spirituelle dans les pp, une légère impression d’absence en trompe l’œil et le trajet téléporté d’un pupitre à l’autre d’un équilibriste éclipsé de temps à autre par des écharpes de brume… Denis Dufour explore avec une sorte de nonchalance altière les limites acrobatiques de l’instrument – avec bariolages en harmoniques, doubles à quadruples cordes en harmoniques, invraisemblable variété de jeux d’archets en rotation, en frottements et en sussurements sul ponticello sur la crête desquelles Garth Knox se promène avec la grâce d’un funambule. Des frottements qui évoquent les premiers chercheurs d’étincelles, comme une sorte d’éruption primitive et minuscule de la vie, fragile, improbable et pourtant évidente. Espérons que la gigantesque énergie que déploie Denis Dufour à faire vivre la création électroacoustique de ses contemporains lui permette un jour prochain de nous faire réentendre son propre catalogue instrumental, non moins passionnant et trop peu joué.

Malor me bat, pour viole d’amour et cinq altos, exprime un autre versant de la profonde ubiquité de la personnalité musicale de Garth Knox, à savoir son goût prononcé pour les croisements de genres et d’époques (il a notamment collaboré avec des artistes tels que , Monica Huggett, et le flûtiste traditionnel roumain Gheorghe Zamfir).

La viole d’amour a la particularité de posséder deux jeux de cordes – les cordes « chantantes », tendues sur le chevalet et jouées avec l’archet, et les cordes « sympathiques », cachées derrière la touche : ces dernières vibrent en sympathie avec les autres cordes, conférant au son une résonance presque magique. Cet instrument a survécu à tous les autres types de violes. Bach, Haydn, Puccini, et même des compositeurs tel Hindemith et Janacek ont écrit pour la viole d’amour (Berlioz aussi l’utilise dans son Te Deum, et en fait mention dans son traité d’orchestration).

L’idée de départ de cette pièce était de rendre plus perceptible cette résonance par une légère amplification des cordes sympathiques et d’imaginer que ces cordes, normalement passives, pourraient peu à peu acquérir une certaine autonomie – d’où l’idée de les représenter par cinq altos qui se libèrent progressivement de leur rôle initial de bourdon pour devenir un duo et un trio indépendants.

Le titre fait référence à une chanson à trois voix de . en a fait une transcription pour trois altos, et c’est sans doute grâce à celle-ci que son ami a pris connaissance de l’original, cité dans la partie d’alto de son quatuor à cordes An Diotima. Garth Knox nous précise qu’il a lui-même souvent joué cette œuvre avec le et chaque fois était fasciné par ce passage. Le jeu des trois jeunes altistes de la classe d’Antoine Dautry en rendait compte de manière on ne peut plus convaincante, dans un esprit très quattrocento, tout à fait troublant, alors que les deux altistes complémentaires leur donnait la réplique dans des répons plus rythmiques et contemporains. Garth Knox nous précise que son intérêt pour cet instrument tient presque du hasard : une altiste bien connue ayant connu quelques problèmes musculaires a souhaité continuer de se produire et d’enseigner son instrument en le jouant à la verticale comme une taille de viole. La rencontre avec un luthier marseillais inventif lui permit de mener à bien son projet. Depuis ce luthier s’est spécialisé dans la conception de violes d’amour modernes – le plus souvent assymétriques – adaptées à l’acoustiques de nos salles de concert, et c’est l’un de ces instruments que joue Garth Knox, soutenu par une bandoulière qui lui permet de libérer totalement son jeu de toute contraction musculaire inutile. Bref, un concert, un artiste et un univers fascinants.

Crédit photographique : © DR

Plus de détails

Perpignan. Auditorium John Cage. 29-III-2006. Garth Knox (né en 1956) : Viola Spaces (2005), pour trois altos ; Malor me bat (2002), pour viole d’amour et cinq altos ; James Dillon (né en 1950) : Siorram (1992) pour alto solo ; Gérard Grisey (1946-1998) : Prologue (1976) pour alto et dispositif électroacoustique ; Denis Dufour (né en 1953) : Altitude pour alto solo (création mondiale). Garth Knox, Antoine Dautry, Xavier Jannequin, altos. Elèves de la classe d’alto d’Antoine Dautry du CNR de Perpignan.

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.