Il Signor Bruschino

À emporter, DVD, DVD Musique, Opéra

Gioacchino Rossini (1792-1868) : Il Signor Bruschino. Mise en scène : Michael Hampe. Décors : Carlo Tommasi. Avec : Alessandro Corbelli, Gaudenzio ; Amelia Felle, Sofia ; Alberto Rinaldi, Bruschino père ; Vito Gobbi, Bruschino fils ; David Kuebler, Florville ; Oslavio di Credico, un commissaire de police ; Carlos Feller, Filiberto ; Janice Hall, Marianna. Orchestre Symphonique de la radio de Stuttgart, direction  : Gianluigi Gelmetti. Réalisation Télévision : Claus Viller. Co-Production SWR/Opéra de Cologne/Festival de Schwetzingen. Enregistré en public au Rokokotheater de Schwetzingen du 7 au 9 mai 1989. Sous-titrage Anglais, Allemand, Français, Italien, Espagnol. 1 DVD EuroArts distribué par Intégral Distribution Réf : 2054988. Durée : 98 minutes.

 

Créée en janvier 1813 au théâtre San Moisè de Venise, l’œuvre est un échec, à cause surtout de l’ouverture. On peut lire dans la presse de l’époque : « nous pouvons simplement dire qu’il est incompréhensible qu’un maître ait pu composer une aussi indigente ouverture, dans laquelle les musiciens de l’orchestre frappent sur leurs pupitres. C’était tellement lamentable que les musiciens refusèrent le soir de la première de se livrer à une telle mascarade. Il faut bien se rendre à l’évidence que les possibilités de cet instrument d’un genre nouveau ne procurent pas le moindre plaisir à nos musiciens ! ». Rossini a alors 22 ans. Il vient de faire un tabac à Venise avec Il cambiale du matrimonio. Alors, avec son librettiste Giuseppe Foppa, il adapte une pièce française Le fils par hasard et la ramène à une intrigue d’à peine plus d’une heure. Mais la complexité de cette histoire est telle que le public s’ennuie. Gaudenzio, tuteur de la belle Sofia que Florville veut épouser, l’a promise au fils du signor Bruschino, que personne ne connaît. De plus, Florville est son ennemi juré. Ce dernier insiste et prend la place du fils de Bruschino. Gaudenzio se laisse avoir mais c’est plus délicat avec le père Bruschino… De quiproquos en quiproquos, tout finira évidemment bien. L’œuvre sera remaniée en 1857 par Offenbach avec l’accord de Rossini qui ne s’associera pas vraiment à l’opération.

Enregistrée en 1989, cette version DVD est déjà un moment d’anthologie pour cette farce comique d’une drôlerie irrésistible où figurent pourtant de beaux et délicats moments de tendresse et de nostalgie. L’œuvre est filmée d’une façon très classique mais efficace dans le ravissant petit théâtre rococo de Schwetzingen. Décors et costumes sont superbes et la mise en scène de restitue allègrement les quiproquos de cette histoire quelque peu touffue mais bien légère.

dirige avec vivacité, finesse et élégance l’Orchestre Symphonique de la radio de Stuttgart. La distribution d’une belle homogénéité est à la hauteur de la virtuosité vocale rossinienne. Les chanteurs s’en donnent à cœur joie tant musicalement que théâtralement. Même s’ils en ajoutent un peu sur le plan de la décoration vocale. est un Gaudenzio parfait. Timbre délicat et lumineux, voix ample et limpide Amelia Felle chante une délicieuse Sofia, les graves d’ conviennent très bien à Bruschino père, le ténor est un Florville bien agréable.

La qualité technique (son et image) de ce DVD est on ne peut plus appréciable.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.