Les transcriptions de la main de Mozart

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Concertos pour piano K431 et K414 transcrits par Mozart pour piano et quatuors à cordes ; Adagio et fugue en ut mineur K. 546. François Chaplin, piano ; Quatuor Debussy : Christophe Collette, violon 1 ; Anne Menier, violon 2 ; Vincent Delprecq, alto ; Alain Brunier, violoncelle. 1 CD Arion ARN 687 18. Enregistré à Paris en novembre 2005. texte en français et anglais. Durée 57’.

 

Composés en 1782, année heureuse pour Mozart qui vient de s’installer à Vienne – enfin libre dans la capitale impériale où il va bientôt célébrer ses noces avec Constance – les deux Concertos pour piano K. 413 et 414 connaissent immédiatement une version pour piano et quatuor à cordes apparemment destinée aux nombreux amateurs de l’époque désireux d’aborder le répertoire concertant. Sans réellement nous frustrer de la dimension orchestrale assumée ici en grande partie par les cordes – deux hautbois et deux cors dans le Concerto n°11, deux hautbois et deux bassons dans le Concerto n°12 viennent seulement en rehausser les couleurs – la version pour quatuor à cordes sert avec un égal bonheur le discours mozartien axé sur les valeurs expressives et cantabile du piano soliste. Si l’ensemble perd un peu de sa brillance, il gagne en intimité de ton et resserre le dialogue tout en finesse des deux partenaires. C’est sans aucun doute le parti pris de cet enregistrement où le , dans un style irréprochable, se met à l’écoute du piano très « cantabile » de restituant la grâce et la fraîcheur de la ligne mozartienne empreinte de langueur tendre voire d’une certaine mélancolie lorsque Mozart, dans le mouvement lent du Quatuor n°12, rend un dernier hommage au « Bach de Londres » qui venait de mourir dans l’indifférence quasi-générale du monde musical. s’épanche certes mais toujours avec la finesse et la retenue qui convient, retrouvant dans les rondos finals cette joie complice tout en rebond et en légèreté qu’il partage avec les instrumentistes du quatuor.

Après « le Bach de Londres » c’est au « vieux Bach » que Mozart rend un vibrant hommage dans l’Adagio et fugue écrit en 1788 avec une rigueur d’écriture qui s’oppose radicalement à l’esprit galant des concertos. Dans le ton tragique d’ut mineur dont les errances rappellent les premières mesures du quatuor des dissonances, Mozart conçoit dans l’Adagio une de ses pages les plus tendues que le restitue avec une intensité poignante mais jamais outrée. La fugue à trois voix – que Beethoven prendra la peine de recopier – est menée avec une aisance magistrale. Originellement écrite pour deux pianos, c’est également une transcription pour cordes de la main de Mozart. Avec une énergie presque beethovénienne et un sens aigu de l’architecture, les quatre membres du exaltent de manière éblouissante l’habileté virtuose de Mozart lorsqu’il se tourne vers l’héritage de Bach pour exercer sa plume de contrapuntiste.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.